AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tea party or New Dawn Fades (PV Lynirael and Donovan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Mashishi
Admin
avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 97

Feuille de route
Grade: Présidente d'Alétheia
RPS en cours:

MessageSujet: Tea party or New Dawn Fades (PV Lynirael and Donovan)   Ven 15 Jan - 15:18

New Dawn Fades - Joy Division

Deux visites importantes étaient prévues cette semaine dans le palais présidentiel. Des visites qui pouvaient remettre en cause la situation même de l'Alétheia : celle de Donovan Gaëlreskov Dimitrievitch, haut dignitaire d'Atraxis et bien sûr, celle de Lyniraël Daeva, le monarque de Daëven.
Tout avait été arrangé à cet effet. Les couloirs de marbre scintillaient. Le parquet de bois clair avait été dépoussiéré jusqu'à la moindre particule. De riches estampes avait été réquisitionnées dans les collection des milliardaires et ornaient à présent les murs nus. Des denrées rares emplissaient les frigos à ras bord. Les chambres privées, réputées pour être des havres de paix et de luxe, attendaient désormais leurs éphémères occupants. Et, mais cela n'avait pas été dit officiellement, de ravissantes créatures du premier bordel de Neo-Tokyo également.
L'administration tenait à garder l'image de l'immense générosité d'Alétheia envers ceux qu'elle recevait. Bien entendu, il fallait après qu'ils s'en montrent dignes. Mais pour le moment, cela avait toujours été le cas.
Les derniers préparatifs se mettaient en place. Des bonnes nettoyaient encore les sols, et les marmitons s'affairaient en cuisine. Dehors, postés aux alentours où sur les terrasses, la garde veillait à ce qu'il n'y ait pas d'indésirables, katanas et mitraillettes levées. Peut-être que dans un obscur local de la banlieue, un anonyme attendait patiemment de recevoir les clichés pris par les photographes officiels pour la retouche. Ainsi le lendemain, on verra à la une des journaux la Présidente et le Général d'Atraxis en train de se serrer la main en souriant, sous un soleil radieux balayée par la brise chargée de pétales de cerisiers. En bas, les gros titres annonceront « Des nouveaux accords conclus : La Puissance de notre glorieuse nation réaffirmée ! ». La population de Neo-Tokyo restera là, devant son quotidien, le cerveau emballé par tant de bonnes nouvelles. Elle louera l'intelligence de la Présidente et son courage pour traiter avec les perfides Atraxiens. Le sujet sera sur toutes les lèvres, dans tous les lieux, bureaux, rues, cours d'écoles. Neo-Tokyo s'inclinera encore une fois devant la puissance de la République.
Dommage que le malheureux graphiste ne sera plus là pour voir ce triomphe.
Et si jamais Atraxis devenait un ennemi, les journaux partiront eux aussi. Remplacés par des nouvelles plus en accord avec l'ambiance du jour. Au fur et à mesure qu'elle se rembobinera, la mémoire sera effacée, formant de nouvelles bandes prêtes à être ré-enregistrées. Les cassettes défectueuses seront purement et simplement jetées à la poubelle. Seules demeureraient les anciennes coutumes, y compris évidemment la tradition de recevoir.
Endoctrinement, et élimination, le tout masqué sur un vernis sucré. Tel était les principes de l'Alétheïa.

Malgré l'agitation que l'arrivée devaient provoquer, un silence de mort étouffait le palais. Près des trois quarts du personnel étaient des Furias. Pourquoi s'encombrer d'humains grouillants et instables quand on pouvait avoir des serviteurs soumis, silencieux et efficaces ? De leur démarche raide, ils arpentaient la multitude de pièces du palais, leur regard vitreux vrillé aux iris, tandis qu'une Furia, une autre Furia, les observait. Pas directement, mais au travers d'un système de caméras ultra-sophistiquées, directement reliées aux écrans Full HD qui tapissaient les parois de son bureau. Leur concepteur n'était autre que elle-même. Un mois lui avait suffit pour tout fabriquer puis installer. Court, mais utile passe temps.
En seiza sur son fauteuil en cuir, coupé vers le dossier pour faire passer son aile, Mashiro était parfaitement immobile. On aurait dit sa propre statue, qui siégeait en plein quartier de Shibuya. Parfaitement concentrée, elle veillait à ce que chacun de ses subordonnés ne commettent pas la moindre erreur. Debout, à ses côtés, Seiren patientait. Contrairement à cette dernière, il s'ennuyait ferme. Cependant, elle pouvait s'ennuyer -même si c'était impossible-. Lui n'en avait pas le droit.


-L'heure approche, Oûjo-sama, hasarda-il.

Sans détourner les yeux de l'écran, Mashiro répondit, de son habituelle voix basse et monotone :

-Réserve ta batterie pour des rappels utiles.

De la part de Mashiro, il devait interpréter cela comme une simple constatation.
Les pensées de la jeune femme étaient tournées vers le comportement qu'elle devait avoir vis-à-vis de Gaëlreskov. Il ne s'agissait pas d'un imbroglio diplomatique pour elle, loin de là. L'homme venait pour une simple vente de pluies. Le nord de la Chine, en effet, commençait à être en sécheresse depuis trop longtemps et ce ne serait pas bon pour son image qu'il y'ait trop de pertes, bien que de ce côté-ci une vie ne valait pas grand-chose.
De plus, elle avait déjà traité avec lui par le passé. Mashiro savait à quoi s'attendre. Elle avait par ailleurs dans la base de données de Seiren un épais dossier sur le général, rempli de tout ce qu'elle avait pu noter chez lui jusqu'à présent, au cas où un imprévu se présenterait.
Donovan n'était pas un interlocuteur embêtant. Peu agité, raisonné, et brillant, il comprenait tout de suite là où il venait en venir. Pas un défi assez relevé en somme.
Daëva présenterait peut-être quelques difficultés supplémentaires. Elle n'avait jamais eu l'occasion de le rencontrer. Les relations entre leurs deux états étaient empreintes d'une froideur réciproque, amplifiée par la considération des Aléthéïens D'autant plus que le jeune roi possédait la moitié de la Russie. Mashiro devait parfois repousser des incursions de troupes arrivées « par hasard » sur son territoire. Pour un humain, cela aurait était lassant.
En outre, Mashiro avait entendu des rumeurs sur son caractère instable et ses aptitudes précoces. La Présidente avait hâte de le voir à l'œuvre, histoire de voir si il méritait d'être à sa hauteur. Autant dire qu'elle avait là une très haute considération de lui. Espérons qu'il ne la déçoive pas.
A l'époque, elle avait pensé la même chose de Gaëlreskhov. Celui-ci n'avait pas comblé ses espérances. Trop mondain, trop faux à son goût. Peut-être était l'ancien différent qu'il avait eu avec son peuple et l'opinion qui en résultait qui influençaient son avis.

Tout à coup, Mashiro parut s'animer.

-L'heure, prononça-elle comme unique mot.

[url="http://www.deezer.com/fr/#music/result/all/seventeen seconds"]Seventeen Seconds - The Cure[/url]

Elle se releva, en prenant garde à ce que son aile ne soit pas coincée. Les écrans s'éteignirent de concert. Seul sa présence, ainsi que d'autres éléments tenus secrets les feraient se rallumer. Ses pieds nus frôlèrent le parquet, s'arrêtant quelques secondes devant ceux de Seiren.

-Fais préparer mon kimono, ordonna-elle.

Seiren acquiesça et obéit. L'instant d'après, il escortait la Présidente vers ses appartements. Aucun serviteur ne leur prêtait attention. Mashiro en faisait de même avec son majordome, dont elle se rendait à peine compte de la présence. Enfin, ils s'arrêtèrent devant une porte en papier de riz que deux gardes ouvrirent en s'inclinant. La pièce dans laquelle ils pénétrèrent était large et claire. Une fenêtre la perçaient, laissant rentrer les lueurs du jour. En bas de celle-ci s'étalait un futon, sur lequel étaient disposés plusieurs kimonos. Une bonne humaine les surveillait du coin de l'œil. A eux trois, ils valaient presque un immeuble. Mashiro remarqua que la femme s'était mise à trembler dès son entrée. Cela ne la surprenait pas. Elle savait qu'elle terrorisait ces êtres fragiles. Néanmoins, elle devait s'en contenter car eux seuls avaient du goût en matière d'habillement . Ses yeux balayèrent les étoffes colorées. Elle finit par choisir un furisode rouge, imprimé de chrysanthèmes d'or brodé et assorti à un simple obi doré. Seiren se retira. Mashiro se laissa alors revêtir. Une fois l'habillage terminé, la servante rassembla ses cheveux en un chignon, la partie inférieure relâchée sur la nuque. Elle retint le tout par une baguette et un peigne d'or, représentant un héron, dont l'oeil était serti d'un rubis véritable. Pour compléter sa toilette, elle farda légèrement ses yeux de noir, histoire de donner un soupçon de vie à ses iris ternes, puis peignit ses lèvres de rouge. Nul besoin était de blanchir sa peau qui était déjà blême. De discrets pendants d'oreille constituèrent la touche finale.
Congédiée par un geste de la Présidente, la servante s'en fut sans demander son reste. Mashiro contempla son reflet dans le miroir en face d'elle. Une frêle créature, un peu trop fardée et engoncée dans un kimono tape-à-l'œil lui rendit son coup d'oeil. Le besoin d'engager une nouvelle habilleuse se faisait pressant. Celle-ci avait perdu la main.
Seiren l'attendait devant l'entrée de la chambre, prêt à l'escorter vers le Pavillon de Thé. A sa vue, il eut un sourire dont la sincérité paraissait difficile à contester.

-Vous êtes ravissante, Oujo-sama. Une vraie Dame !

Mashiro resta de marbre.
-Je t'ai déjà dit d'éviter tout commentaire inutile.

Le Pavillon de Thé était situé dans les Jardins, reconstruits à l'identique d'après d'anciens plans.
En bois précieux, la bâtisse se dressait sur une plate-forme en pilotis. Les bords de son toit en tuiles de jade pointaient vers le ciel d'où pendaient un entrelas de lignes, dessinant des motifs complexes. Ouvert sur l'extérieur, des tentures mettaient ses occupants à l'abri de toute indiscrétion. Autour, dans le parc, des cerisiers noirs abandonnaient leurs fleurs immortelles au rythme cadencé de la fontaine chasse-cerfs.
Délaissant un instant son chemin, Mashiro vint s'accroupir au bord de l'eau. Immédiatement lui vint en tête le principe physique qui déterminait le mouvement du bambou. Les yeux perdus dans le fond du bassin, elle se demanda comment les humains pouvaient réagir face à cette fontaine. Face à ce décor. A la paix et à l'harmonie. A ce vide qui composait l'ensemble de son âme.
Mais elle devait se hâter. Il semblait que la voix de Seiren annonçait déjà le premier invité.

_________________


Dernière édition par Mashiro Kurenai le Ven 15 Jan - 21:39, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donovan D. Gaëlreskov
Admin
avatar

Messages : 426
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 23
Localisation : A place where everything is right where it belongs

Feuille de route
Grade: Général de la division Werewolf d'Atraxis
RPS en cours:

MessageSujet: Re: Tea party or New Dawn Fades (PV Lynirael and Donovan)   Ven 15 Jan - 18:14

Atraxis - Canada - Base d'Atraxis.


-Mon général.
-Ah Gaëlreskov! Vous voilà enfin! Bien bien...
-Vous m'avez fait demander.
-Oui c'est exact, asseyez-vous je vous en prie, ne restez pas planté là.
-...
-Euh... oui, alors avez-vous été mis au courant de votre prochain voyage?
-Oui, heureusement puisque je pars dans deux heures pour Néo-Tokyo.
-Bien, récapitulons, vous allez devoir vendre à notre chère présidente les nouvelles pluies de the Eye of Storm, vous en profiterez pour récolter le plus d'information, et pour supprimer ces deux personnes, tenez voici leur dossier.
-Héléna Rador? Quelle joie, elle sera ma compagne.
-Elle voyagera avec vous, vous en profiterez pour l'éliminer.
-Ce ne sera pas la peine, j'ai déjà tué ces deux personnes, Héléna de ma main, son frère par un de mes loups.
-Quelle efficacité, bien, vous pouvez disposer, je vous souhaite un agréable voyage, nous resterons en contact bien évidemment.
-Merci mon général.

Alétheia - Néo-Tôkyô

Une hôtesse de l'air s'approcha du siège du passager et lui demanda s'il ne voulait pas un peu de café, l'homme ne répondit pas, mais il sourit et lui fit non de la tête, elle partit prestement. Le café des compagnies aériennes est infect, Donovan n'en boit jamais.
Lorsqu'il toucha enfin le sol nippon, il respira longuement, s'imprégnant de chaque odeur. Le général Gaëlreskov aime beaucoup l'odeur du Japon, bien qu'il la trouve bien trop saturée en essence de Furia.
Il alla récupérer sa Kawasaki à l'arrière de l'avion et quitta l'aéroport part l'entrée privée.
L'air était frais et vivifiant, Donovan programma son itinéraire sur le gps de sa moto et activa le pilotage automatique, il saisit son téléphone portable et appela Mikhaïl, celui-ci l'attendait à son hôtel.


-Bonjour Maître.
-Bonjour à toi Mikhaïl, je suis en route et je serais là d'ici quelques minutes, prépare moi s'il te plaît un petit fondant au chocolat et un bon café.
-Très bien Maître, mais n'avez vous pas bu de café dans l'avion?
-Ah Mikhaïl, je n'en bois jamais, le tien est le meilleur!
-C'est ce que je voulais entendre.
-Serait-ce de l'arrogance? Bon je te laisse j'en ai assez de ce pilote automatique, à tout de suite.

Donovan serra les poignées du guidon et accéléra, en effet, il adore la sensation de vitesse.
L'hôtel, une grande tour vitrée se dressait fièrement dans le cœur de la ville. L''atraxien se gara au parking particulier et rejoignit sa suite d'une nuit, une délicieuse odeur de café et de chocolat emplissait la chambre, Donovan en eut l'eau à la bouche, il retira sa combinaison et s'étira quelques minutes puis entra dans la cuisine, son golem majordome l'attendait autour d'un petit fondant et d'une tasse de café. Il s'assit et mangea en silence, savourant l'instant.


-Maître?
-Oui Mikhaïl?
-Prendrez-vous un bain?
-Oui merci.

Donovan le regarda partir et soupira, ce voyage l'avait un peu fatigué, un bon bain serait bienvenue.
Une fois le bain moussant thermomasseur prêt, Donovan se mis nu et se regarda dans la glace, des petites cernes pourpres commençaient à apparaître sous ses yeux gris étincelant, il soupira, il avait besoin d'une curée, et d'une forte, le sang synthétique ne suffirait pas cette fois ci.


-Mikhaïl! Vient je te prie

Le majordome entra et fut surpris de trouver son maître nu.

-Apporte moi un verre de sang.
-Mais il n'y en a presque plus.
-Je sais bien qu'il n'en reste qu'un fond! Apporte le moi quand même!

Le golem revint avec un verre de cristal à peine rempli du liquide pourpre. Donovan le renifla, ses narines frémirent.

-Celui de Sarah, mon préféré, groupe O, une rareté.

Il le but cul sec, il courba sa tête en arrière et poussa un râle, ses crocs sortirent et un sifflement aigu s'échappa de sa gorge, puis il se calma et les rétracta.

-Tu peux sortir Mikhaïl.

Don entra lentement dans l'eau et s'y prélassa de longues minutes, cette curée l'inquiétait, il se reprochait de ne pas avoir but avant de partir, il allait devoir une proie...

Le soleil commençait à se coucher, Donovan sortit du bain et revêtit un boxer, et se sécha, il sortit et s'habilla: un jean noir et un polo col V boutons crème, il passa sa ceinture et prit son manteau et ses holsters qu'il plaça à l'intérieur de celui-ci, Mikhaïl leva les yeux, grâce à lui les armes purent passer la douane sans problème, cela faisait deux jours qu'il préparait tout pour son maître. Donovan claqua la porte. D'après ses informations il pourrait prélever du sang à la source dans un bordel. Il marcha tout en regardant les étoiles qui commençaient à se dévoiler. Il coupa par une petite ruelle, certainement la seule qui puisse être qualifiée de sale dans toute la ville ou du moins dans le grand Tôkyô.
Il arriva enfin au bordel, la sinistre mère maquerelle le regarda et lui tâta promptement les parties.


-Je sens qu'il t'en faudra plus d'une ce soir, et des endurantes mon coeur.

Elle le conduisit à une chambre, trois jeunes femmes attendaient, une belle brune aux yeux bleus, une rousse aux yeux verts et une petite brune aux lèvres pleines, il inspira, chacune possédait son odeur propre, elles sentaient bon. Le décor de la chambre était somptueux, de fines estampes représentant les somptueux paysages du Japon d'antan décoraient avec légèreté les cloisons en feuilles de riz, le baldaquin du grand futon se trouvait être le seul élément incongru dans cette pièce, les draps de satin n'attendait qu'à être foulés par des corps pris dans la passion du sexe, une élégante coupelle en porcelaine peinte avec subtilité de motifs aquatiques présentait des préservatifs avec une certaine naïveté, l'atmosphère de la pièce mêlait avec goût l'art de la maison et l'art de faire l'amour.
Deux jeunes geishas apportèrent un service de thé vert, elle le servirent dans d'élégantes tasses et s'en allèrent. Donovan et les catins burent la boisson en silence, lorsqu'ils eurent terminés, les geishas revinrent et remportèrent le petit plateau en bambou. Les somptueuses prostitués se mirent à danser.
Elles s'approchèrent de lui et lui caressèrent les cheveux, il se laissa faire succombant au plaisir, l'une lui passa la main sous son haut et lui caressa la poitrine, la troisième lui ôtait ses chaussures, elle le conduisirent sur le lit, la petite brune entreprit de lui sucer les les orteils, le splendide rousse s'afférait à lui retirer son polo quant à la brune elle était dans ses bras en train de l'embrasser furieusement. Donovan retira les petits caches mamelons (seuls habits qu'elle portait) de ses partenaires de jeu et suça les seins de la brunes, il pouvait sentir les battements de son cœur s'accélérer, les veines des seins palpiter et se gorger de sang... Elle retira son boxer et caressa son sexe, les deux autres s'embrassaient sensuellement, Donovan sourit il les attira dans ses bras et les fit embrasser son corps, chaque odeur, chaque battement de cœur faisaient vibrer tout son corps d'un plaisir intense, la brune écarta ses jambes, Donovan la pénétra, il allait se nourrir pendant qu'elle serait en extase, juste un peu de sang, il y a avait les autres, elles ne se rendront même pas compte qu'il les avait mordu. Il se redressa en position assise, serra le corps de la catin contre le sien et lui embrassa le cou tout en allant et venant en elle, elle gémissait de plaisir et atteint l'orgasme Donovan ouvrit sa bouche, ses canines s'allongèrent et il planta ses crocs dans la gorge blanche et palpitante de la jeune femme, il accéléra le rythme des ses mouvements de bassin afin qu'elle oublie la douleur, juste quelques secondes suffirent, sa soif ne demandait qu'à être étanchée, il attira les autres et les pris avec fermeté, il se régalait de leurs cris de plaisir et de leur sang... La transpiration se mit à couler, les minutes devinrent des heures et Donovan n'avait pas fini, son corps ne connaissait plus aucune limite, il pénétrait, mordait, jouissait, criait... Le monde autour de lui n'existait plus, il était en transe, l'odeur du sang emplissait ses narines, la chaleur, le sexe, les cris, tout fut emporté par ce tourbillon, cette valse frénétique de luxure.
Il s'écroula finalement sur les oreillers et elles sur lui, les points de ponction étaient savamment masqués par des patchs caméléons émetteurs de particules blanches, il les leur avait collés pendant l'amour.
Elle caressèrent longuement son corps, se rassasiant de sa beauté, elles l'embrassèrent au niveau du ventre, des tétons et du cou, il se laissa faire, il ferma les yeux, il n'avait plus soif, sa soif de sang étanché il était enfin serein.

Après avoir payé les trois catins il rentra à son hôtel, il était assez tard et le fond de l'air frais. Il prit une rapide douche, Mikhaïl dormait dans sa chambre, Donovan mis son pantalon de pyjama en soie rouge et s'endormit. La luxure l'avait grandement soulagé, il pensa à Sarah, combien il l'aimait et combien il était triste de devoir coucher avec d'autres, mais il n'avait pas le choix, il préférer prélever pendant l'extase que mordre sa victime dans une ruelle sombre et la laisser se vider du reste de son sang...

Il se réveilla de bonne humeur, et petit-déjeuna avec appétit, il s'étira et passa la matinée à étudier les dossiers qu'il possédait sur Mashiro.
L'après midi vint et il revêtit son complet noir deux boutons avec une chemise en satin pourpre et une cravate noire aux reflets violet sombre. Il passa sa chevalière de famille à son auriculaire gauche, se parfuma très légèrement, il passa sa main dans ses cheveux ondulés tirés vers l'arrière et recouvrant légèrement ses oreilles. Il passa son long trench en ayant pris soin de placer ses armes dans sa poche secrète. Il ceignit sa rapière et se regarda dans la glace, satisfait il indiqua à Mikhaïl qu'il en avait fini.
Il prit sa mallette contenant les documents nécessaires à la vente de pluies et s'en alla.

Le palais impérial était vraiment magnifique et son architecture raffinée. Quatre gardes l'arrêtèrent, lorsqu'il surent qu'il était le général Gaëlreskov ils le conduisirent dans le hall, il dut attendre quelques minutes, il eut des difficultés à garder sa rapière, mais on accepta de la lui laisser (l'aimable sourire qu'il produisit fut d'une aide inestimable).

Donovan savait pertinemment que Mashiro ne l'appréciait que très peu voire pas du tout car il n'entrait presque jamais dans son jeu lorsqu'elle parlait, il savait garder ses distances et ses manières ce qui l'agaçait, mais c'est un très bon avantage puisque le roi Lynirael Daeva allait être l'animal de foire de cette réunion, Don avait hâte de le revoir, il voulait se rendre compte par lui même à quel point il avait changé depuis leur dernière rencontre à Marseille. Etait-il encore l'instable jeune homme qu'il avait battu?
Aujourd'hui, penser au meurtre des Daeva ne lui faisait plus rien, on ne peut changer le passé, il était donc inutile pour lui de s'apitoyer. Il les avait tué et il devait l'avouer, il avait aimer ça sur le moment, et puis il n'en avait cure.
Un beau jeune homme, à son odeur une machine, s'approcha de lui.


-Je vais vous annoncer à la présidente, dit-il d'un ton mielleux.

Donovan lui sourit mais lui lança un regard froid et pénétrant, dommage qu'il ne puisse étrangler ce robot, il ne l'aimait guère, et ce depuis la première qu'il était venu à Néo-Tôkyô.
Il le regarda partir, la pensée de revoir Mashiro lui était, au fond, plutôt agréable, malgré son physique fade, son caractère insupportable et ses manières trop froides il l'aimait bien, mais très peu, elle avait tendance à provoquer en lui son instinct animal, il faillit éclater de rire, cette pauvre Mashiro avait bien du mal l'intimider, au fond il était un prédateur et elle une proie potentielle... Il adopta une pose charismatique, la présidente n'allait pas tarder.

_________________


Dernière édition par Donovan Gaelreskov le Sam 16 Jan - 21:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zero-sum.forumactif.org
Mashishi
Admin
avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 97

Feuille de route
Grade: Présidente d'Alétheia
RPS en cours:

MessageSujet: .   Ven 15 Jan - 22:43

- Oujo-sama, Gaëlreskov-sama est arrivé dans le hall.

Mashiro dévisagea Seiren, neutre. Le temps de son devoir était arrivé. Elle se leva, son kimono traînant sur l'herbe. Le vêtement de cérémonie était assez lourd mais grâce au ciel, sa force de Furia lui permettait de le porter comme si c'était un t-shirt. Elle quitta les jardins. L'ombrelle de Seiren protégeait son teint de marbre d'un fâcheux coup de soleil. Ce seraient là ces derniers instants de calme, avant ces pénibles formalités. Arrivée dans le hall, une nuée de monde l'assiégea. Tout d'abord, il y avait les photographes et leurs mitraillages incessants, dont le cliquetis des machines évoquait une invasion de criquets -Neo Babylon en avait été victime récemment : une grosse famine, très fâcheux-. Ensuite les ninjas, accompagnés des serviteurs du palais, formant une véritable haie d'honneur. Le meilleur était pour la fin. Donovan Gaëlreskhov en personne, vêtu d'un élégant complet-veston. Sans escorte. Cela ne changeait pas à son habitude. Toutefois, Mashiro ne pouvait s'empêcher de se demander si l'homme était soit décérébré, soit assez arrogant pour assurer sa sécurité en tant que haut dignitaire. On ne pouvait jamais prévoir une balle perdue, songea Mashiro. A moins de connaître parfaitement tous ses ennemis. Connaissance que, mais la Furia l'ignorait, elle ne possédait pas totalement. Seiren lui aurait probablement répondu cela si elle lui aurait posé la question. Sauf qu'elle ne lui en pose pratiquement jamais, à moins de vouloir connaitre la corpulence de certain chef yakuza.
D'une démarche mesurée et altière, elle franchit les quelques mètres la séparant de son hôte, imprégnant ses yeux d'un simulacre de détermination afin de faire bonne impression sur les caméras. Son accoutrement ne parvenait pas à masquer son jeune âge. Au Japon, elle n'avait même pas atteint la majorité. Mais bon, les Furias étaient quelque peu hors norme. A cet instant, personne n'aurait pu cependant se moquer d'elle, tant l'image qu'elle s'était forgée était impitoyable. Puis les ordinateurs étaient là pour la vieillir et la rendre moins... effrayante. La populace en effet ne se plaisait à voir des poupées de porcelaine vivantes.
Devant Donovan, elle s'inclina raidement, en baissant simplement sa nuque. La politesse l'exigeait. Seiren semblait détailler l'individu d'un air intéressé, quoique un peu trop ambigu si Mashiro s'en était aperçue
.

-Bienvenue en Aléthéïa, Donovan-san
(suffixe neutre en japonais signifiant monsieur). J'espère que vous avez fait bon voyage.

Bien entendu, Mashiro n'espérait rien du tout.

- Je vous prie de me suivre. Le thé est prêt. Nous pourrons alors discuter.

Donovan avait pris ses grands airs. Au moins, elle ne serait pas en reste. Il paraissait en meilleure forme que la dernière fois qu'elle l'avait vu. Il avait bien du dormir hier soir. Neo-Tokyo était réputé pour ses hôtels de luxe. Malheureusement, cela signifiait qu'elle aurait peut être le droit à une double dose de platitudes. Celles qu'elles lançait ne suffiraient pas.

Elle reprit alors le chemin qui menait au jardin, toujours en faisant la pantomime d'une hôte modèle. Kurenai et Seiren, qui observaient tout cela depuis tout à l'heure, se dirent que les choses passionantes commençaient.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyni
Admin
avatar

Messages : 415
Date d'inscription : 15/04/2009
Age : 23
Localisation : Mystère et boule de gnome -w-

Feuille de route
Grade: Monarque de Daevën
RPS en cours:

MessageSujet: Re: Tea party or New Dawn Fades (PV Lynirael and Donovan)   Dim 17 Jan - 18:33

Il était environ midi, et un froid soleil d’hiver venait taper de ses rayons les vitres du bureau, faisant refléter l’éclat terne du sol de marbre. La salle était très austère, un simple bureau de métal surmonté d’un ordinateur faisait office de décoration. En face se tenait un fauteuil de cuir rouge bien moelleux, en parfait désaccord avec le l’ambiance morne de la pièce.
Une silhouette complètement courbée sur la table où trônait la machine gardait les yeux rivés sur l’écran tout en pianotant sur le clavier à une vitesse hallucinante. Cette silhouette n’était autre que Lynirael, monarque de Daëven. Comme tout les Lundis, il perdait la moitié de sa journée à répondre à des milliers de messages administratifs, tous plus ennuyeux les uns que les autres. Après quelques minutes, il soupira et éteignit l’ordinateur en touchant l’écran. Il recula sa chaise et se leva, tout en se frottant les yeux. Il avait passé une grande partie de la nuit dans cette position, occupé par cette activité déprimante. Il avait le teint blême, ses cernes tombaient bien bas, et ses cheveux étaient complètement désordonnés, on aurait dit un champ de bataille, où chaque épis se battait pour rester maître. Les yeux encore mi-clos, il se dirigea vers la porte donnant sur le couloir de ses appartement. Alors qu’il allait vers la salle de bain, il sembla réfléchir un instant puis sursauta soudainement. Il se rappela qu’il devait rendre visite le lendemain même à la présidente Mashiro Kurenaï, la Furia… Il avait reçu un simple message vocal provenant apparemment de la présidente en personne. Il s’agissait d’une sorte de rassemblant des grands représentants des trois Nations-unies. Le genre de rassemblement qui n’a pas pour utilité de rendre les relations entre les camps plus pacifiques et de régler les grands problèmes géopolitiques que le 21ème siècle a généré, mais de faire croire au peuple naïf que la paix régnait dans le monde. Lynirael détestait toutes ces misent en scènes farfelues qu’Alétheia mettait en place pour faire croire à la population de telles choses. Mashiro dirigeait d’une main de fer pratiquement toute l’Asie. On ne lui avait pas vraiment beaucoup parlé de la présidente, mais il savait d’avance qu’ils ne seraient sûrement pas de grands amis. L’idée de devoir se rendre au Japon ne l’enthousiasmait guère, mais il n’avait pas le choix, il partirait donc le soir même. Il avait cependant hâte de voir ce que ce robot ailé valait, il ne fallait en tout cas pas le sous-estimer. La troisième personne - qui devait représenter Atraxis -, la présidente n’en avait pas beaucoup parlé, elle avait tout de même donné son nom, Donovan Gaelreskov. Il venait en outre lui vendre des pluies, car l’Asie connaissait une grande période de sécheresse.
Ses pas le dirigèrent machinalement devant sa salle de bain, et il pressa sa paume contre la porte vitrée. Un minuscule cliquetis se fit entendre et elle coulissa. Il se déshabilla et entra dans la douche.
Une eau glacée l’accueillit, il en tomba d’abord une goutte, qui coula le long son torse, contourna son nombril et longea sa jambe, pour terminer sa course en un petit clapotis. Le mince filet d’eau devint une véritable cascade, et ses cheveux si réticents décidèrent enfin à se plier. Lynirael aimait l’eau à cette température là, elle le réveillait et chauffait ses muscles engourdis. Alors que les multiples jets s’activaient autour de lui pour le masser, le nom de Donovan lui revint à la l’esprit. Il avait déjà entendu ce nom quelque part, il en était certain. Il fouilla longtemps dans sa mémoire mais il ne se rappelait de rien concernant ce nom, et pourtant il était sur de le connaître. Cette histoire le tracassa un certain temps, avant qu’il se dise que de toute façon, il verra bien le lendemain… Il se sécha rapidement et s’habilla un peu plus décemment qu’avant, il troqua son vieux T-Shirt difforme contre un débardeur et se mit un simple jean.
Il devrait d’abord s’intéresser au dossier de la présidente, il ne connaissait rien de cette femme. Ensuite, il y avait ce Donovan, qui attisait de plus en plus la curiosité de Lynirael. Il fallait qu’il aille voir Gaelan - son domestique - il lui dirait sûrement que faire. Comme la plupart des serviteurs à cette époque, Gaelan était un robot, bien moins perfectionné que ceux disponibles sur le marché. Lynirael s’était accoutumé à ce tas de ferraille, qu’il avait depuis quelques années déjà. Ce n’était pas non plus de la camelote, il pouvait faire tout ce dont un humain était capable, et possédait toutes les options d’ordinateur. Il avait l’apparence d’un garçon de 17 ans au visage angélique, et ne savait pas se battre, contrairement aux robots actuels. Le jeune roi était de toute façon tellement sûr de lui qu’il se savait ne pas avoir besoin d’un robot pour abattre ses ennemis.
Il sortit de la salle de bain et profita de ce rare moment de liberté. Il n’y avait personne pour le déranger, et il alla se faire un rapide repas. Il boucla ensuite sa valise en vitesse, se chaussa et endossa sa veste en cuir. En sortant de ses appartements, il appela Gaelan.


- Gaelan !
- Bonjour Monsieur Daeva, avez-vous bien dormi ?
- Tu parles… J’ai vraiment dormi comme un roi.


Le regard vide du robot montra son incompréhension, il n’était pas assez intelligent pour comprendre les antiphrases.


- Laisse tomber… J’aurais besoin de dossiers concernant Mashiro Kurenai, ainsi que Donovan Gaelreskov. Tu me les trouve et tu me les envoie sur mon téléphone, je m’occuperai de les imprimer si besoin. Et s’il te plaît, mets-moi la valise et le reste dans le coffre de la voiture.
- Tout de suite mon Roi !


Son visage devint soudain crispé, il ferma les yeux et après quelques secondes des mots sortirent à intervalle régulier de sa bouche.


- En attente… En attente… En attente… Demande accédée ! Chargement dossier 5%... Chargement dossier 25%... Chargement dossier 48%... Chargement dossier 84%... Chargement dossier 100%... Envoi en cours… Envoi terminé !
- Merci Gaelan, lui-dit Lynirael, alors que son téléphone lui indiquait qu’il avait reçu un nouveau message.


Gaelan tendit les mains et Lynirael lui donna la valise, qu’il entreprit d’emmener au lieu prévu.


- Tu m’attends au volant de la voiture, je ne tarderais pas !


L’esprit bien zélé du serviteur rendit tout de suite Lynirael de bonne humeur, et tandis qu’il s’accomplissait avec ardeur de sa tâche, le monarque se rendit au sous-sol, en salle informatique et technologique. Une centaine de personnes travaillaient devant des ordinateurs dans une large pièce. Mais ce n’est pas ce qui intéressait Lynirael, il devait se rendre en salle d’arme. Il composa son code d’accès devant le seuil de la cellule et entra.


- Bonjour, majesté, j’ai appris que vous deviez partir ce jour même en voyage d’affaire ?
- C’est exact Carol, et j’aurai besoin d’armes, aussi discrètes que possible… Je ne m’en servirais qu’en cas de légitime défense.
- Alors, je vais voir tout de suite ce qui pourrait vous convenir.


Elle sélectionna sur son écran des milliers d’option et y inséra les mensurations du roi (parmi lesquelles il y avait taille de la main, largeur du pouce, etc.) pour fabriquer en peu de temps une arme sur mesure.


- Je reviens tout de suite…


Carol laissa un petit instant Lynirael seul et revint cinq minutes plus tard


- Voilà, c’est le nouveau K241, calibre de 1 cm, dix balles à pénétration interne et deux soporifiques. Le manche est extra-souple, conçu spécialement pour la forme de votre main, l’arme n’est de plus même pas visible si vous la tenez correctement. Et si vous détachez le manche de cette façon - elle joignit le geste à sa parole - vous pourrez facilement le glisser dans le double fond de la poche de votre veste, c’est fabriqué pour.
- C’est d’accord, merci Carol, sur-ce au revoir.



***

L’avion décolla à 17h05, heure Anglaise, et atterrit à 1h24 du matin, à Néo-Tokyo. La nuit était claire, vide de tout nuage, et une lune pleine brillait de tout son éclat. Un taxi privé attendait Lynirael à la sortie, et l’emmena en quelques minutes en centre ville dans un hôtel luxueux.

Le matin même, Lynirael se leva de bonne heure, se lava dans ces superbes baignoires japonaises. Il se vêtit de sa tenue de « cérémonie », que l’on pourrait qualifier d’insolite. Il se mit un pantalon noir, une chemise de la même couleur et une veste en cuir, lui descendant jusqu’aux genoux. En dernier lieu, il se couvrit d’une sorte de cape sombre, frappée du symbole de Daevën, en couleur or. Il appela son chauffeur, qui s’occupa de régler le prix pour la nuit. En sortant, Lynirael prit une bonne bouffée d’air frais, et marcha quelques minutes en compagnie de Yong Zao jusqu’au garage, où il entra dans une magnifique limousine - une Rolls-Royce, toujours indémodable -. Arrivés devant le palais présidentiel, Lynirael se regarda rapidement dans le miroir et aplatit quelques mèches rebelles. Il se sentait confiant, il savait à qui il avait affaire…


- C’est bon Yong, tu peux t’en aller, je rentrerai seul…
- Entendu, Mr Daeva.


Le monarque ouvrit la portière et monta rapidement les marches qui menaient à la porte principale. Le palais était extrêmement beau, l’architecture délicate et épurée. Des gardes se tenaient devant l’entrée, katana levés.

- Je suis le monarque Lynirael Daeva, je viens rencontrer son altesse Mashiro Kurenai, dit-il en parfait japonais, c’était une des premières langues qu’il avait appris.


Les gardes le conduisirent immédiatement dans le hall et le regardaient de près, ce qui agaçait Lynirael.
Une centaine de mètres devant lui se tenait certainement Mashiro Kurenai - qu’il identifia immédiatement à cause de sa petite taille et de ses deux ailes noires, dont une était cassée - et sûrement Donovan Gaëlreskov, qui lui tournait le dos et se tenait tout droit, avec une certaine arrogance.

- Bienvenue en Alétheïa, Donovan-san. J’espère que vous avez fait bon voyage


Avant d’avoir pu apercevoir Lynirael, ils se dirigèrent dans la direction opposée. Un des gardes fit tout de suite appeler la présidente Kurenai.

_________________

Tuer ou Mourir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donovan D. Gaëlreskov
Admin
avatar

Messages : 426
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 23
Localisation : A place where everything is right where it belongs

Feuille de route
Grade: Général de la division Werewolf d'Atraxis
RPS en cours:

MessageSujet: Re: Tea party or New Dawn Fades (PV Lynirael and Donovan)   Dim 17 Jan - 20:10

- Bienvenue en Alétheïa, Donovan-san. J’espère que vous avez fait bon voyage.
Je vous prie de me suivre. Le thé est prêt. Nous pourrons alors discuter.


Donovan lui lança un sourire charmant et qui se voulait aimable, il s'apprêtait à avancer lorsqu'une odeur qu'il avait déjà sentit plusieurs années de cela vint lui titiller les narines. Il ferma les yeux et inspira. Marseille, Quale, le jeune homme, Lyniraël, le combat...
Il ouvrit lentement ses paupières et d'un mouvement dansant il se retourna, il était là, grand, large d'épaule et très bien bâti, des cheveux rebelles et un visage fin et plutôt charmant malgré sa pilosité. Il le lorgna et l'examina de bas en haut puis arriva enfin au niveau des yeux.

-Ma chère Mashiro, votre second et dernier invité vient d'arriver.

On eut que Donovan semblait obnubilé par Lyniraël, en effet il marchait de manière légère, le regard plongé dans le sien, mais ce serait se tromper, il n'était en rien obnubilé, non il était en chasse.
Un frisson sauvage mais à peine perceptible secoua son corps, l'excitation le fit sourire, les battements de son coeur s'accélèrent mais gardèrent un rythme régulier, une montée de wolfserum le frappa, il n'avait qu'une seule envie: le tuer. Son instinct de loup le poussait à bondir, d'attraper ce roi et de le lacérer, de l'étriper afin de supprimer le dernier des Daeva, mais son instinct humain essayait tant bien que mal de le stopper. Il avançait inexorablement vers le monarque qui semblait de na pas trop comprendre ce qui se passait, quelques pas, quelques battements de cœurs les séparait.
Don fut enfin devant Lyniraël, il soupira de soulagement et un sourire inquiétant naquit sur ses lèvres qu'il humecta.

-Lyniraël Daeva, je suis plus que ravi de vous revoir.

Il lui lança un regard froid, ses ongles commençaient à pousser, la transformation était imminente, il la stoppa in extremis et reprit de sa contenance.


*Tu viens de frôler la catastrophe mon ami*

Mais la température avait tout de même diminué de quelques degrés.


*Calme toi, fais toi charme et amitié, soit charmant et aimable, aller Don tu peux le faire*

Il lui tendit la main.

-Je me présente, Donovan Dimitrievitch Gaelreskov, héritier de la prestigieuse famille Gaelreskov, je suis le représentant d'Atraxis, il prit le soin de cacher son véritable rang, j'ose espérer que vous n'avez pas oublié notre dernière rencontre à Marseille, autrement je serais plus que déçu, avez vous encore le petit souvenir que... je vous ai laissé?
Mais ne restons pas planté là, allons dans les jardins en compagnie de notre chère amie Mashiro qui a tout préparé, montrons nous aimables et respectons ses efforts.


Donovan savait pertinemment que Lyniraël n'allait pas se montrer doux et charmant, bien au contraire il risquait de lui sauter dessus, ou bien de pleurer comme une madeleine au souvenir de ses parents décédés, mais l'hypothèse la plus probable n'était autre que la première... Pour la peine Donovan fit un pas de côté et lui montra du bras le jardin avec un grand sourire.

*Allez mon brave fonce moi dessus que je puisse voir ce que tu es devenu...*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zero-sum.forumactif.org
Lyni
Admin
avatar

Messages : 415
Date d'inscription : 15/04/2009
Age : 23
Localisation : Mystère et boule de gnome -w-

Feuille de route
Grade: Monarque de Daevën
RPS en cours:

MessageSujet: Re: Tea party or New Dawn Fades (PV Lynirael and Donovan)   Jeu 21 Jan - 12:59

Avant même qu’un de ces idiots de gardes n’appellent Mashiro Kurenai, le dénommé Donovan se retourna.
Ce moment paru durer une éternité, sa tête se tourna insolemment, comme s’il voulait défier la personne qui était venue perturber son rendez-vous. Il secoua sa crinière de cheveux bruns et regarda le monarque à travers une mèche de cheveux qui lui tombait devant les yeux. Il semblait renifler, on aurait dit qu’il pouvait percevoir l’odeur de Lynirael. Mais ce n’est pas ce petit détail qui étonna le monarque, loin de là. La tête de cette personne - et Lynirael le reconnu tout de suite – appartenait à une personne qu’il ne s’attendait pas à revoir de sitôt, le meurtrier de ses parents…
Le jeune homme n’était plus le petit garçon naïf de leur dernière rencontre, il avait su tirer un trait sur la mort de ses parents, bien que toujours affligé par leur tragique disparition. La vue de cet infâme tas d’ordure n’avait que déterminé Lynirael à se dire qu’il ne tarderait pas à démolir ce vermisseau aux airs de danseuse.
Il ne savait plus vraiment quoi penser, quoi faire, des sentiments contradictoires se bousculaient dans sa tête : la tristesse, la haine, la colère, l’étonnement… C’était tout cela à la fois, mais quand sa voix déchira l’air, il su tout de suite celui qui prédominait : la haine, la vengeance…


- Ma chère Mashiro, votre second et dernier invité vient d’arriver.


Donovan marcha avec légèreté dans sa direction, au bout de quelques secondes son corps paru traversé d’un frisson, un voile noir couvrit ses yeux, il tremblait d’une excitation inconnue, et un aura de férocité bestiale émanait de tout son corps, on eut dit un prédateur, il se déplaçait avec une grâce animale, comme un félin. Et soudain, aussi vite qu’ils étaient apparus, ces symptômes disparurent et l’étrange personnage redevint comme avant. Donovan était à moins d’un mètre de Lynirael, qui bouillonnait d’une rage intérieure, incomparable à celle qu’il avait éprouvé il y a des années, à Marseille. Il faudrait la multiplier par dix pour comprendre ce qu’il ressentait à ce moment.

- Lynirael Daeva, je suis plus que ravi de vous revoir…


Avec une force qu’il avait puisé on ne sait où, Lynirael reprit le contrôle de son corps et essaya de rester le plus froid que possible, sans laisser intervenir sa haine. Il n’allait tout de même pas pulvériser ce misérable insecte dans un palais, Lynirael était tout de même chez la présidente d’Aléthéia…

* Surtout que le sang est très difficile à laver lorsqu’il sèche … *

- Ce n’est pas réciproque, Donovan Gaelreskov, je serai hypocrite si je disais que la vue de votre lamentable personnage me faisait plaisir, soyons francs.


Donovan fit semblant de ne pas l’entendre et reprit.

- Je me présente, Donovan Dimitrievitch Gaelreskov, héritier de la prestigieuse famille Gaelreskov, je suis le représentant d’Atraxis, j’ose espérer que vous n’avez pas oublié notre dernière rencontre à Marseille, autrement je serais plus que déçu, avez-vous encore le petit souvenir que… je vous ai laissé ?
Mais ne restons pas plantés, là, allons dans les jardins en compagnie de notre chère amie Mashiro qui a tout préparé, montrons nous aimables et respectons ses efforts.


Au prix d’un effort considérable, Lynirael s’efforça de se montrer faussement amical, exagérément, pour humilier Donovan, qui pensait vraiment pouvoir le mettre à bout. Et surtout, faire semblant de ne pas avoir entendu son allusion à la blessure qu’il avait causé serait une marque de faiblesse, c’est ce qu’il fallait éviter à tout prix.


- « Enchanté », Gaelreskov… Vous parlez de souvenir ? Oui, bien-sûr, je vois de quoi vous voulez parler… Les filles raffolent de cette belle balafre, elles trouvent cela très viril voyez-vous ? Mais je vois que vous, vous n’avez pas la tête d’un séducteur… Ne vous inquièterez pas, je vous donnerai des cours…


Lynirael fit tout de suite volte face en ignorant superbement Donovan, et alla à la rencontre de Mashiro Kurenai.

_________________

Tuer ou Mourir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mashishi
Admin
avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 97

Feuille de route
Grade: Présidente d'Alétheia
RPS en cours:

MessageSujet: i   Jeu 21 Jan - 16:26

-Oujo-sama, lui souffla Seiren, Daëva-sama vient d'arriver.

Ignorant son majordome, Mashiro continua son chemin aussi tranquillement que si on lui aurait annoncé qu'on venait de préparer le thé. En réalité, le programme de réflexion de son cerveau tournait à plein régime. Daëva n'était pas censé arriver maintenant. Daëva était censé arriver six heures à l'avance. Aucun problème s'il ne s'était agi que de paix. Niaise, inconstante et fade paix. Mais ce n'était pas cela qui redonnait du relief à la vie de Mashiro. Née pour la guerre, elle s'y consacrait entièrement. Jusqu'à ce que ces ambitions seront accomplies. Les seules qu'une personne dépourvue d'idéaux pouvaient possèder. Des secrets qu'aucun ne devait posséder, sous peine de mort.
Dans un sens, cela l'arrangeait. Son esprit sage était encore tourmenté par ce dilemme et elle n'avait pas arrêté de décision précise, craignant pour les conséquences. Puis, si ce ne sera pas pour aujourd'hui, ce sera pour demain. Mais Mashiro haïssait l'erreur. Elle s'était pourtant bien assurée que son e-mail parvienne aux ordinateurs du Royaume, et que ses messages aux oreilles du roi. Alors pourquoi ? Mashiro constata que sa mémoire photographique n'avait pas retenu la scène en détail. Ses pensées n'étaient que du noir, que du vide. Rien à faire. Etait-ce donc ce trouble inutile ? Personne ne mourrait ce soir. L'organisation de l'Alétheia était parfaite. Son propre réseau empêchaient tous les bugs. Elle n'avait pas délégué cette tâche à un serviteur indigne de confiance. Elle l'avait faite elle-même. Elle-même. Il n'y avait pas de coupable.

*Le traître, c'est moi*

Un rire maléfique traversa l'esprit de Mashiro, se répercutant dans son corps tout entier. C'était bien ce qu'elle pensait. Il fallait qu'elle se débarrasse de ce problème. Voilà déjà trop longtemps qu'il durait.
*Ehi, tu m'entends ? C'est moi qui ai appelle l'autre mec ! C'est moi qui lui ait dit de se pointer quand l'autre arrive ! Moi, moi, moi et moi ! Inutile de m'ignorer ! Tu ne pourras jamais le virer. Car tu es sous mon emprise !*

Vraiment, cette présence était très gênante. Elle se redressa, reprit contact avec la réalité, s'y accrochant comme on se raccroche à une paroi pour ne pas lâcher prise. Et tomber dans le vide.
*Tu vas répondre quand j'te cause salope ? Arrête de faire ta snob. Il y a des choses que tu sais pas ! Sors un peu de ton palais, pov'geek. Tout le monde sait qu'Atraxis et Daëven ne peuvent pas s'blair...*

Au bout de quelques secondes de concentration, Mashiro parvient à refouler la voix là où elle était venue. Surement, l'échec de ses plans avait affaibli son esprit. Elle s'était ressaissie depuis. Il fallait qu'elle garde son calme pendant qu'elle prendrait le thé. Sinon le monstre pouvait refaire surface et pas sur qu'elle puisse se recontrôler ensuite. C'était la première fois qu'il se manifestait avec autant de force. Mashiro était prête à tout pour l'éliminer, jusqu'à se réinjecter une autre dose.
Cette minute d'égarement pouvait avoir exaspéré ces invités. La rapidité de réflexion de Mashiro en avait heureusement attenué la durée. Derrière elle, Donovan et Lyniraël semblaient converser. Mashiro détailla le profil de l'individu. Il était du type occidental, du Sud, supposait-elle en raison de son teint hâlé. De nombreuses cicatrices zébraient son corps. Il savait se battre donc. Ou alors il ne savait pas tenir une arme. Mashiro penchait pour la première solution. La carrure semblait suggèrer qu'il devait avoir une force redoutable, ses bras musclés indiquaient eux une arme de poing. Toute cette masse imposante donnait à Mashiro l'idée que Lynirael n'était pas un adepte de la finesse en combat, mais il fallait qu'elle se méfie des préjugés. Il était habillé d'une manière très simple, à l'opposé de Gaëlreskov. Heureux signe. Il ne cherchait donc pas à en faire des tonnes et devait donc être simple et direct. Dommage, songea quand même la Présidente. Elle aurait aimé avoir un adversaire un peu plus retors. Au premier abord, le monarque restait tout de même curieux. Lui aussi n'avait pas d'escorte. Manie étrange, typiquement fruit de l'arrogance humaine.
La conversation des deux hommes s'acheva. Mashiro n'en avait pas suivi le cours à cause de l'interruption du problème, et elle ne parvint qu'a entendre le mot "Cours", qui hors contexte lui était totalement inutile. Tant pis, elle demandera à Seiren un résumé précis ce soir. Il devait avoir tout enregistré, c'était ce pour quoi il avait été créé. Les gestes des hommes trahissaient néanmoins un certaine tension. Etait-cela dont l'autre avait parlé ? Bien qu'elle ne prêtait guère attention à cette voix, elle se promis d'observer le comportement des dirigeants de plus près. L'animosité est un précieux outil quand on savait s'en servir. Lynirael vint à sa rencontre. L'ombre des sentiments qu'il essayait de dissimuler n'échappa pas à Mashiro, qui vit ses intuitions confirmées. On pouvait lire dans les humains comme dans un livre ouvert à la table des matières. Elle lui resservit la même courbette qu'à Donovan. Son discours lui faisait gaspiller plus de salive :


-Bienvenue en Aléthéïa, Lyniraël-dono (=ancien suffixe utilisé pour marquer l'égalité, généralement chez les nobles) . Les rumeurs sur votre ponctualité n'étaient pas infondées. Je me présente, je me nomme Mashiro -pourquoi devait-elle prononcer des phrases aussi inutiles ?-, et je suis la Présidente de ce pays. Et voici Seiren, mon majordome.

Seiren lui décocha un grand sourire rougissant.
-Enchanté, Daëvaaa-sama ^.^

Malgré tout les paramétrages de la Furia, il ne cessait de se comporter en grand enfant. Encore une autre contrainte à résoudre. Il était la mascotte ingénue du palais, mais Mashiro préférait un peu plus de respect.
-Veuillez me suivre dans les jardins, nous allons prendre le thé avec Donovan-san.

La marche jusqu'aux jardins reprit, et Mashiro en profita pour commencer son interrogatoire.
-Vous avez eu l'occasion de faire connaissance à ce que je vois, commenta-elle sans ironie.

Elle guetta la réaction des deux hommes, puis resta en silence jusqu'à leur point d'arrivée, n'ayant pas la force de se lancer dans des babillages inutiles. Cette haine, car cela en avait toutes les semblances, était inespérée. Elle lui donnerait l'occasion de remplacer le stratagème que l'idiote avait détruite. Un nouveau challenge s'offrait à elle, donnant à cette réunion une perspective autrement plus intéressante.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donovan D. Gaëlreskov
Admin
avatar

Messages : 426
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 23
Localisation : A place where everything is right where it belongs

Feuille de route
Grade: Général de la division Werewolf d'Atraxis
RPS en cours:

MessageSujet: Re: Tea party or New Dawn Fades (PV Lynirael and Donovan)   Jeu 21 Jan - 18:44

- Ce n’est pas réciproque, Donovan Gaelreskov, je serai hypocrite si je disais que la vue de votre lamentable personnage me faisait plaisir, soyons francs.

Donovan l'ignora et se présenta.

- « Enchanté », Gaelreskov… Vous parlez de souvenir ? Oui, bien-sûr, je vois de quoi vous voulez parler… Les filles raffolent de cette belle balafre, elles trouvent cela très viril voyez-vous ? Mais je vois que vous, vous n’avez pas la tête d’un séducteur… Ne vous inquièterez pas, je vous donnerai des cours…

Lynirael fit volte face et s'en alla. Donovan ne bougea plus, il le regardait avec une intensité déconcertante, mais le dos du monarque n'avait rien de gracieux, ni son corps d'ailleurs, la masse musculaire trop importante était mal répartie, trop sur le haut.

*Des cours... un plaisantin n'est-ce pas? Une cicatrice qui plait aux filles? Je pense qu'elles seront plus que ravies lorsqu'elles pourront toucher celle que je te ferai en t'arrachant les couilles petit fils de pute... Dis donc le loup on se calme, on se calme, cet imbécile de Lynirael vient de me prouver que la mort de ses parents est encore un point sensible et qu'il n'a pas confiance en soi, ça oui, autrement il n'aurait pas prétendu plaire au filles avec autant d'arrogance... oh je commence à bien t'aimer, je serais bien triste de t'éliminer, tâche de ne pas m'en donner l'occasion. Mais pourquoi je parle tout seul? Tss il marque tout de même un point, il m'a légèrement humilié.*

Donovan s'avança la tête haute, un sourire charmeur sur les lèvres, une garde lui rentra de dedans, elle s'excusa précipitamment, il lui toucha l'épaule, "Ce n'est rien", la garde rougit et s'en alla.

*Hmm Mashiro aucun garde auparavant ne bousculait tes invités, aurais-tu de petits problèmes toi aussi?

Don arriva à la hauteur du monarque, son odeur agressa ses narines.

*Une fois ça suffit, mais je ne supporterai pas son odeur plus longtemps*

Il passa sa main dans ses cheveux, la reniflant discrètement par l'occasion, il préférait sa propre odeur, bien que celle de Mashiro était étonnement fraîche et délicate pour une Furia.
Une fois ses narines apaisées il réfléchit rapidement à la situation, Daeva n'avait aucune raison d'être ici, en effet il n'était pas dans les habitudes de Mashiro d'inviter pour faire la paix, encore moins avec Daeven qui était son ennemi le plus proche, la Russie étant une source de tension, la paix n'était donc pas la raison de se présence, lui était présent pour une vente de pluies, ce n'était pas la première et cela n'avait rien d'extraordinaire, alors pourquoi? Pourquoi? Donovan jeta un regard en direction de Lynirael.


*Je vois, quelqu'un ici serait donc au courant de notre différent? Non impossible. La raison est plus générale, tout le monde sait qu'Atraxis et Daeven ne se supportent pas. De plus personne ici n'ait au courant de ma lycanthropie, c'est certain par contre Mashiro pourrais éventuellement être au courant de mon véritable rang au sein d'Atraxis bien que j'en doute fort, donc on souhaiterai ma mort, il suffit que l'on provoque un duel entre Daeva et moi et tout le monde pensera que le roi me règlera mon compte ou me liquidera... Judicieux très judicieux, Atraxis ne souffrira pas la mort d'un de ses ambassadeurs, elle déclarera la guerre à Daeva et Alétheia pourra en profiter et faire d'une pierre deux coups... C'est, ma foi, un peu tiré par les cheveux mais plausible, l'autre hypothèse serait que quelqu'un sache que j'i dans le passé agressé Daeva, mais ça reviendrai au-même, dans tous les cas une guerre serait imminente si l'un de nous deux venait à mourir. Intéressant j'avoue, mais ce n'est pas le moment de converser avec tes pensées très cher*

-Vous avez eu l'occasion de faire connaissance à ce que je vois.

Cette soudaine prise de parole par Mashiro le surpris, il regarda la présidente.

-Oui en effet, notre vénérable roi a tout d'un gentleman,
l'ironie suintait presque de sa bouche. Ah oui j'oubliais...

Il fit volte face et coupa la route du roi.

-Petit fils de pute arrogant tu ferais mieux de surveiller un petit peu ton langage, au Japon on respecte ses aînés, ce n'est pas parce que ta vie fut un désastre, que ta vie ne fut pas comme tu l'aurais voulu, ce n'est pas parce que tu es un roi que tu peux te permettre de me snober ainsi, n'oublie pas Marseille, je pourrais recommencer, et oui même ici, le sang n'a jamais tué les plantes, il risque juste de tâcher momentanément l'herbe.
Si tu crois pouvoir me provoquer c'est raté,
Donovan proférait ses paroles avec un calme olympien qui était on ne peut plus véritable, il jeta un coup d'oeil furtif, ils étaient seuls avec Mashiro et Seiren, les gardes étaient derrières, plutôt loin.
Ceux qui se sont dressés contre moi sont mort, pense à ton père, j'aurais pu lui laisser la vie sauve mais il a cru pouvoir me vaincre, il est mort, ta mère? Elle a crié comme une putain lorsque ma lame lui a ravagé la poitrine, le poison de ses paroles était presque visible, son calme rendait la scène encore plus effrayante, oui comme une putain. Ne joue pas aux plus fins avec moi, nous pourrions être amis, nos territoires y gagneraient beaucoup, je veux bien être ton ami, mais toi, oui toi, le tutoiement était très mal venu, tu ne pourras jamais accepter d'être le mien, sais-tu pourquoi? Tu es bien trop faible pour faire abstraction de ton histoire, comment un royaume peut-il être gouverné par un faible?

Il éclata de rire franc et jovial.

-Si j'étais un vrai salopard je t'aurais tenu ce discours en le pensant, mais je ne suis pas un salopard comme vous pourriez le penser Daeva, non, c'est pour cela que je vous demanderai de ne pas offenser une personne qui ne vous veut aucun mal, en l'occurrence moi. Si vous n'avez cure de ce que je dis, qu'à cela ne tienne. Sachez néanmoins que je suis ravi de voir que vous savez garder vos nerfs, c'est une caractéristique rare et elle sied à un roi.

Donovan se retourna et regarda Mashiro.

-Avez-vous bien profité de cette conversation ma chère?

Don ferma les yeux et les rouvrit lentement. Et chuchota à Lynirael, il prit soin de moduler sa voix afin que seul lui ne l'entende et il fit attention à masquer ses lèvres.

- 1 partout désormais, soyez mon ami pendant cet entretien, seul, vous ne résisterez pas longtemps à Mashiro, et avec les informations que je viens de lui donner via mon discours elle sera aux aguets et n'aura de cesse de vous provoquer, vous gardez vos nerfs avec moi mais je sais que vous peinez à retenir votre rage, je le sens et elle aussi. Elle vous dévorera, soyez prêt, Daeven ne pourrait tolérer un échec de votre part, Alétheia est en mesure de prendre la Russie ou pas, mais prendez-vous le risque de provoquer une nouvelle guerre? Moi à vos côtés elle sera plus faible, unissons-nous, oubliez nos différents.
Vendre des pluies est une affaire de routine, mais votre présence ici n'a aucun sens. Soyez sur vos gardes. Je pourrais plus tard trouver un peu de temps pour discuter en tête à tête avec vous, mais pour le moment vous devez rester concentré sur Mashiro.


Donovan s'écarta, il savait pertinemment que ce qu'il faisait n'avait aucun sens apparent, il offrait sur un plateau d'argent des informations sur le roi (ainsi que sur lui mais sa couverture étant solide les conséquences seront minimes) puis il lui offrait son aide. Mais pour lui, cela avait un sens, les informations? c'était pour l'humiliation, on ne joue pas avec Donovan Gaelreskov sans en payer les conséquences, mais Don n'a rien d'un ingrat, rien ne lui fait plus plaisir que d'aider quelqu'un, et il savait que cette première rencontre entre Machiro et Daeva risquait d'être tendue voire hostile, Don n'avait pas envie de laisser le loup qu'il était dévorer des restes, il voulait Daeva pour lui tout seul, alors autant l'aider à rester entier...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zero-sum.forumactif.org
Lyni
Admin
avatar

Messages : 415
Date d'inscription : 15/04/2009
Age : 23
Localisation : Mystère et boule de gnome -w-

Feuille de route
Grade: Monarque de Daevën
RPS en cours:

MessageSujet: Re: Tea party or New Dawn Fades (PV Lynirael and Donovan)   Ven 22 Jan - 22:52

Elle parla d’une voix très pure, claire et dénuée de toute émotion.

- Bienvenue en Aléthéïa, Lyniraël-dono. Les rumeurs sur votre ponctualité n'étaient pas infondées. Je me présente, je me nomme Mashiro, et je suis la Présidente de ce pays. Et voici Seiren, mon majordome.

- Comment ne pourrais-je vous reconnaître, Mashiro Kurenai… - Il lui rendu son salut par une petit révérence, lui aussi ; et décida de ne pas s’attarder sur de telles futilités - Des rumeurs sur ma ponctualité ? Moi-même je n’en ai pas eu vent, Présidente Mashiro – si c’est ainsi que vous souhaitez que l’on vous appelle – …

* Si elle me parle de « rumeurs sur ma ponctualité », c’est bien entendu que je ne suis pas à l’heure prévue… Mais que ce passe t’il, elle m’avait pourtant spécifié dans son message cette heure précise, celle ou Donovan arrivait justement, je ne peux me tromper… Je vais éviter de parler de cela maintenant, je verrais plus tard…
En pensant à Donovan, justement… Je sens qu’il n’a pas toléré l’humiliation que je lui ai faite subir, il va repartir à l’assaut, je dois sûrement m’attendre à une attaque directe et terriblement offensante sur mes parents, mais je n’aurai qu’à me contrôler. Je suis sûr qu’il ne va pas céder à la tentation de parler de tout cela devant Mashiro, rien que pour me mettre mal à l’aise, et pour lui délivrer des informations sur moi… Les informations qu’il va dévoiler restent tout de même gênante, et je ne peux rien faire contre ça… Je resterai dépourvu d’émotion comme un Furia. Prépare-toi Lynirael ! *

Il salua le Majordome, un homme à l’air charmant, assez jeune… Ou disons plutôt un beau robot neuf. Le visage de Mashiro trahissait lui aussi d’une certaine perte de contrôle, il avait entraperçu pendant sa petite altercation avec Donovan son visage qui semblait témoigner d’un débat antérieur, un peu comme le ferait un schizophrène.
Lynirael était entouré de psychopathes, et cela tombait bien, lui aussi était bizarre. Chacun semblait vouloir cacher quelque chose et chacun était l’ennemi des deux autres… Cela commençait à devenir intéressant, très intéressant. La manière dont Mashiro s’était présentée prouvait bien les rumeurs de son caractère froid et sans émotion. C’était le genre de personne qui parle très peu, et qui ne prend la parole que pour dire quelque chose d’utile. Son apparence était de près encore plus impressionnante, sa petite taille n’en rendait étrangement que plus inquiétante son allure. Elle était élégamment vêtue, et avait apparemment fait un effort pour se maquiller. Bien qu’il éprouvait depuis toujours une répulsion pour les Furias et pour Alétheia, le personnage de Mashiro ne lui était pas forcément antipathique, mais mieux valait ne pas se fier aux premières apparences.
Donovan n’attendit pas longtemps pour se joindre à eux, il arriva la tête hautaine, et se prit une garde.


* Et voilà que le boulet revient à la charge… A force de regarder trop haut, voilà ce qui arrive, on se fait bousculer…*

Arrivé devant eux, il se passa la main dans les cheveux comme le ferait une femme et les secoua à nouveau. Avant qu’il ait pu en placer une, la Furia leur proposa d’aller prendre un thé dans le Jardin.

- Vous avez eu l'occasion de faire connaissance à ce que je vois.
- Oui en effet, notre vénérable roi a tout d'un gentleman.


*Mais c’est qu’il est content il a enfin réussi à se moquer de moi !*

Lynirael ne prit pas la peine de répondre, il savait que Donovan renchérirait. En effet, il ne tarda pas.

- Petit fils de pute arrogant tu ferais mieux de surveiller un petit peu ton langage, au Japon on respecte ses aînés, ce n'est pas parce que ta vie fut un désastre, que ta vie ne fut pas comme tu l'aurais voulu, ce n'est pas parce que tu es un roi que tu peux te permettre de me snober ainsi, n'oublie pas Marseille, je pourrais recommencer, et oui même ici, le sang n'a jamais tué les plantes, il risque juste de tâcher momentanément l'herbe.
Si tu crois pouvoir me provoquer c'est raté.


*Mais mon dieu, quel… Son discours n’a aucun sens…*

- Mon cher Donovan, je vous retourne la monnaie de votre pièce. C’est à vous que je conseillerai de surveiller votre langage, il ne sied guère au « Représentant d’Atraxis » de parler de manière aussi grossière. Nous sommes hôtes chez la présidente Mashiro, un peu de tenue ! Je ne vois de toute façon pas en quoi je n’ai su tenir mon langage, j’avais tout simplement envie de vous dévoiler les fonds de ma pensée, que vous deviez connaître, si vous n’êtes pas abruti… Inutile de vous dire que si il y a quelqu’un qui prend un plaisir à provoquer, c’est vous et non moi.

* Quel idiot je fais, c’est parti tout seul, je n’ai pas pu m’en empêcher… Vraiment, qu’est ce qui m’a pris de me rabaisser à son niveau… Mashiro va me prendre pour un enfant.*


- Ceux qui se sont dressés contre moi sont mort, pense à ton père, j'aurais pu lui laisser la vie sauve mais il a cru pouvoir me vaincre, il est mort. Et ta mère? Elle a crié comme une putain lorsque ma lame lui a ravagé la poitrine, oui comme une putain. Ne joue pas aux plus fins avec moi, nous pourrions être amis, nos territoires y gagneraient beaucoup, je veux bien être ton ami, mais toi, oui toi, tu ne pourras jamais accepter d'être le mien, sais-tu pourquoi ? Tu es bien trop faible pour faire abstraction de ton histoire, comment un royaume peut-il être gouverné par un faible ?

* Il fallait s’y attendre, la provocation… Il marque un point sur ce qu’il appelle être ma faiblesse - ou plutôt mon humanité -, mais je ne vois pas en quoi cette faiblesse m’empêche de gouverner correctement. Si son seul problème c’est d’empêcher Daevën de s’allier à Atraxis, je suis bien content qu’elle existe… D’autant plus que je n’ai jamais été informé sur l’origine du meurtrier de mes parents, si je ne me suis pas allié à Atraxis ce n’est bien évidemment pas pour cette raison. Laissons tomber le débat, ça ne sert à rien de répondre.*


- Si j'étais un vrai salopard je t'aurais tenu ce discours en le pensant, mais je ne suis pas un salopard comme vous pourriez le penser Daeva, non, c'est pour cela que je vous demanderai de ne pas offenser une personne qui ne vous veut aucun mal, en l'occurrence moi. Si vous n'avez cure de ce que je dis, qu'à cela ne tienne. Sachez néanmoins que je suis ravi de voir que vous savez garder vos nerfs, c'est une caractéristique rare et elle sied à un roi.


* Ne t’inquiète pas, je ne te prends pas que pour un salopard, je te prends aussi pour un idiot… Et maintenant après sa tirade mooooonstrueuse, on passe à l’étape « J’me la pète »*

- Avez-vous bien profité de cette conversation ma chère ?
- Merci pour ce compliment Donovan, c’est trop d’honneur… Votre discours m’a été très instructif, dommage que je n’ai pu prendre note...


Il se rapprocha ensuite très près de Lynirael et s’entretenu avec en chuchotant, avec une discrétion absolue, si bien que même le monarque avait des difficultés pour le comprendre, malgré son ouïe surdéveloppée.


- 1 partout désormais, soyez mon ami pendant cet entretien, seul, vous ne résisterez pas longtemps à Mashiro, et avec les informations que je viens de lui donner via mon discours elle sera aux aguets et n'aura de cesse de vous provoquer, vous gardez vos nerfs avec moi mais je sais que vous peinez à retenir votre rage, je le sens et elle aussi. Elle vous dévorera, soyez prêt, Daeven ne pourrait tolérer un échec de votre part, Alétheia est en mesure de prendre la Russie ou pas, mais prendez-vous le risque de provoquer une nouvelle guerre? Moi à vos côtés elle sera plus faible, unissons-nous, oubliez nos différents.
Vendre des pluies est une affaire de routine, mais votre présence ici n'a aucun sens. Soyez sur vos gardes. Je pourrais plus tard trouver un peu de temps pour discuter en tête à tête avec vous, mais pour le moment vous devez rester concentré sur Mashiro.


Il paraissait parfaitement calme, mais derrière ce masque rassurant, il réfléchissait à toute vitesse, son cerveau tournait à plein régime. C'était vraiment une réaction inattendue, Donovan n'était pas aussi idiot qu'il en avait l'air. Mais quel était son but ? Pourquoi un tel revirement de situation ? Il voulait simplement le déstabiliser ? Pensait-il vraiment ce qu’il disait, ou voulait il simplement se servir de Lynirael ?


* S’il pense que je peine à garder mon calme, il se trompe, Mashiro ne me fait pas peur et l’erreur que j’ai faite au début avec Donovan ne se reproduira plus. Ils ne trouveront tout d’eux pas même l’ombre de la colère. Mais là n’est pas le problème… A quoi joue t’il ? Il change brusquement de discours vis-à-vis de moi, c’est à n’y rien comprendre. Il me provoque, livre des informations presque « cruciales » sur moi à Mashiro pour lui faciliter la tâche qu’elle a de me sonder pour connaître mes faiblesses. Et après, il me propose de l’aide, innocemment, comme s’il avait toujours été de mon côté. Quel personnage ambigu et déroutant fait-il… Mais sur le dernier point, il n’a pas tord. Ma présence ici est difficilement compréhensible. Il est vraisemblable que Mashiro voulait tout simplement connaître ses ennemis, mais risquait ainsi de livrer des informations sur elle-même. Elle a su trouver une prétexte avec Donovan pour cacher le fond de ses idées, mais elle n’a rien trouvé pour moi. Il a raison, je dois faire attention… En attendant, je vais accepter sa proposition, même si il joue un affreux double-jeu, de toute façon je n’ai rien à y perdre, je n’ai qu’à y gagner. Mais s’il croit que j’oublierai un jour ce qu’il à fait, il se trompe, je remets à plus tard la leçon que je dois lui donner.*

- C’est d’accord Donovan, je n’ai pas le temps de parler beaucoup, Mashiro va se douter de quelque chose. Deux détails seulement : je contrôle parfaitement ma colère, détrompez vous, et ne croyez pas que j’oublierai un jour ce que vous avez fait. Deuxième chose, j’espère de vous une coopération fine et aussi discrète que possible… De toute façon, je n’ai rien à y perdre.

La table près de laquelle les trois convives devaient s’assoir pour prendre le thé était à leur hauteur, et Mashiro leur proposa de s’installer.

_________________

Tuer ou Mourir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mashishi
Admin
avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 97

Feuille de route
Grade: Présidente d'Alétheia
RPS en cours:

MessageSujet: Re: Tea party or New Dawn Fades (PV Lynirael and Donovan)   Sam 23 Jan - 23:51

Le monarque de Daëven avait toute la courtoisie qui seyait à son rang, et lui non plus n'aimait guère se disperser. Prometteur. Cet homme semblait différer des autres humains qu'elle avait croisé. De plus, il avait réussi à relever la pique qui se cachait dans son compliment, comme une épine sous la tige d'une rose immaculée. Mashiro s'en réjouissait. Sa quête de difficulté s'exauçait au-delà de ses espérances. Peut-être avait elle trouvé ce qu'elle recherchait depuis des années.
Quelqu'un à sa hauteur.
Combien de temps tiendrait-il face à son jugement implacable ? Sera elle déçue... une fois de plus ?
Pendant qu'elle se posait ses questions, elle observait le jeune homme avec gravité. Gravité qui ne la quitta pas lorsqu'elle lui répondit.



- Voilà qui est étonnant. Mais il est vrai que les bruits ont plus d'impact à l'extérieur. Par contre, je ne comprends pas votre dernière question. Mon nom est bien Mashiro, non ? Nous sommes en outre entre Chefs d'Etats. A quoi bon s'appeller par notre fonction si nous savons qui nous sommes.


C'étaient des mots assez étonnants de la part de la Présidente, qui regardait en principe tout le monde de haut. Seiren rougit quand Lynirael le salua, et bredouilla quelques mots de remerciement tout en louchant discrètement sur le torse musclé du roi. Les salutations et autres courbettes échangés, Mashiro partit devant, tout en surveillant du coin de l'oeil ses invités. Tout à coup, des insultes virent blesser ses oreilles. Donovan Gaëlreskhov se moquait ouvertement de son collègue étranger. Dans son palais... Quelle audace ! A peine voilée mais...
Trop d'audace.
En se manifestant ainsi, c'était comme si Donovan lui criait ouvertement "Eh, tu vois Mashi, t'as raison, le roi de Daëven et moi on se déteste !". Comme elle l'avait pensé précedemment, toute rancune était une faiblesse. Et l'Atraxien n'était pas le genre d'homme à les étaler bêtement. Sauf s'il ne tenait absolument pas à les regarder secrètes. Ou sauf s'il s'était rendu compte de ses intentions. Quelle étrange coïncidence d'obtenir précisement les informations qu'on veut à peine ait-on désire de les avoir. Son allusion à leurs relations devait avoir interloqué Donovan. Mashiro avait commis une erreur. Ou pas. C'était aussi une possibilité de fausse piste. Rien n'était perdu, surtout quand on croyait la berner ainsi. Un vulgaire chien à qui on jette un appât. Mais Mashiro n'était pas un chien. Mashiro était une Furia.
Les Furias ne perdaient jamais.


Lynirael réagit au quart de tour à la provocation. Les informations qu'elle avaient trouvé sur lui n'étaient pas démenties, cependant tout de même, il aurait pu avoir un peu de retenue. La riposte était suffisament subtile pour lui éviter un discréditement total, toutefois elle entama "l'enthousiasme" de Mashiro. Ses émotions le dominaient. Elles en venaient presque à contrôler ses actes. Pathétique. Vu que c'était sa première erreur, elle se décida de lui laisser une chance.
Le coup d'éclat de Donovan et la réaction du visé avaient eu au moins le mérite de lui faire comprendre qu'ils se détestaient. Apparemment, ils s'était passé quelque chose entre eux à Marseille, un combat. Puis Donovan avait tué les parents du jeune roi. Ce genre de choses était suffisant pour marquer un homme à vie. La violence, dès qu'elle était employée, se collait à sa victime et ne l'abandonnait plus, le poussant à tuer encore et encore. Si elle s'en fiait à ce qui avait dit, il y avait très peu de chances pour que les deux hommes puissent mettre leurs différends de côté un jour. Saufs s'ils s'embrochaient mutuellement, évidemment.
Toutefois, les dires étaient trompeurs. Après tout, Donovan voulait qu'elle le croie. Qu'est-ce qui les empêchait de faire semblant de se haïr pour l'égarer et en profiter pour la perdre ? Rien. La sournoiserie de la nature humaine est sans limites.
Pour l'instant, Mashiro se garda d'avoir un avis. Il fallait qu'elle agisse en toute finesse cette fois-ci

- Avez-vous bien profité de cette conversation ma chère ?

Mashiro aurait eu un sourire amusé si elle avait pu. Par cette phrase, Donovan venait de confirmer son hypothèse. La discussion n'avait pas servi à Daeva. Mais à elle. Il voulait donc qu'elle se serve de ce que lui avait appris. Cela tombait bien, elle était d'humeur généreuse aujourd'hui. Elle allait donc jouer son jeu. Il méritait amplement cette faveur. La couverture parfaite le valait.
Mashiro se composa une expression stoïque -facile à faire-, les sourcils légèrement haussés comme pour témoigner de sa désapprobation face à ce manquement à l'étiquette.


- Je vous propose de réserver vos leçons de conduite à Lynirael-dono pour une prochaine fois. Ce n'est pas la question aujourd'hui.

En même temps neutre et reflet exact de son attitude, tout en lui donnant l'impression de dissimuler l'intérêt que cet entretien aurait pu lui procurer. Réplique idéale. Ensuite, Mashiro fit mine de se détourner, comme lassée de ces agissements puérils typiquement occidentaux. La porte des jardins leur faisait face, baignant de lumière les lieux vides. Une main se posa alors sur son épaule, l'obligeant à tourner la tête de quelques centimètres. Un contact l'incitait toujours à regarder d'où il venait.
Seiren se tenait derrière elle, l'ombrelle dressé vers l'avant. Rouge écarlate et parcouru d'un vol de hérons doré, renvoyait aux couleurs de son kimono.

- Permettez moi de protéger Oujo-sama du soleil.

Que ce soit l'ombrelle ou son porteur, rien ne l'intéressa. Un spectacle plus captivant attira son attention. Juste au dessus de l'épaule de son majordome. Lynirael et Donovan se tenaient côte à côte. Côte à côte. Les lèvres de Donovan était masquées. Tiens donc. Cela aurait pu être discret s'il n'y avait pas eu un oubli. Ses yeux. Ils étaient clairement plongés dans ceux de Lynirael. Pour quelqu'un qu'il était censé mépriser, il paraissait étrangement proche de lui. Mashiro sentit venir la trahison. Aucune crainte ne la saisit. Les choses n'en seraient plus qu'intéressantes. Deux contre un. On verra qui aura le dessus.
L'attention qu'elle avait manifesté envers eux avait été trop brève pour qu'ils se doute de quelque chose. De plus, on aurait dit qu'elle examinait l'ombrelle, pas les hommes, trop occupés dans leurs basses besognes. Tout à fait normalement, Mashiro répondit à la sollicitation de Seiren.

- Oui. Allons-y.

Elle prit le bras du majordome et ils passèrent à travers le majestueux jardin japonais, des pétales de cerisier venant s'échouer sur le papier. Les rayons de soleil passaient sans brûler le teint de porcelaine de la Furia, qui n'était pas du à cette condition mais justement au fait qu'elle ne s'y exposait pas assez. Elle gravit avec aisance les marches du pavillon du thé, puis s'assit en seiza sur un coussin, invitant ses invités à en faire de même, Seiren les guidant à leur place. Une fois l'installation achevée, et conformément aux ordres communiqués par sa maîtresse, il annonça la carte des plats.
- Le thé est en préparation. Il s'agit du thé vert traditionnel, fabriqué à partir des feuilles de Matcha de la préfecture de Kobe. En accompagnement, vous avez du sucre de canne en direct des Philippines, et de la pâte de haricot rouge et des scones directement fabriqués avec de la farine anglaise, indiqua-il en souriant à Lynirael.
Mais d'abord, goûtez la collation. Vous avez la de la soupe miso, accompagné de sushis et de sashimis du jour, avec des makis fourrés au caviar. Je puis vous servir le saké si vous désirez
.


Il s'inclina et se plaça près de la table spécifique, présentant les ustensiles puis débutant la préparation. Mashiro, ne se sentant pas spécialement attirée par la nourriture, surtout après ce qu'elle avait prévu de dire, souhaita bon appétit puis prit directement la parole. Elle allait commencer par un test, par un tout petit test. Pas le plus réjouissant de tous certes, mais déjà plus jouissif.

-Vous savez la raison pour laquelle je vous ai réuni aujourd'hui je présume. Donovan-san, je vous demande des pluies pour l'Inde. Quant à vous, Daëva-dono, ne vous ai-pas bafouillé quelques choses à propos d'une bonne entente diplomatique, n'est-ce pas ? J'avoue que la clarté n'était pas de mise. Mais elle n'était non plus nécéssaire. A l'origine, vous deviez vous voir séparément. Or, des imprévus l'ont décidé autrement. Effectivement, votre réaction conjointe aurait été un problème supplémentaire pour ce que j'avais prévu.
Je me rends compte à présent que mes craintes étaient injustifiées.
Donovan-san , vous attirer ici était trop facile. Des pluies pour l'Inde, et vous arrivez en galopant, si j'ose dire, en vous basant seulement sur le passé. Lynirael, quant à vous, vous vous ne posez pas assez de questions. Arriver en plus ici sans escorte... Quelle folie...


Mashiro s'interrompit pour sortir un éventail et l'agiter mollement devant elle.
- Oubliez tout ce à quoi vous pensiez être venus aujourd'hui. Je ne vous ai convoqués que pour une seule raison.

Déclarer la guerre.

Le dos tourné, Seiren souriait. Cette femme était vraiment fascinante. Quoique dépourvue d'humour, elle prenait un plaisir sadique à mettre les personnes face à leurs propres craintes. Des restes de l'Autre dormaient dans son tempérament placide.
Ni "vous déclarer la guerre", ni "déclarer la guerre à Atraxis ou Daëven".
Tordu. Comment les invités allaient donc réagir ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donovan D. Gaëlreskov
Admin
avatar

Messages : 426
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 23
Localisation : A place where everything is right where it belongs

Feuille de route
Grade: Général de la division Werewolf d'Atraxis
RPS en cours:

MessageSujet: Re: Tea party or New Dawn Fades (PV Lynirael and Donovan)   Dim 24 Jan - 16:09

- C’est d’accord Donovan, je n’ai pas le temps de parler beaucoup, Mashiro va se douter de quelque chose. Deux détails seulement : je contrôle parfaitement ma colère, détrompez vous, et ne croyez pas que j’oublierai un jour ce que vous avez fait. Deuxième chose, j’espère de vous une coopération fine et aussi discrète que possible… De toute façon, je n’ai rien à y perdre.

Donovan sourit, au moins ils seraient deux, bien qu'il ne craigne pas Mashiro, Donovan préférait avoir la balle dans son camp, et la balle n'était autre que le roi de Daëven...
Don inspira très discrètement, il sentit l'odeur de Mashiro, son coeur s'arrêta juste pour un battement.


*Oh crazy shit! Elle nous a remarqué... le plan A tombe à l'eau, passage au plan B, j'espère que je n'aurais pas à me rabattre sur le C...
Voyons, Mashiro semble apprécier Daeva, elle jouera avec lui et lorsqu'elle sera lasse elle le répudiera... C'est ce qu'elle aurait fait du moins, si elle nous a en effet remarqué alors elle changera de méthode*

Une petite goutte de sueur pris naissance juste sous son pectoral droit et descendit lentement sur ses abdominaux. Sa transpiration n'était en rien liée à la peur ou à la chaleur, non elle était le premier élément de la parade du loup, bientôt son corps se mettra à produire à coeur joie du Wolfserum, un profond sentiment de soulagement l'envahit tandis que l'hormone se rependait dans ses veines, nourrissant ses cellules, revigorant ses organes, d'ici trois jours son taux d'hémoglobine allait diminuer, le deuxième tranchant de l'épée... Mais en attendant Don profitait du plaisir que lui procurait le wolfserum, la tension le quitta, il n'échouerait pas.
Il produisit un sourire charmant et discret, son regard s'emplit comme à son habitude de nostalgie et revêtit sa robe de tristesse et ceignit la lame de la pitié, il était à nouveau lui-même, il regretta d'avoir but trois sangs différents, elles n'avaient certainement pas le même groupe sanguin ce qui rendait la curée moins digeste.
Don repensa aux derniers événements, il pesta, il avait été si puéril, il soupira intérieurement.


*Je fais parfois de la peine... il est temps de te rattraper*

Comment avait-il osé proférer des paroles si insultantes à ce pauvre roi? Don eut envie de se donner des gifles, odieux, voilà ce qu'il pensait de lui. Il regarda brièvement Lynirael, il ne voulait pas le troubler, les gens se sentent toujours mal à l'aise lorsque Donovan les regarde.

Mashiro les convia à s'asseoir au pavillon du thé, Donovan retira ses chaussures et ses chaussettes et s'assit en tailleur, le vent caressa ses orteils, il eut un frisson de plaisir. S'il se mettait pied nu ce n'était pas par hasard, s'il devait se transformer il n'avait aucunement envie de ruiner ses chaussures, en effet ce sont les seuls vêtements qui ne fusionnent pas avec lui, et puis ses pieds agissent comme des capteurs thermiques, ils permettent à son corps de stabiliser sa température interne à 10°C et sa température externe à 37°C.
Heureusement pour lui et les autres ses pieds ne dégagent aucune odeur.


- Le thé est en préparation. Il s'agit du thé vert traditionnel, fabriqué à partir des feuilles de Matcha de la préfecture de Kobe. En accompagnement, vous avez du sucre de canne en direct des Philippines, et de la pâte de haricot rouge et des scones directement fabriqués avec de la farine anglaise, indiqua-il en souriant à Lynirael.
Mais d'abord, goûtez la collation. Vous avez la de la soupe miso, accompagné de sushis et de sashimis du jour, avec des makis fourrés au caviar. Je puis vous servir le saké si vous désirez.
-Oui servez moi donc un peu de saké je vous prie Seiren.


Donovan saisit le délicat bol de soupe miso ainsi que quelques sashimis. Manger est pour lui un véritable plaisir, son odorat surdéveloppé lui permet de ressentir toutes les saveurs des aliments, pourtant il ne mange que très peu c'est à dire deux fois par semaine environ, le sang remplace la nourriture car il rajeunit ses organes et les régénère, il nourrit son corps avec plus d'efficacité que les vitamines, acides aminés, oligo-éléments, bref que tous nutriments présent sur terre. De plus son estomac s'est vidé de tous ses sucs digestifs il est désormais rempli de Wolfserum particulier qui digère et transforme le sang en substance nutritive en quelques minutes eet l'injecte directement dans son circuit sanguin, néanmoins ce Wolfserum étant particulièrement acide peut digérer des aliments solides, son corps n'étant plus adapté au mode de nutrition usuel il ne peut supporter les nutriments des aliments aussi souvent qu'un humain normalement constitué.
Le délicieux fumet de la soupe miso lui fit palpiter les narines, il ne décela aucune trace de poison, il savoura le savoureux breuvage. Mashiro leur souhaita un bon appétit, Donovan la remercia, il prit son bol de saké et en but une gorgée.


-Vous savez la raison pour laquelle je vous ai réuni aujourd'hui je présume. Donovan-san, je vous demande des pluies pour l'Inde. Quant à vous, Daëva-dono, ne vous ai-pas bafouillé quelques choses à propos d'une bonne entente diplomatique, n'est-ce pas ? J'avoue que la clarté n'était pas de mise. Mais elle n'était non plus nécéssaire. A l'origine, vous deviez vous voir séparément. Or, des imprévus l'ont décidé autrement. Effectivement, votre réaction conjointe aurait été un problème supplémentaire pour ce que j'avais prévu.
Je me rends compte à présent que mes craintes étaient injustifiées.
Donovan-san , vous attirer ici était trop facile. Des pluies pour l'Inde, et vous arrivez en galopant, si j'ose dire, en vous basant seulement sur le passé. Lynirael, quant à vous, vous vous ne posez pas assez de questions. Arriver en plus ici sans escorte... Quelle folie...


Mashiro s'interrompit pour s'éventer, puis acheva son discours:

- Oubliez tout ce à quoi vous pensiez être venus aujourd'hui. Je ne vous ai convoqués que pour une seule raison. Déclarer la guerre.

Donovan s'arrêta subitement et reposa délicatement son bol de soupe miso et son saké.
Il avala puis s'éclaircit la gorge.


*Déclarer la guerre? Tiens donc mais à qui?... Oh Donovan arrête toi, ce n'est qu'un de ses habituels tests à la mord moi le nœud, elle va s'improviser psychanalyste et tenter de nous sonder, je suis las de ce cérémonial.*

Donovan sourit et regarda Mashiro puis Lynirael, il prit la parole.

-Mashiro... Mashiro... Mashiro... A quoi bon jouer avec les nerfs de vos invités hmm? Je peux comprendre que vous voyez là votre unique source de plaisir mais sachez que ce n'est pas... comment dire, poli? Mais il faudrait déjà que vous sachiez ce que sont la politesse et la retenue. Soit, admettons que vous voudriez réellement déclarer la guerre. Déjà vous employer une expression qui englobe de nombreuses possibilités, vous ne citez pas le pays que vous compteriez attaquer. Donc vous cherchez à provoquer en nous une montée de stress afin que vous puissiez vous régaler de notre peur, astuce quelque peu subtile je le conçoit, néanmoins, je suis assez intelligent pour déceler la supercherie.
Ce comportement m'attriste, il faut vraiment s'ennuyer à mourir pour traiter les autres comme de vulgaires pions que l'on fait venir puis que l'on congédie. C'est un bien triste sort qui vous afflige. Enfin je dis triste ce n'est qu'un jugement strictement subjectif. D'un point de vue plus objectif je dirais que vous êtes en train de nous préparer à diverses étapes ou épreuves afin de vous assurez que vous n'avez rien perdu, que votre esprit est toujours aussi aiguisé, que vos mots sont toujours aussi tranchant que la lame d'un katana de haute facture et que votre aura charismatique n'est point entachée par une quelconque expression de faiblesse ou de fatigue. Oui Mashiro ce que vous faîtes est ignoble, mais je dois l'avouer, j'adore ça, vous êtes vraiment impressionnante, fascinante. Mais pour en revenir à cette éventuelle déclaration de guerre, il est presque certains qu'Atraxis n'en serait pas la cible, nous vous sommes bien trop utile, sans nos tempêtes, nos vents et nos pluies votre grande République souffrirez de terribles pénuries d'eau. De plus le fort lien commercial qui uni l'Aléthéia à Atraxis vous est plus que favorable. Passons à Daevën, oui il pourrait potentiellement être votre cible, n'est-il donc pas le royaume qui vous empêche de dominer l'Eurasie? N'est-il donc pas le royaume qui menace vos terres en Asie Mineure? Détruire Davën vous permettrez de faire main basse sur toutes leurs ressources, d'asseoir une suprématie furia et de museler Atraxis. Mais soit dit en passant, vous redoutez l'infanterie lourde de Daeva, et vous savez pertinemment qu'Atraxis serait capable de sacrifier ses capitaux asiatiques pour la destruction de l'empire furia.
L'acte le plus simple serait de conclure une alliance avec Daevën afin d'assurer un simulacre de paix en Eurasie puis d'attendre quelques années pour poignarder le roi par derrière, Daevën sans roi, son peuple serait secouée et en perdition, il serait donc facile à mater.
Autrement vous tenteriez d'anéantir Atraxis, de faire main basse sur nos terres et nos ressources. Cette possibilité serait de toutes la moins favorable.*
Donc je vais continuer, en disant "déclarer la guerre" ce n'est pas nos terres que vous visez mais notre moral. Je pense que je vous ai montré que votre déclaration ne me fait guère peur. Vous savez bien qu'Atraxis est capable d'entraîner dans sa chute votre chère république. Mais j'y pense, il y a une autre possibilité qui serait la plus troublante pour Daevën comme pour Atraxis, ce serait une union pour massacrer les renégats africains et les pirates qui survivent aux manchots, ce serait une Union Sacrée qui raviverait l'image de l'Alétheia dans le monde. Mais assez parler, je ne veux point monopoliser la parole.


Donovan reprit son bol de soupe et continua à le déguster calmement, il se sentait bien, vraiment bien. Il plongea son regard dans les yeux pâles de la présidente, puis lui sourit.

_________________


Dernière édition par Donovan Gaelreskov le Jeu 28 Jan - 20:13, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zero-sum.forumactif.org
Lyni
Admin
avatar

Messages : 415
Date d'inscription : 15/04/2009
Age : 23
Localisation : Mystère et boule de gnome -w-

Feuille de route
Grade: Monarque de Daevën
RPS en cours:

MessageSujet: Re: Tea party or New Dawn Fades (PV Lynirael and Donovan)   Dim 24 Jan - 20:37

Donovan ne répondit pas il était donc d’accord, mais il avait commit une grossière erreur, celle de regarder Lynirael droit dans les yeux. A peine Donovan eut repris une attitude normale que le monarque se sentait déjà observé par Mashiro.

*Et merde… Je sens qu’on va abandonner ce qui est prévu. De toute façon, il doit sûrement avoir pensé à d’autres éventualités, il ne serait pas à ce point inconscient.
A propos d’inconscience, je me demande si j’ai bien fait de ne me ramener qu’avec ce minuscule flingue. D’accord, je suis protégé, en dessous de mes vêtements j’ai prit la peine de mettre une protection, et de plus j’ai laissé une troupe d’élite dans les parages, je les contacterais suffisamment vite en cas de mésentente, mais j’aurai tout de même aimé sentir le poids réconfortant de ma Hache. Une querelle finirait avec ces deux là en une baston sanglante. Les pouvoirs de la Furia ne me font pas peur, mais sont à ne pas sous-estimer.*

Il s’assit comme ses convives devant la table, et alors que Donovan eut l’originalité de faire prendre l’air à ses petits orteils, Seiren arriva avec un plateau fort bien garni. Comme à son habitude, il rougit lorsqu’il prit la parole.

-Le thé est en préparation. Il s'agit du thé vert traditionnel, fabriqué à partir des feuilles de Matcha de la préfecture de Kobe. En accompagnement, vous avez du sucre de canne en direct des Philippines, et de la pâte de haricot rouge et des scones directement fabriqués avec de la farine anglaise, indiqua-il en souriant à Lynirael.
Mais d'abord, goûtez la collation. Vous avez la de la soupe miso, accompagné de sushis et de sashimis du jour, avec des makis fourrés au caviar. Je puis vous servir le saké si vous désirez.

Lynirael but une gorgée de saké, prit un bol de soupe entre ses mains et huma avec délice le savoureux fumet qui s’échappait du bol. Il mangeait lentement, tout en regardant les réactions de Mashiro et de Donovan. La Furia n’allait apparemment pas tarder à prendre la parole. En effet, Mashiro n’attendit pas bien longtemps pour rentrer dans le vif du sujet.

-Vous savez la raison pour laquelle je vous ai réuni aujourd'hui je présume. Donovan-san, je vous demande des pluies pour l'Inde. Quant à vous, Daëva-dono, ne vous ai-pas bafouillé quelques choses à propos d'une bonne entente diplomatique, n'est-ce pas ? J'avoue que la clarté n'était pas de mise. Mais elle n'était non plus nécessaire. A l'origine, vous deviez vous voir séparément. Or, des imprévus l'ont décidé autrement. Effectivement, votre réaction conjointe aurait été un problème supplémentaire pour ce que j'avais prévu.
Je me rends compte à présent que mes craintes étaient injustifiées.
Donovan-san , vous attirer ici était trop facile. Des pluies pour l'Inde, et vous arrivez en galopant, si j'ose dire, en vous basant seulement sur le passé. Lynirael, quant à vous, vous vous ne posez pas assez de questions. Arriver en plus ici sans escorte... Quelle folie...


*Qu’est ce qu’elle raconte ? Des imprévus ? Elle a vraiment des problèmes, l’heure qu’elle m’a mentionnée est celle exacte de mon arrivée, elle doit avoir de gros trous de mémoires, ou alors elle fait tout simplement exprès, pour je ne sais quelle raison.
Et je suis escorté ma très chère, et par la meilleure équipe d’élite du royaume… Quand on ne sait pas, on ne juge pas ! Elle devrait se taire de temps en temps…*

Un petit silence suivi son discours pendant lequel elle s’éventa. La présidente semblait vouloir ménager un suspens chez ses invités, mais son silence n’eu aucun autre effet que de rendre aux yeux de Lynirael la scène presque comique. Elle fixa ensuite Lynirael et Donovan de ses yeux pâles, et lâcha cette phrase, avec le même ton qu’elle aurait pu dire Bonjour.

- Oubliez tout ce à quoi vous pensiez être venus aujourd'hui. Je ne vous ai convoqués que pour une seule raison. Déclarer la guerre.

Lynirael sourit. C’était donc ça, son jeu ? Si là était sa seule source d’amusement, qu’elle continue… Cette Furia les prenait vraiment pour des faibles. Et surtout, quelle impolitesse de sa part de montrer sa prétendue supériorité par le biais de ces tests idiots. Elle les traitait comme des moins que rien, et du haut de ses quelques un mètre elle regardait les camps ennemis avec insolence. Au tour de Lynirael d’être déçu. Mais à quoi s’attendait t’elle donc ? Si l’on prenait sa phrase mots pour mots, elle parlait de déclarer la guerre, mais à qui… Si c’était la seule subtilité de son jeu, il n’était pas bien étoffé.
A moins que ce soit intentionnel ! Que ce test justement « trop facile » servirait à lancer un débat, dont Mashiro serait le centre. Elle voulait vérifier si son éloquence de jadis était toujours aussi exceptionnelle, et sa langue aussi fourchue. Si cette hypothèse était juste, elle remonterait dans son estime tout aussi bien qu’elle ne les traitait apparemment pas comme de simples personnes.
Mais revenons à sa déclaration. En supposant qu’elle veuille déclarer la guerre à l’un ou l’autre camp, cela ne relèverait pour elle que de la pure folie. Pour de multiples raisons, entre les camps, à part quelques petits conflits, il n’y avait eu depuis longtemps aucun affrontement direct. Cela pouvait sembler paradoxal, mais les ennemis d’Alétheia en étaient pour quelque chose dans son développement et dans sa survie. En plus des pluies, vents et tempêtes qu’elle échangeait avec Atraxis, de nombreuses matières premières voyageaient entre la Russie Est et Ouest. Les marchands itinérants adorent les guerres, elle leur permet de s’enrichir et rendent dépendantes d’aussi grandes Nations qu’Alétheia. Et d’un point de vue essentiellement centré sur la guerre, l’armée de Alétheia serait peut être assez puissante pour abattre un des deux camps, mais les lourdes pertes qu’elle subirait ferait d’elle la cible du camp survivant.
Lynirael brûlait de jeter à la figure de la Furia une réplique cinglante – et c’est sûrement ce qu’elle espérait – mais Donovan fut plus rapide, et le monarque n’eut pas l’impolitesse de le couper dans sa tirade.


-Mashiro... Mashiro... Mashiro... A quoi bon jouer avec les nerfs de vos invités hmm? Je peux comprendre que vous voyez là votre unique source de plaisir mais sachez que ce n'est pas... comment dire, poli? Mais il faudrait déjà que vous sachiez ce que sont la politesse et la retenue. Soit, admettons que vous voudriez réellement déclarer la guerre. Déjà vous employer une expression qui englobe de nombreuses possibilités, vous ne citez pas le pays que vous compteriez attaquer. Donc vous cherchez à provoquer en nous une montée de stress afin que vous puissiez vous régaler de notre peur, astuce quelque peu subtile je le conçoit, néanmoins, je suis assez intelligent pour déceler la supercherie.
Ce comportement m'attriste, il faut vraiment s'ennuyer à mourir pour traiter les autres comme de vulgaires pions que l'on fait venir puis que l'on congédie. C'est un bien triste sort qui vous afflige. Enfin je dis triste ce n'est qu'un jugement strictement subjectif. D'un point de vue plus objectif je dirais que vous êtes en train de nous préparer à diverses étapes ou épreuves afin de vous assurez que vous n'avez rien perdu, que votre esprit est toujours aussi aiguisé, que vos mots sont toujours aussi tranchant que la lame d'un katana de haute facture et que votre aura charismatique n'est point entachée par une quelconque expression de faiblesse ou de fatigue. Oui Mashiro ce que vous faîtes est ignoble, mais je dois l'avouer, j'adore ça, vous êtes vraiment impressionnante, fascinante. Mais pour en revenir à cette éventuelle déclaration de guerre, il est presque certains qu'Atraxis n'en serait pas la cible, nous vous sommes bien trop utile, sans nos tempêtes, nos vents et nos pluies votre grande République souffrirez de terribles pénuries d'eau. De plus le fort lien commercial qui uni l'Aléthéia à Atraxis vous est plus que favorable. Passons à Daevën, oui il pourrait potentiellement être votre cible, n'est-il donc pas le royaume qui vous empêche de dominer l'Eurasie? N'est-il donc pas le royaume qui menace vos terres en Asie Mineure? Détruire Davën vous permettrez de faire main basse sur toutes leurs ressources, d'asseoir une suprématie furia et de museler Atraxis. Mais soit dit en passant, vous redoutez l'infanterie lourde de Daeva, et vous savez pertinemment qu'Atraxis serait capable de sacrifier ses capitaux asiatiques pour la destruction de l'empire furia.
L'acte le plus simple serait de conclure une alliance avec Daevën afin d'assurer un simulacre de paix en Eurasie puis d'attendre quelques années pour poignarder le roi par derrière, Daevën sans roi, son peuple serait secouée et en perdition, il serait donc facile à mater.
Autrement vous tenteriez d'anéantir Atraxis, de faire main basse sur nos terres et nos ressources. Cette possibilité serait de toutes la moins favorable.
Donc je vais continuer, en disant "déclarer la guerre" ce n'est pas nos terres que vous visez mais notre moral. Je pense que je vous ai montré que votre déclaration ne me fait guère peur. Vous savez bien qu'Atraxis est capable d'entraîner dans sa chute votre chère république. Mais j'y pense, il y a une autre possibilité qui serait la plus troublante pour Daevën comme pour Atraxis, ce serait une union pour massacrer les renégats africains et les pirates qui survivent aux manchots, ce serait une Union Sacrée qui raviverait l'image de l'Alétheia dans le monde. Mais assez parler, je ne veux point monopoliser la parole.


*D’après ce qu’il vient de dire, mon hypothèse se trouve presque confirmée, ce test ne consiste pas à nous tester, mais à se tester elle-même face à une « querelle verbale directe ». Bon, il serait temps que je m’exprime moi aussi, même si l’essentiel a été dit par Donovan*

-Vous l’avez monopolisée Donovan, dit Lynirael en souriant. Mais je ne vous en veux pas, il est normal que lorsqu’une personne est lancée elle ne puisse plus s’arrêter. Mais parlons de votre raisonnement : j’ai réfléchi presque mots pour mots et selon le même développement que vous. J’en suis arrivé à une conclusion identique à la votre : Mashiro souhaite vérifier si elle n’a rien perdu, si son esprit est toujours aussi aiguisé, comme vous l’avez dit, si sa langue et toujours aussi fourchue et par conséquent si son éloquence n’est pas définitivement perdue. Mais à part répéter bêtement ce qui a déjà été dit – ce qui n’a aucune autre utilité que de souligner votre argumentation, Donovan – je peux vous donner mon avis sur ce qui semble être une manie chez vous, Mashiro. Le Monarque prit un Sushi avec ses baguettes et le mangea délicatement, sans se presser. Je comprends par ce « jeu », que c’est une habitude que vous avez de faire ces tests. Heureusement pour Donovan et moi – je dirais plutôt vous en fait, a bien y réfléchir, mais ne prenez pas ça comme une attaque, Mashiro – ce test n’était pas une moquerie directe, avec pour dessein de nous mettre mal à l’aise ou de s’amuser de nos réactions avec un sadisme puéril – si c’est bien ce que nous pensons, ou alors vous redescendriez bien bas dans mon estime –. Je tenais juste à vous dire que je trouve idiot, enfantin de s’amuser au dépend des autres, et surtout de cette manière, vraiment peu constructive – bien que je dois vous avouer que j’ai des difficultés à trouver une façon constructive de se moquer si bêtement des autres –, trouvez vous une autre occupation, c’est un conseil et non une critique. Et maintenant une dernière chose avant de vous laisser la parole, je suis arrivé à l’heure prévue tout comme Donovan a été ponctuel. Je vous assure que l’erreur est de vous ou de votre système informatique, je vais vous faire écouter le message, si cela ne vous dérange pas.

Lynirael lui tendit l’appareil avec les écouteurs et lui fit écouter son message vocal, guettant sa réaction. Il était sûr d’avoir raison, il avait rapidement vérifié et avait fait attention aux heures de décalage au Japon.

_________________

Tuer ou Mourir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mashishi
Admin
avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 97

Feuille de route
Grade: Présidente d'Alétheia
RPS en cours:

MessageSujet: Re: Tea party or New Dawn Fades (PV Lynirael and Donovan)   Jeu 28 Jan - 20:20

Mashiro guettait la réaction de ses invités comme un loup attendait le moment de fondre sur sa proie. Elle ne cessa pas de s'éventer, bien qu'elle ne ressentait rien : elle avait simplement besoin de concentrer son attention sur quelque chose pendant que les autres déblatéraient. Il lui était extrêmement inintéressant d'écouter quelqu'un proférer des inepties pendant plus d'une minute.
Donovan réagit extrêmement vite pour un humain. Cela se voyait qu'elle n'avait pas à faire à des spécimen lambda. Dommage. Leurs emportements étaient la chose la plus intéressante chez eux. Dès qu'il pu, le Russe exposa sa longue thèse.
Tout le long, Mashiro resta impassible. Pensait-il la surprendre ? Justement, elle ne s'attendait pas à ce qu'ils en viennent aux mains. Le spectacle qu'offrait la Présidente était tout bonnement ahurissant. Pas une seule fois un muscle de son visage ne tressaillit, les signes physiques et mentaux de l'énervement ne se faisant pas ressentir chez la Furia. Au lieu de le maudire tout bêtement, elle cherchait le moyen de le contrer. Ainsi, à la fin de son discours, elle savait parfaitement quoi répondre à ses attaques.
Donovan lui adressa un sourire condescendant, qu'on aurait pu prendre comme complice. Sa victoire lui était déjà évidente. Effectivement, vu la situation, elle était à terre. Les arguments qu'il avait exposés étaient clairs et légitimes, difficilement contestables, et la plaçaient en tant que coupable. Toutefois, elle ne s'avouait pas vaincue. Elle ferait bientôt en sorte que ce sourire disparaisse.
En attendant, autant qu'il profite de son petit instant de triomphe. Pour le faire plaisir, et avec une sorte d'ironie sarcastique, Mashiro fit mine de fusiller Donovan du regard ce qui réhabilitait son statut d'individu totalement dérangeant.
Ce fut au tour de Daëva. Il ne fit pas preuve d'une grande originalité en reprenant les arguments de son confrère, et le commentaire qu'il lui adressait ensuite était bien pâle en comparaison. Bien. Désormais elle était fixée. Quand il reprit à nouveau l'histoire de l'heure, Mashiro tiqua. Cette petite pique se révélait plus embêtante que prévue. Daëva refusait de lâcher prise. Il lui donna les écouteurs de son téléphone. Mashiro ne tenta pas de les appliquer dans son oreille, leur forme ronde n'entrant pas dans celle légèrement triangulaire des Furias. Les maintenant à distance, suffisamment près pour que les autres n'entendent rien, elle prit connaissance de l'imposture qu'elle avait suivie.


"Salut, Roi Daëva. Ici Maashiro Kurenai. Venez à mon palais à Neo- Tokyô le jeudi à 14 heures, je dois vous parler d'une affaire imp...importante pour le pays... Ja na ! (à plus)"

La voix était plus grave, légèrement trainante. On aurait dit qu'on la parodiait, et aussi qu'on se forçait à être poli. Elle se rapprochait de celle qu'elle entendait dans sa tête, il n'y avait aucun doute sur l'identité de la personne. Faire passer ce déchet pour elle ! Heureusement que Lyniraël ne s'était pas rendu compte de la différence. Si cela avait était le cas, autant dire qu'elle aurait était sérieusement compromise. Un tel secret ne devait être divulgué. Hors de question que cette vulgaire copie d'elle même ne gagne en importance. Pour empêcher cela, elle n'aurait eu que deux solutions. La première, soudoyer Lynirael par de l'argent. Un procédé qu'elle répugnait, puisqu'il la forçait à être sujette à ses caprices et à en faire le gardien peu fiable de l'information. La deuxième, le faire assassiner. Et si cela aurait échoué, elle aurait du le tuer de ses propres mains.

A cause de cette petite garce, elle aurait été dans une impasse, la situation la plus ingérable auquel elle pouvait être confrontée. En effet, Mashiro ne tenait pas à se débarrasser des chefs d'état, puisqu'ils servaient à manipuler le peuple. Et la Présidente se concentrait dessus en priorité.
Les dirigeants ne lui avaient pas causé du tort. Cela avait juste l'affaire de leurs insupportables sous-fifres.


Mashiro s'était imperceptiblement raidie. Elle se sentait être la prise d'un agacement inconnu jusqu'à alors. Un agacement tellement fort que même ses drogues ne suffisaient pas à le refréner. Cette voix devait se taire. Cet inconvénient devait être éliminer. Plus tard, elle ordonnera à Seiren de pirater le téléphone de Daëva... Non. Il ne se posera que plus de questions. Alors que faire ? Que devait-elle faire maintenant ?

*Je ne sais pas...*

Quatre mots qui l'effrayaient. Une sentence irrévocable. Un échec.
Tout d'abord, elle devait se calmer. Les autres pouvaient avoir conscience de son trouble, et ils ne lui feraient aucune grâce. Elle rendit respectueusement le téléphone de Lyniraël, en murmurant un vague "Je vois". Ensuite, elle devait trouver quelque chose à dire. Pourquoi ne pas apporter une réponse à ses détracteurs ? Malgré leur dédain apparent pour ses tests, ils attendaient avec impatience leur résultat. Soit, elle allait leur donner ce qu'ils voulaient, elle gagnera du temps. Elle prit un sushi de thon, qu'elle tamponna généreusement avec du wasabi et de la pâte de haricots rouges, l'attrapa avec ses baguettes et se l'enfourna en bouche. Seul quelques pointes de sucré parvinrent à son palais. Peut-être devait-elle augmenter la dose. Après son bref repas, elle se lança enfin :


- Je constate que vous aussi n'avez en rien perdu de votre éloquence, Donovan-san, Lyniraël-dono. En tout cas, vous avez raison au moins sur un point. Par cette affirmation, j'ai cherché à vous tester. Toutefois, je constate que vous deux n'êtes parvenus à trouver pourquoi je vous ai testés. Ce n'est pas pour m'amuser à vos dépends comme vous m'en accusez. Les gens tels que moi n'ont pas le droit à telles distraction. La solution X bloque la sécrétion d'endorphines, par conséquent, j'aurais beau faire tout ce que je veux, je ne me réjouirais pas. Il me semblait que vos connaissances sur notre peuple étaient plus approfondies que cela. N'allez pas croire que je vous en blâme. Je comprends que notre étude ne soit pas de l'intérêt général. Toutefois, le savoir est parfois requis pour juger d'un fait. Pour ce qui est de mon éloquence, messieurs, elle va très bien, je vous en remercie. Vos compliments me vont droit au cœur. Toutefois, n'allez pas croire que j'ai besoin de vous pour la certifier. Ce n'est pas l'opinion des puissances étrangères que vous êtes qui m'intéresse, mais celle de mon peuple. Tant qu'ils seront fiers de leur états et de leur président, tant que je saurais les guider et tant que je saurais les protéger, je ne me sentirais pas mise en péril. Mais si jamais je viendrai à provoquer leur courroux et leur indignation, si leurs louanges deviennent crachats, mon honneur s'évanouira en même temps que la confiance qu'ils avaient placés en moi. Une telle erreur sera le signe de ma déchéance. Et alors je me retirerai. Pour le bien de mon peuple. Je n'aurais aucune raison d'avoir en ma possession des armes dont il refuse de se servir. Je ne le dirige pas, messieurs, c'est lui qui me dirige !

Après cette tirade nationaliste, l'attention de Mashiro se relâcha et elle commença à jouer avec ses baguettes.

Quant à la retenue Donovan-san, est-ce donc mettre en avant son avis "subjectif" comme vous dites, ou est-ce provoquer délibérément les personnes avec qui vous n'avez point d'affinités ? Est-ce affirmer des choses infondées ? Et est-ce promouvoir une vertu que l'on ne tient finalement pas ? Si c'est là votre vision, je n'ai pas de politesse en effet. Je vous ai en outre reçus dans un taudis, en retard et de manière totalement vulgaire. Votre "retenue" me blesse quelque peu, mon cher Donovan. Vous pouvez toujours répliquer que "jouer avec les nerfs" de ses invités n'est pas forcément exemplaire. Je ne contesterai pas cette affirmation. Toutefois, je préfère la légitimer.
Laissez moi d'abord que vous avez parfaitement confirmé ce que j'attendais de vous.
Vous avez été superbes.
Vous avez échoué.

Mashiro n'avait pas menti en disant que le but principal de sa manœuvre n'avait été de s'amuser. Cela avait été la "cerise" sur le gâteau. Et encore elle ne s'était pas amusée au premier sens du terme. Compléter son observation des émotions humaines l'avait simplement intriguée, selon ses termes.


- Pourquoi ? Et bien, dès que vous avez parlé de déclarer la guerre, qu'avez vous cité en premier ? Atraxis et Daeven. Cela pourrait être mis sur le compte de votre relation à votre patrie, certes. Cependant, il me paraît plus avisé que ce soit votre manque de confiance en Aléthéia, en moi, qui en soit la cause. Si vous aviez cru à une réelle paix possible, vous auriez au moins manifesté un peu plus d'indignation à mes propos. Mais là, ce que vous me faites, c'est un banal inventaire de nos liens. Vous ne cherchez pas à me dire de ne pas attaquer, mais à me dire que je pourrais vous attaquer mais que ce serait inutile. J'admets que cela reste assez subjectif. Toutefois, l'histoire que nous avons en commun ne me permet pas de ne pas y accorder de crédit. Aléthéia a toujours été considéré comme l'unité traître, composé de monstres sanguinaires, qui n'a pas hésité à éliminer des milliers d'homme et de camarades. Je connais les histoires qui courent sur mes semblables, les rumeurs, les contes que l'on chuchote aux enfants pour les dissuader de désobéir. Tant de préjugés, d'autant plus qu'ils sont encore actifs, ne peuvent être contrés si facilement, surtout si l'on ose pas se fier pleinement à l'Autre pour les déconstruire. C'est difficile, je le sais. Vous avez tous au moins un parent, un ami, ou un enfant qui a été assassiné par les Furias. J'ai vu mes camarades tomber au combat, leurs cadavres défigurés par la souffrance et la mort. Malgré tout, je préfère ne pas m'attarder sur le sujet car ici n'est pas le propos. Tout cela pour dire qu'abolir les barrières n'est pas chose aisée. Je ne me leurrai pas en espérant à des changements révolutionnaires. Mais cela fait plusieurs années que j'attends et rien n'a changé. Rien n'a changé. Tout cela me passe l'envie d'espérer, voyez-vous.
Tout cela suffirait, mais un dernier acte m'a poussé à outrepasser vos limites. Cet acte remet toujours en cause votre "retenue" et votre "politesse". Je pense que vous me compriendriez, et si vous niez, cela me donnera une fois de plus raison.
J'aurais pu directement vous demander si vous aviez fois en Alétheia, mais j'accorde peu de crédit aux mots, plus aux esprits. Cela est surement une contradiction de ma part. Je vous accuse de ne pas de me faire confiance, et d'un autre côté, je me méfie de vous. C'est peut être la seule chose qui peut démolir tous mes dires. Paradoxalement, j'affirmerai que la méfiance attire la méfiance.
Nous sommes donc dans un cercle vicieux. Voilà peut-être tout ce que tout ceci voulait prouver.Nos bases ne sont pas bonnes.
Pour reprendre le début de ma phrase, je déclare la guerre ouverte. La guerre à l'obscurantisme et à la peur, une guerre que je souhaite partager avec vous pour affirmer l'avenir de cette terre. C'est le seul moyen de nous sortir de là.
Santé !


Mashiro leva sa coupelle de saké, puis l'avala cul-sec. Entretemps, elle avait réussi à accomplir 60 backflip avec ses baguettes. Son discours l'avait visiblement emportée. Ce type d'alliance n'allait pas avec ses ambitions. Mais elle pensait sincèrement ce qu'elle disait. Depuis toujours, deux solutions s'étaient battues dans son esprit. Elle était née pour la guerre. Pour le bien de son peuple. Si les humains se résignaient à les accepter, s'ils faisaient preuve de tolérance, tolérance qu'elle avait éperdument défendue durant ses jeunes années, toute versement de sang était inutile. Mais le temps passait, et ce rêve mourrait à petit feu. Comme elle l'avait dit là-haut, les humains, si versatiles et cruels, n'oseraient jamais penser à rien d'autre que la vengeance. La paix entre les races n'étaient qu'une utopie. Dans ce cas, le seul moyen d'assurer sa mission était de forcer cette paix. Par tous les moyens. Au fur et mesure, les beaux idéaux de Mashiro laissaient la place à leur exact contraire qui se faisait plus net, plus réalisable. Si Lynirael était venu plus tard ce jour, la première étape pour ce sort aurait été enclenchée. Toutefois elle avait une occasion, une réunion entre trois puissances qui survenait pour la première fois, d'adresser un dernier appel à la réunion. Mashiro se dit qu'elle ne perdait rien à tenter sa chance. Après tout, la guerre "contre l'obscurantisme" pouvait combler sa nature inhumaine.
Cette erreur avait été une chance. Son double méritait bien un remerciement. D'ailleurs, elle avait complètement éludé la question du retard. Tant pis. Elle pouvait très bien continuer sur sa lancée...

*Imbécile. Tu crois que j'ai fait ça pour te rendre service ? Pétasse. T'as tout gâché, t'es tellement mièvre que t'as tout fait foirer. Désolée, miss Pacifisme, mais il me faut ton corps. Maintenant. Je le veux !!!!!!!!*


La violence de l'assaut mental prit Mashiro de court. Ce fut comme si une voiture venait de foncer dans son cerveau. Elle se sentit à nouveau glisser, se perdre elle-même. Pourquoi ? Elle n'avait pas faibli pourtant.

*Tu crois quoi? Que tu pouvais penser sérieusement à toutes ces conneries ? T'es chiante. J'ai vu pendant que tu causais inutilement ton corps aussi accessible qu'une porte ouverte ! Muhuhaha !*

Elle gardait son expression fermée, tentant de lutter autant que possible. Mais sa résistance était dérisoire face aux coups que lui portait un esprit enragé, prêt à en découdre. Ses doigts se raccrochaient sur la coupelle, puis dans un soubresaut, finirent par se relâcher. Elle avait ses mains ! Pas maintenant. Pas maintenant que son peuple avait un espoir !
Toute la volonté de Mashiro n'y fit rien.

- Seiren... implora-elle en dernier recours.

Trop tard. Déjà tout son corps ne répondait plus, prêt à accueillir son nouvel occupant. Impossible. Elle ne pouvait être compromise. Surtout pas de cette manière !


***

Seiren préparait son thé, en se retenant de rire. Il entendit Mashiro l'appeller, faiblement. Qu'elle aille au diable ! Ou non, il allait l'aider en fin de compte. Il se tourna vers les trois chefs d'états, son visage robotique exprimant l'horreur la plus pure. Puis il se mit à hurler :
- Au secours !!! Mashiro-sama a été empoisonnée !!Arrêtez les traîtres ! Arrêtez les traîtres avant qu'ils ne s'enfuient !

Mashiro ouvrit les yeux. Ils étaient d'une couleur rouge sang.


(hrp : enfin un peu d'action xD)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donovan D. Gaëlreskov
Admin
avatar

Messages : 426
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 23
Localisation : A place where everything is right where it belongs

Feuille de route
Grade: Général de la division Werewolf d'Atraxis
RPS en cours:

MessageSujet: Re: Tea party or New Dawn Fades (PV Lynirael and Donovan)   Ven 29 Jan - 15:58

Donovan écouta avec attention la réponse de Daeva, il fut heureux de constater qu'ils étaient tous les deux d'accord: Mashiro se jouait d'eux. Donovan conserva son sourire, un sourire sans aucune signification, un sourire plus du au léger problème lié à sa première blessure au visage, des années auparavant, le jour du meurtre de sa famille, bien qu'indolore aujourd'hui ainsi qu'un invisible, la cicatrice l'obligeait à redressait le coin gauche de sa bouche pour assurer le confort musculaire de son faciès (edit Mashi : geeeenre x) ). Pourtant il put lire dans les yeux de Mashiro: elle prenait ça pour un affront ou un signe de d'arrogance, elle était à côté, peut-être pour la première fois de sa vie.
Il observa attentivement le comportement de la présidente, elle jouait avec ses baguettes, dégustait des sushis, puis jouait à nouveau, il fut impressionné par son agilité, elle semblait si paisible, si tranquille et pourtant il savait qu'elle réfléchissait intensément, ce calme était sa marque de fabrique si l'on pouvait le dire. Pourtant son instinct animal lui indiquait un danger imminent... Il scruta avec minutie le moindre mouvement de la Furia, il cherchait une signification à cette sensation de danger.
Mashiro rompit sa concentration et prit la parole, elle s'exprima avec prestance et élégance. Il put sentir la fierté qui émanait d'elle, elle aimait profondément ses racines et son peuple, une belle tirade quoiqu'un peu hyperbolique songea t-il.
Elle enchaîna ensuite, il fut piqué par ses paroles.


*En effet je mon comportement a trahi mes propos, mais que pouvais-je y faire, je n'allais pas dire, oh ne vous inquiétez pas si j'ai été odieux, c'est uniquement car j'ai eu du mal à digérer trois groupes sanguins différents... Oublie ça Donovan et écoute*

La suite l'intéressa au plus haut point, elle les complimenta mais la mention d'un échec le surpris. Il se rendit compte de son erreur, c'était évident, il avait tenter de masquer par la raison la blessure qu'elle venait de faire dans leur coeur, elle s'était attendu à ça car elle n'était pas humaine, elle savait pertinemment que le roi et lui allait se protéger, elle savait qu'ils n'avaient pas confiance en elle, ou très peu... Il soupira intérieurement et se rembrunit, il en avait assez de ce sentiment de culpabilité, il le chassa et tenta de reprendre son calme, mais il sentait toujours le danger, et il ne faisait que s'accentuer... Son coeur bâtit la chamade, son sang fut propulsé avec force à travers tout son corps, le Wolfserum responsable de sa transformation s'enrichit et engloba son ADN, prêt à le modifier. Donovan se décala légèrement de sorte que l'ombre de la piètre mais charmante végétation alentour le recouvre, le lumière se fit moins agressive, il étira ses orteils et joignit avec calme ses mains.
Don se concentra, et but une bonne gorgée de saké et dégusta en silence un sashimi. La suite l'ébranla, une guerre contre l'obscurantisme? Une paix durable? Une alliance entre Furias et humains? Il ne put cacher son étonnement, jamais, ô grand jamais il ne s'était attendu à cela! Comment pouvait-elle le penser? Mentait-elle? Était-ce un nouveau test, il sut au fond de lui qu'il se trompait, il ne pouvait nier la véracité de ses paroles, elle avait entièrement raison, la méfiance entraîne méfiance, tout comme la haine appelle à la haine, la paix était l'unique moyen d'apaiser la situation politique de la planète, un poids s'abattit sur ses épaules, des souvenirs douloureux submergèrent son esprit, il revit Valie baignat dans son sang, sa fille agonisant contre le sein de sa mère, sa maison détruite, les Furias, il entendit les cris, les rugissements, ses propres pleurs, il sentit la haine l'envahir... Il réunit ses forces et fit abstraction de son passé, il réfléchit à un accord, très vite il en trouva un, il entrouvrit sa bouche pour prononcer une unique phrase: Soit, vous avez raison, l'air entra dans sa gorge, ses cordes vocales furent sur le point de vibrer. Un son commença à se moduler et Mashiro sombra. Donovan toussa et fut surpris, les mains de la Furia semblait sous le contrôle d'un autre, il la vit frémir, il l'entendit gémir: Seiren... il ne comprit pas pourquoi. Il voulut la prendre dans ses bras et l'allonger afin qu'elle se repose, il se redressa vivement et fut à nouveau interrompu.


- Au secours !!! Mashiro-sama a été empoisonnée !!Arrêtez les traîtres ! Arrêtez les traîtres avant qu'ils ne s'enfuient ! hurla Seiren.

Donovan se retourna, les gardes approchaient, il évalua en éclair sa situation: il était en danger de mort, il concentra son pouvoir et le libéra. La température baissa brusquement coupant le souffle de l'androïde. Donovan écarta les bras et un dôme de glace surgit du sol écrasant, arrachant la chair des gardes qui était entré, il savait que la glace ne tiendrait que provisoirement. Il n'avait qu'une cible: Seiren. Il fut sur lui en deux battements de coeur, le robot tenta de la frapper, Donovan esquiva et lui attrapa la nuque, il lui fracasse le crâne contre le table, le robot rugit, il ne sut pas si c'était du à la douleur, le jeta brusquement contre le mur de glace contre lequel il s'écrasa avec fracas, il tomba au sol et ne bougea plus. Sans un seul regard sur Daeva, Donovan se sait de ses Desert Eagle et brisa le dôme de glace, les coups de feu partirent, Don tenta de les éviter mais deux balles l'atteignirent à l'avant bras droit, la seconde ricocha contre sa montre qui se brisa. Le russe bondit, il visa et tira, la tête d'un premier garde explosa répandant sang et cervelle alentour. Il se réceptionna avec souplesse et fut frappé par le regard rouge sang de la présidente: il sut de manière inexpliqué que ce n'était pas Mashiro, ou du moins que celle-ci était devenu folle...
Le loup gronda, Donovan rugit, il brandit son index comme une épée, l'air gela, un javelot de glace fondit droit vers l'intestin de la présidente. Il n'attendit même pas de voir le pic la frapper, il se retourna pour frapper un garde à la tempe, celui-ci lui asséna un vicieux coup de taille avec son katana, Donovan le bloqua avec son Desert Eagle et lui mis un coup de crosse qui lui brisa le nez, il enchaîna ensuite d'un coup de feu en pleine poitrine qui lui détruit les poumons, il virevolta et se concentra sur Mashiro.

_________________


Dernière édition par Donovan Gaelreskov le Sam 6 Fév - 21:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zero-sum.forumactif.org
Maître du Jeu

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 23/05/2009

Feuille de route
Grade:
RPS en cours:

MessageSujet: Re: Tea party or New Dawn Fades (PV Lynirael and Donovan)   Ven 29 Jan - 15:58

Le membre 'Donovan Gaelreskov' a effectué l'action suivante : Servir les dés

'Le Destin' : 3

Arf merde ><!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyni
Admin
avatar

Messages : 415
Date d'inscription : 15/04/2009
Age : 23
Localisation : Mystère et boule de gnome -w-

Feuille de route
Grade: Monarque de Daevën
RPS en cours:

MessageSujet: Re: Tea party or New Dawn Fades (PV Lynirael and Donovan)   Dim 7 Fév - 14:27

La Furia ne réagit pas tout de suite. Elle rendit les écouteurs, et, étrangement, la réplique que Lynirael s’attendait à contrer ne vit pas le jour, Mashiro murmura un vague « Je vois », les yeux plongés dans le vide. Si sa réaction était telle, il fallait s’inquiéter, il devait s’agir de beaucoup plus qu’une simple erreur, la présidente en savait donc bien plus que lui sur la chose. Il fallait l’enfoncer et la laisser mariner dans son problème par des remarques choisies avec précision, jusqu’à ce qu’elle ne délivre inconsciemment des indices. Mais ce serait laborieux, le monarque le savait, il n’avait pas affaire à un simple humain, mais à une Furia, et pas n’importe quel Furia...
Après un instant de flottement, elle prit un sushi avec habileté entre ses baguette, le couvrit de pâte aux haricots rouges et l’enfourna dans sa bouche. Comme Lynirael s’y attendait, le visage de Mashiro resta impassible, on n’y pouvait lire aucune émotion. Son discours était bien construit, et écrasait totalement leur propos respectifs, ils s’étaient apparemment trompés, ils s’étaient trompés depuis le début. Elle s’attendait à ce genre de réponse, et ils avaient répondu sans réfléchir, en se protégeant par un rempart d’arguments. Mais la Furia avait découvert la vérité, et elle était bien là : ils voulaient éviter la guerre, et ils avaient tout fait pour trouver les raisons - autant matérielles que métaphysiques - qui l’en empêchait. Il ne fallait pas non plus se leurrer, Mashiro était plus sournoise que l’on pourrait y croire à première vue. Elle avait sans doute trouvé cette réplique comme « plan B », pour éviter de perdre la face. Son raisonnement était juste, mais Lynirael était certain que s’il avait joué le rôle de chef d’Etat indigné par cette déclaration, la Furia aurait trouvé une autre manière de montrer qu’ils se trompaient. Cette hypocrisie dépassait l’entendement de Lynirael, car de toute façon ils auraient « échoué » le test. Et de quelle droit pouvait elle s’affirmer supérieur aux autres, avec cette sorte de vanité et de totale indifférence : « Vous avez été superbe, vous avez échoué »…
Le Monarque en était presque certain à ce moment, sa tirade avait pour buts de les humilier, de prouver qu’elle avait raison et qu’ils avaient tord.
Cette phrase mit en rage Lynirael, mais il n’y fit rien paraître. La suite de la thèse de la présidente étonna très fortement Lynirael, et encore une fois, il préféra se taire plutôt que de parler. Mashiro était convaincue que la guerre était l’unique solution viable, mais Lynirael en était tout sauf convaincu. La méfiance attire la méfiance ? Un cercle vicieux ? Il y a toujours un moyen de sortir d’un cercle vicieux, il suffit d’une volonté extrême, et le roi en avait. Elle déclara la guerre à l’obscurantisme et à la peur. Selon Mashiro, la guerre débouchait sur la paix. C’était complètement faux, et Lynirael le savait : la guerre entraîne la guerre.
Il n’eut de toute façon guère l’occasion de répondre, car à peine elle s’arrêta de déblatérer, son visage se crispa et elle sembla en proie à une étrange crise, identique à la première qu’il avait remarquée, au tout début de l’entretien. Elle essayait de se contrôler mais c’était trop dur pour elle. Comme si un autre être prenait possession de son corps, ses doigts s’écartèrent subitement, et ses bras se levèrent en un soubresaut. Le monarque entendit un murmure, un appel à l’aide, un souffle à peine perceptible : Seiren…
Donovan s’était déjà dirigé vers la présidente pour la coucher, mais Seiren, en bon robot, suivit les ordres de sa maîtresse.


-Au secours !!! Mashiro-sama a été empoisonnée !!Arrêtez les traîtres ! Arrêtez les traîtres avant qu'ils ne s'enfuient !

Mu par un reflexe inhumain, Lynirael se mit debout en une fraction de seconde et évalua la situation. Les gardes couraient tous vers lui et Donovan. L’Atraxien n’attendit pas une seconde pour se jeter dans la mêlée, après avoir tué une poignée de soldat par un dôme de glace, qu’il avait fait subitement apparaître de sous la terre. Des cris de douleur fusèrent, et le sang ne tarda pas tacher le sol, du sang de Furia, d’un rouge très sombre. Il fallait avant tout se débarrasser des gardes, le reste viendrait après. Le monarque jeta sa longue veste en cuir au sol, au moment même ou un soldat lui fonçait par derrière. Le Furia était armé d’un sabre gravitationnel, mais Lynirael avait ses poings. La lame fendit l’air et frôla la gorge du roi. Il prit le sabre entre ses mains, le lui arracha, fit virevolter l’arme entre ses mains sous les yeux ahuri du soldat et perfora le thorax du malheureux par la pointe de sa propre arme. Quelques secondes plus tard, le corps s’écroula. Il fit tournoyer la lame devant lui et trois autre gardes tombèrent. Il regarda cinquante mètre devant lui, le combat tournait au carnage. Il restait une dizaine de soldat à batailler devant Donvoan. Lynirael voulait en finir, il dégagea la paume de sa main et se servit de l’électricité statique environnante. Un éclair jaillit de nulle part et vint frapper trois soldats. Le russe acheva les survivants.
Les renforts n’étaient pas encore arrivés, et Lynirael hésitait. Que fallait-il faire ? Mashiro ne les avait ils pas trahit ? Non, elle ne les avait pas trahit car elle avait elle-même affirmé qu’elle souhaitait la guerre. Mais surtout, fallait-il tuer La Furia ? Non, cette solution était à éviter, Lynirael souhaitait la paix dans le monde, et il ne ferait qu’engager la guerre. Avant qu’il n’ait pu parler à l’Atraxien, Donovan se jeta sur Mashiro, qui semblait évanouie.


*Quel idiot, il ne se rend pas compte de ce qu’il fait…*

Alors qu’il pensait ces mêmes mots, le souvenir douloureux de la mort de ses parents ressurgit comme un cauchemar, il se revit en train se pleurer et de s’accrocher à ses parents, baignant dans un lac de sang. Il revit Donovan, le visage figé dans une expression de détachement et de froideur sauvage en train de lui perforer le torse. Lynirael hurla de douleur et de rage, et libéra toute la colère qu’il avait contenue, toute la douleur qu’il avait endurée. Son esprit ne raisonnait pas, il ne pensait qu’à une chose : réduire ce tas d’immondices en poussière. Il fonça sur sa cible, et, avec toute la précision et la force qu’il pu, abattit son poing dans les côtes.

_________________

Tuer ou Mourir


Dernière édition par Lynirael Daeva le Dim 7 Fév - 15:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 23/05/2009

Feuille de route
Grade:
RPS en cours:

MessageSujet: Re: Tea party or New Dawn Fades (PV Lynirael and Donovan)   Dim 7 Fév - 14:27

Le membre 'Lynirael Daeva' a effectué l'action suivante : Servir les dés

'Le Destin' : 4

J'aurais pu faire mieux =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mashishi
Admin
avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 97

Feuille de route
Grade: Présidente d'Alétheia
RPS en cours:

MessageSujet: Re: Tea party or New Dawn Fades (PV Lynirael and Donovan)   Mar 9 Fév - 21:15

To Listen

Lentement, Kurenai s'éveillait, titillée par une horde de sensations longtemps enfouies : la pesanteur du kimono sur sa peau, le le bois rêche et dur, le vent chargé d'effluves d'encens, le fumet du saké à peine débouché, celui du poisson cru. Et puis plus intéressant, l'odeur du sang à peine versé. La Furia inspira longuement, se délectant des effluves métalliques. Elle ne pouvait rêver meilleur comité d'accueil. Le combat et la mort. Tout ce qu'elle préférait.
Des cris et des gargouillements semblaient provenir de tous les côtés, offrant une magnifique bande sonore à ce moment d'exception. Il lui paraissait même entendre le bruit des os en train de se briser. Kurenai se mit à imaginer des affrontements épiques, fait de coups de poings et de coups de hache, arrachant et dévastant tout ce qui bouge, sans la présence d'une Présidente pour tout gâcher. La réalité la rappela bien assez tôt. Kurenai était sotte de rêver à ce qu'elle pouvait voir. L'on attendait que elle pour s'amuser.
Ses paupières s'ouvrirent, dévoilant deux orbes d'un rouge sombre excités par le carnage. La scène lui apparaissait plus clairement que lorsqu'elle la voyait au travers de Mashiro, et bien plus passionnante que trois dirigeants en train de boire du thé dans un décor de carton-pâte. Des gardes avaient envahi le jardin, en attaquant sans répit les invités. Ils n'avaient pas tardé à passer à l'action. L'ambassadeur atraxien utilisait le contrôle de la glace pour se débarrasser de ses ennemis, dont les chairs arrachées gisaient sur le sol, maculant sa surface blanche et pure. La glace avait formé un dôme. A son centre, Seiren se défendait vainement contre son adversaire, enfin, il se faisait plus justement laminer assez méchamment. Pauvre petit. Mashiro allait encore se plaindre de la casse de son meilleur jouet et allait la soupçonner alors que pour une fois, elle n'y était pour rien. Le soi-disant esprit supérieur ne pouvait voir plus loin que le bout de son nez pour se rendre compte que sa babiole était défectueuse. De plus, c'était un cas fini lui aussi, son manque de goût faisait peur. Rien qu'à la manière dont il la traitait, Kurenai l'avait rapidement méprisé. On ne se permettait pas de rejeter ses propositions, à elle, ni de refuser de la servir. Après tout, il était son esclave, il se devait de le faire.
Seiren avait sans doute provoqué le massacre, pour tenter de l'arrêter. Il aurait du savoir que ça ne marchait jamais. On ne l'arrêtait pas. Elle décidait quand lui redonner le contrôle, dans la limite de ses possibilités. Sinon, elle le garderait pour toujours. Avec la stabilité, elle pourrait enfin s'offrir une chirurgie, s'enlever ces maudites ailes de piaf, se faire une teinture puis enfin règner sur le monde, comme elle y est destinée. Quel magnifique rêve ce serait... Pouvoir soumettre tout à sa volonté, que ce soit les machines et les hommes. Mashiro avait le potentiel pour le faire, mais cette imbécile le gachait avec ses idées de cohabitation, même si elle commençait à se rendre compte de leur stupidité. Cela n'empêchait pas qu'elle utiliserait son pouvoir de la mauvaise façon, en raison de son désintérêt pour ce qui faisait le sel de l'existence. Alors qu'elle pourrait avoir plaisir et luxe à volonté, elle se contenterait de se morfondre dans son palais. Kurenai ne voyait pas l'heure de se débarrasser d'elle. Un moyen de tuer son esprit une bonne fois pour toute existait sûrement. Il fallait juste qu'elle le trouve.
Ces grosses têtes en avait la capacité.

Kurenai observa le tabassage de Seiren, emplie d'une joie croissante au fur et à mesure qu'il se détruisait. Dommage que ce n'était qu'un robot, un être de chair aurait été encore plus jouissif. Le sourire cruel qu'elle arborait s'élargit, jusqu'à ce qu'il se transforme en un éclat de rire. Les coups de feu, le sang, les ravages provoqués par le roi de Daëven qui utilisait lui le tonnerre, étaient vraiment extra, et rien qu'a voir la manière dont les soldats tombaient c'en était presque trop drôle. Il ne lui laissaient rien ces égoïstes. Donovan parut enfin s'apercevoir de sa présence. Il la dévisageait d'un drôle d'air. Avait-il deviné qu'elle avait remplacé l'autre ? En tout cas, il ne s'en embarrassait pas car il poussa un rugissement animal puis aussitôt, fit apparaître un javelot de glace qui se dirigea droit vers son ventre. Tellement mignon, il lui donnait juste l'occasion de se joindre à eux. En réponse à l'adrénaline, de l'énergie se mit à circuler rapidement dans les veines de Kurenai, irradiant ses organes, ses muscles -mais pas son cerveau-, avant de se concentrer autour de ses membres. Des étincelles se formèrent autour de ses mains, dont le contour devenait progressivement flou. Kurenait les brandit vers le pic de glace, en hurlant de guise de réponse. Sans attendre l'impact, il explosa en formant une brume, enveloppant Kurenai et son adversaire. Le fou rire de la Furia la reprit, ne lui laissant pas l'occasion de contrattaquer directement, seulement celle de se relever dans une curieuse posture pliée. Lynirael et Donovan en étaient les seuls témoins, puisque tous les autres étaient morts. La relève ne tarderait pas à arriver. Kurenai espérait qu'on enverrait les forces d'élite, et que quelque général haut-gradé fasse le déplacement.
Lynirael se chargea de sa tâche à sa place. Il se jeta sur son collègue, comme enragé. Kurenai haussa les sourcils puis s'interrompit, sous le coup de la surprise. Une fois celle-ci passée, elle s'esclaffa de plus belle. Elle n'en pouvait plus. Voilà même qu'ils s'attaquaient entre-eux ! C'était excellent. Des larmes virent même perler au coin de ses yeux. Ils avaient abandonné toute cruauté et brillaient d'un simple amusement. Son rire était plus innocent, voire cristallin. Kurenai avait cependant l'impression qu'il manquait quelque chose pour que la scène soi-parfaite. Une bonne cigarette, en absence de mieux. Kurenai n'avait pas eu l'occasion d'en planquer dans cet habit ridicule. Jurant, elle s'adressa innocemment aux bélligérants. Le ton qu'elle employait différait de celui de Mashiro : plus aigu, plus fort, légèrement pervers et hautement représentatif :

- Hey les mecs, z'êtes sympa mais vous z'aurez pas une clope à m'passer ?

Bien sur, elle n'eut pas de réponse. En crachant un mot grossier, elle alla vers les cadavres et entreprit une fouille en règle, jetant toutes les choses superflues. Ainsi des clés, des pièces de monnaie égarés, des portraits de femmes et d'enfants volèrent et s'écrasèrent dans la terre. De toute façon, ils ne pourraient plus en profiter. Enfin, Kurenai finit par trouver ce qu'elle cherchait : un paquet à peine entamé. Elle vissa une cigarette dans sa bouche, l'allumant directement à sa base, puis tira quelques bouffées. La bouteille de saké se retrouva aussi en sa possession. Sa vie fut vite achevée.
Kurenai envoya la bouteille se fracasser contre un arbre, en crachant un mélange d'alcool et de cendre.
Puis elle tourna vers ses hôtes, ou plutôt les hôtes de Mashiro. Elle n'avait pas pris encore le temps de les détailler, mais elle les trouvaient déjà forts appétissants. C'étaient des hommes jeunes, à un degré de maturité suffisant. Le destin la gâtait. Kurenai les toisa avec le mélange d'arrogance et d'énergie demesurée qui composaient l'essentiel d'elle même. Elle souffla une autre bouffée.

- J'me suis pas encore présentée, on dirait. Vous d'vez pas encore me connaître. Evidemment, tous ceux qui fréquentent pas Neo-Tokyo la nuit n'ont pas cet honneur. Mashi est tellement jalouse de ma grandeur. Retenez ce nom, alors : Kurenai.
C'est celui du futur maître du monde.
Mais non, faites pas cette gueule d'ahuri, ho, j'veux pas me bastonner avec vous. Enfin si. Euh... Non. Euh... merde c'est quoi déjà ?


La tête creuse de Kurenai peinait à se souvenir. Pourquoi était-elle intervenue ? Oui, c'était pour éviter que Génie déclenche cette paix à la con, mais il y avait bien une raison pour laquelle elle avait fait foirer son plan avant, avec le coup de fil à Daeva. Pourquoi ? Elle avait beau creuser, rien ne se dévoilait.

-Bon bah en fait je crois que je vais vraiment vous buter en fait, j'ai rien d'autre à faire et en plus ça fera chier Mashi. Mouais mais ça serait con de pas en profiter avant. Mmh... Ah mais ouais je sais !!!!

Une lueur venait de s'allumer subitement dans son cerveau.
- Ouais, continua elle d'un ton hystérico-joyeux, je voulais vous poser un ultimatum, comme dans les films là, Mission Impossible et compagnie . Alors voilà, écoutez bien : Si vous me donnez pas mon propre corps, je fous le monde dans la merde, c'est aussi simple que ça. Là vous l'êtes déjà, pas en situation de l'ouvrir. Alors z'avez intérêt à l'accepter. Sinon je fais crever tout le monde c'est clair. Mashi pourra pas m'en empêcher, vous avez bien vu comment je l'ai bien eue avec le coup du phone. Bon alors si c'est okay, je vous file ce que je veux pour mon nouveau corps. Brune, 95B, un peu comme Dita Von Teese. Après pour séparer l'esprit vous vous démerdez, vous kidnappez Mashi et après chez pas, vos scientifiques avaient bien du en avoir dans le ciboulot pour nous créer. J'attends.

Kurenai attendit longtemps : deux secondes. Mais comme personne ne lui répondit, elle commença à s'énerver. Ces humains à deux de tension lui faisaient perdre patience. A bout, elle cria :
-Putain, vous me faites chier, vous l'aurez bien voulu ! Je suis pas Mashi, moi ! Apprenez-le...

Aggripant la table dans un accès de rage folle, elle l'envoya en la poussant sur les deux compères. Au dernier moment, celle-ci se changea en flot de piques, impregnés d'acides. Kurenai attendit que le coup porte, le visage déformé par un rictus sadique. Tout compte fait, c'était bien de prendre le temps de jouer avec ses deux cobayes. Et la prochaine fois, à défaut de table, elle pourrait peut-être jouer avec leurs os.

_________________


Dernière édition par Mashiro Kurenai le Mar 9 Fév - 21:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 23/05/2009

Feuille de route
Grade:
RPS en cours:

MessageSujet: Re: Tea party or New Dawn Fades (PV Lynirael and Donovan)   Mar 9 Fév - 21:15

Le membre 'Mashiro Kurenai' a effectué l'action suivante : Servir les dés

'Le Destin' : 2

(T.T pourquoi ???)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donovan D. Gaëlreskov
Admin
avatar

Messages : 426
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 23
Localisation : A place where everything is right where it belongs

Feuille de route
Grade: Général de la division Werewolf d'Atraxis
RPS en cours:

MessageSujet: Re: Tea party or New Dawn Fades (PV Lynirael and Donovan)   Mer 10 Fév - 1:07

Les hurlements, les sensations, le craquement des os, la chair se déchirant, toutes ces sensations emplissaient et tourbillonnaient follement dans l'esprit de Donovan, l'odeur du sang l'excitait, le rendait plus vif. Le loup commençait à s'éveiller, se faisant l'adrénaline fit vibrer son corps d'une énergie nouvelle.
Il fit un pas de côté afin d'éviter un coup en traître d'un garde, il lui saisit violemment le poignet et lui fit faire une révolution sur lui même soulevant le pauvre guerrier du sol, il l'abattit rapidement sur le sol, il ne fut même pas touché par l'explosion de la boîte crânienne qui suivit, il fit voler d'une pichenette le morceau de matière grise qui se dressait sur son épaule, il sentit une présence derrière lui, il bondit et évita un coup de pied. Il soupira intérieurement, tuer ne lui faisait plus rien, il en était presque déçu, à défaut d'éprouver de la tristesse il pourrait en retirer un peu de plaisir... non, aucune sensation, le vide... Il se réceptionna avec grâce, il jeta un bref coup d'oeil au roi de Daëven, il s'en sortait très bien. L'air crépita près de lui, un éclair fusa et tua les quelques gardes restant, il fut surpris, Daeva contrôlait parfaitement sa hand, cela risquerait de lui causer quelques ennuis.
Mashiro, ou du moins si l'on pouvait appelé Mashiro la femme dépravée et dévergondée qui se tenait devant eux, semblait enfin émerger.
Donovan était toujours impressionné par la manière dont elle avait repoussé son attaque, la brume produite formait une sphère surnaturelle autour d'eux.
Il recula d'un pas, une forme massive fut sur lui: Daeva. Donovan tenta de s'écarter mais il reçut le poing du roi dans les côtes, il les sentit craquer, il expulsa brutalement tout l'air de ses poumons, il fit un salto arrière et se réceptionna avec grâce et volupté, il traça un cercle avec son pied autour de lui, rituel précédant une attaque éclair. Il n'eut guère le temps d'agir, son attention fut attiré ailleurs. La jeune femme les interpelait.


- Hey les mecs, z'êtes sympa mais vous z'aurez pas une clope à m'passer ?

Cette phrase était tellement hors de contexte qu'il eut envie de rire, qui était cet énergumène? Il ne répondit pas, Daeva non plus d'ailleurs, elle fit alors volte-face et entreprit de fouiller les cadavres.

*Elle fouille les cadavres de ses propres gardes?...*

Il haussa un sourcil, la scène en était presque comique, un massacre venait d'avoir lieu et une présidente, certainement schizophrène, fouillait des cadavres.

*Comme dit mon père, il y a des couilles dans la soupe...*

La jeune femme trouva enfin une cigarette, l'alluma et adopta une pose qui se voulait aguichante... Heureusement que le ridicule ne tue pas.

- J'me suis pas encore présentée, on dirait. Vous d'vez pas encore me connaître. Evidemment, tous ceux qui fréquentent pas Neo-Tokyo la nuit n'ont pas cet honneur. Mashi est tellement jalouse de ma grandeur. Retenez ce nom, alors : Kurenai.
C'est celui du futur maître du monde.
Mais non, faites pas cette gueule d'ahuri, ho, j'veux pas me bastonner avec vous. Enfin si. Euh... Non. Euh... merde c'est quoi déjà ?


Le blanc... cet ennemi, ce démon des conversations avait frappé! Donovan était sidéré, le revirement de situation était tellement grotesque! Cette personnalité était l'opposé parfait de la présidente Mashiro.

-Bon bah en fait je crois que je vais vraiment vous buter en fait, j'ai rien d'autre à faire et en plus ça fera chier Mashi. Mouais mais ça serait con de pas en profiter avant. Mmh... Ah mais ouais je sais !!!!

Les menaces ne le firent même pas frémir, il savait que son discours n'était pas fini, il commençait à la trouver de plus en plus stupide, mais cette stupidité apparente était peut-être une arme...

- Ouais, continua elle d'un ton hystérico-joyeux, je voulais vous poser un ultimatum, comme dans les films là, Mission Impossible et compagnie . Alors voilà, écoutez bien : Si vous me donnez pas mon propre corps, je fous le monde dans la merde, c'est aussi simple que ça. Là vous l'êtes déjà, pas en situation de l'ouvrir. Alors z'avez intérêt à l'accepter. Sinon je fais crever tout le monde c'est clair. Mashi pourra pas m'en empêcher, vous avez bien vu comment je l'ai bien eue avec le coup du phone. Bon alors si c'est okay, je vous file ce que je veux pour mon nouveau corps. Brune, 95B, un peu comme Dita Von Teese. Après pour séparer l'esprit vous vous démerdez, vous kidnappez Mashi et après chez pas, vos scientifiques avaient bien du en avoir dans le ciboulot pour nous créer. J'attends.

Cétait donc ça... son hypothèse fut confirmée, Mashiro était bel et bien schizophrène, et son autre personnalité désirait le contrôle de son corps. Un ultimatum? Personne ne pose d'ultimatum à Atraxis. Donovan sut ce qu'il avait à faire: la supprimer, mais comment forcer Mashiro à reprendre le contrôle de son corps?
Et puis, pensa t-il, elle est loin d'égaler le Dita Von Teese ou ma Sarah...


-Putain, vous me faites chier, vous l'aurez bien voulu ! Je suis pas Mashi, moi ! Apprenez-le...

La folle du village souleva la table devant elle et la lança vers eux dans un hurlement sauvage, le meuble se transforma en un flot de piques suintant d'acide. Donovan fit un saut périlleux et esquiva la table métamorphosée, celle-ci alla s'écrasa avec fracas quelques mètres derrière.
Donovan la fixa et observa les alentours, le second régiment n'allait pas tarder. Il fit volte face et courut vers le palais, il espérait que les autres ne l'aperçoivent pas, de toute manière ils ne pouvaient le rattraper. Il escalada la façade et se percha sur un toit. Il n'ait qu'à quinze mètres de hauteur tout au plus, mais il était hors de la portée des deux autres. Il sortit son Htc dernier cri y tapa un code, un hologramme apparut, Donovan confirma la mise à feu. Un grondement sourd secoua tout Néo-Tokyo, les pluies prévues pour les provinces sèches d'Aléthéia allait être livrée gratuitement... mais à Néo Tokyo. Une pluie diluvienne s'abattit sur la ville, Donovan éclata de rire et écarta les bras, la température diminua brusquement et devint négative, le choc thermique allait certainement secouer ses deux adversaires, rapidement il changea la pluie en grêle, les vents entrèrent dans l'équation, soulevant les grêlons aussi gros que des raisins et les faisant tourbillonner, il savait que cela ne les tuerait pas, justement ce n'était pas le but de la manœuvre. La végétation fut balayée par les violents intempéries. Donovan, triomphant éclata de rire, un rire qui se répercuta en échos caverneux. Il croisa les bras contre sa poitrine et s'abandonna au wolfserum...


L'hormone parcourut ses veines et ses artères avec rage et rapidité, elle prépara ses organes, s'accrocha à son ADN et le fit muter, un spasme secoua tout le corps de Donovan. Il sentit sa peau se tendre et se dilater, il inclina la tête vers l'arrière, ses dents devinrent des crocs et il siffla tel un cobra de contentement, ses oreilles s'allongèrent, tout le bas de son visage fusionna et s'étira en un museau, sa gueule s'ouvrit, ses yeux s'étirèrent. Ses muscles se gonflèrent, il se raidit, ses os se prolongèrent, il atteint finalement les deux mètres trente cinq, des griffes acérées comme le fil d'un rasoir prirent naissance au bout de ses doigts. Son corps fut agité d'un dernier spasme, et un pelage argenté le recouvrit. Ses iris prirent une teinte mercure et ses iris devinrent des amandes obscures. Un grondement sourd jaillit de sa gorge, Donovan hurla, un hurlement d'une beauté troublante, l'appel de la lune... Il cessa son chant et se régala de son échos, il sentait plus que jamais ses adversaires, leurs odeurs étaient si fortes... Il ressentait la vie comme jamais, ses sens étaient décuplés, il percevaient l'écho de centaines de conversations, il percevait le battement régulier de milliers de cœurs...
La transformation ne dura que quelques secondes à peine, il sauta jusqu'au sol et atterrit avec souplesse, son corps entier vibrant d'une force nouvelle, il darda un regard terrifiant sur ses adversaires, il serra son poing droit puis le desserra, la lame de sa rapière jaillit doucement entre son majeur et son annulaire dans un chuintement malsain, le son se répercuta à travers la déferlante de neige et de grêlons, il se délecta des émotions de ses proies. Il ouvrit sa gueule qui s'étira en un grand sourire. ll marcha droit devant, droit vers son destin, droit vers le sang... il fit un bond prodigieux, culminant à presque dix mètres il rugit, et referma sa mâchoire dans un bruit de cristal brisé, la face tournée vers Daeva, il gouterait le premier à sa fameuse morsure... à distance...
Deus ex machina... la voilà.
Aucun mot ne pouvait décrire ce que Donovan ressentait, aucun... Ce mélange de puissance, de force, de faim, de soif de sang, d'équilibre parfait entre le Bien et le Mal... tout ceci ne peut être décrit avec la plus grande exactitude par le commun des mortels, il faut le vivre...

_________________


Dernière édition par Donovan Gaelreskov le Mer 10 Fév - 1:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zero-sum.forumactif.org
Maître du Jeu

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 23/05/2009

Feuille de route
Grade:
RPS en cours:

MessageSujet: Re: Tea party or New Dawn Fades (PV Lynirael and Donovan)   Mer 10 Fév - 1:07

Le membre 'Donovan Gaelreskov' a effectué l'action suivante : Servir les dés

'Le Destin' : 6

Pauvre de toi Tho =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyni
Admin
avatar

Messages : 415
Date d'inscription : 15/04/2009
Age : 23
Localisation : Mystère et boule de gnome -w-

Feuille de route
Grade: Monarque de Daevën
RPS en cours:

MessageSujet: Re: Tea party or New Dawn Fades (PV Lynirael and Donovan)   Sam 13 Fév - 19:27

Il n’avait pu contenir plus longtemps sa rage… Son esprit bouillonnait de haine, il percevait en lui un trop plein d’énergie, et Donovan était la cible parfaite. Il sentit avec une satisfaction sadique son poing écraser les côtes de son adversaire, mais même le craquement sinistre et le bref cri de douleur qu’émit Donovan ne suffirent pas à calmer sa colère. Le roi était comme un animal, un spectateur ingénieux aurait pu le comparer à un ours traquant son gibier. Il en avait la plupart des symptômes. Sa forme était bien plus massive qu’à l’ordinaire, son visage avait perdu tout de la perspicacité humaine, et sa détermination était d’une ténacité bestiale. Le visage de Lynirael était crispé en une expression de totale perte de contrôle, ses yeux étaient comme fous.
Rien d’autre ne l’intéressait, ce qui l’entourait n’existait plus, il était focalisé sur l’atraxien. Celui-ci se remit de sa surprise en vitesse et effectua un salto arrière pour se préparer à contrattaquer. N’attendant pas même une seconde, le monarque fonça à nouveau sur la fine silhouette. Alors que le vent sifflait à ses oreilles et que rien - à l’apparence – n’aurait pu l’empêcher d’exterminer son ennemi, une voix claire et railleuse, se détachant avec une étonnante facilité du bruit environnant, fit se retourner Lynirael.


- Hey les mecs, z'êtes sympa mais vous z'aurez pas une clope à m'passer ?

Cette phrase était tellement hors-contexte qu’elle mit le roi au dépourvu. Cette seconde de lucidité lui permit de reprendre correctement le contrôle de son corps. Ses crises de rages étaient de plus en plus violentes et fréquentes en compagnie de ces singuliers personnages. A l’étonnement de tous, Lynirael éclata d’un rire d’abord nerveux, mais qui devint vite authentique et prolongé. Les larmes aux yeux, il se demandait d’où lui venait cette hilarité spontanée. Il regarda ses « opposants », et son fou rire faillit repartir de plus belle. L’un était debout, bouche bée, un léger sourire au coin des lèvres. Il regardait tour à tour l’étrange manège de Kurenai puis Lynirael, qui était passé de enragé à hilare en l’espace d’une seconde. La présidente avait perdu tout de sa froideur et de sa distinction, qui faisait d’elle un être part. Elle rôdait autour des cadavres en observant les poches de ses propres soldats. Elle semblait comme un clochard qui fait ses courses dans une décharge publique. Après quelques minutes de recherche, elle sembla avoir trouvé ce qu’elle cherchait. En effet elle se jeta sur le corps et y trouva de quoi fumer. Elle alluma allégrement sa cigarette et l’accompagna d’un bon verre de saké. Lynirael se demandait bien ce qui allait se passer, il regardait tour à tour ses belligérants, et savait qu’ils pouvaient l’attaquer d’une seconde à l’autre. Il fallait surtout se méfier de Donovan, le roi lui avait tout de même rompu quelques côtes… Interrompant brusquement sa réflexion, Kurenai balança la bouteille de saké contre un arbre, qui éclata en mille morceaux.
Avec la démarche d’un ivrogne elle se plaça devant eux et leur cracha une bouffée de fumée à la figure. Elle était comme ces psychopathes qui se prennent pour les rois du monde.


- J'me suis pas encore présentée, on dirait. Vous d'vez pas encore me connaître. Evidemment, tous ceux qui fréquentent pas Neo-Tokyo la nuit n'ont pas cet honneur. Mashi est tellement jalouse de ma grandeur. Retenez ce nom, alors : Kurenai.
C'est celui du futur maître du monde.
Mais non, faites pas cette gueule d'ahuri, ho, j'veux pas me bastonner avec vous. Enfin si. Euh... Non. Euh... merde c'est quoi déjà ?


Elle était totalement changée, autant par l’attitude que par l’apparence. Elle était grossière, arrogante et parlait comme un enfant qui a grandit trop vite. Il ne fallait pas oublier non plus ces tendances – plus que tendances d’ailleurs – mégalomanes. Elle ne savait même plus ce qu’elle disait, elle se perdait dans ses mots, son discours n’avait plus aucun sens. Voyant que personne ne donnait la réponse à sa question, elle reprit de plus belle.

-Bon bah en fait je crois que je vais vraiment vous buter en fait, j'ai rien d'autre à faire et en plus ça fera chier Mashi. Mouais mais ça serait con de pas en profiter avant. Mmh... Ah mais ouais je sais !!!!
Ouais, continua-t-elle d'un ton hystérico-joyeux, je voulais vous poser un ultimatum, comme dans les films là, Mission Impossible et compagnie. Alors voilà, écoutez bien : Si vous me donnez pas mon propre corps, je fous le monde dans la merde, c'est aussi simple que ça. Là vous l'êtes déjà, pas en situation de l'ouvrir. Alors z'avez intérêt à l'accepter. Sinon je fais crever tout le monde c'est clair. Mashi pourra pas m'en empêcher, vous avez bien vu comment je l'ai bien eue avec le coup du phone. Bon alors si c'est okay, je vous file ce que je veux pour mon nouveau corps. Brune, 95B, un peu comme Dita Von Teese. Après pour séparer l'esprit vous vous démerdez, vous kidnappez Mashi et après chez pas, vos scientifiques avaient bien du en avoir dans le ciboulot pour nous créer. J'attends.

Cette femme était vraiment… déroutante. La personnalité de Mashiro était plus qu’opposée à celle de Kurenai. Il était intéressant de découvrir à travers ses paroles les peurs, les envies insoupçonnées de Mashiro, qui se révélaient par son « double ». Et elle avait apparemment aussi un gros complexe quant à son apparence.
Le « sinon je fais crever tout le monde c’est clair » fit sourire le roi, et le « Brune, 95B, un peu comme Dita Von Teese » fini d’achever Lynirael. Quand elle termina son propos, il n’en pouvait plus, il se mordit les lèvres pour s’empêcher d’éclater à nouveau de rire. Voyant que personne ne lui répondait, elle se mit en colère.


-Putain, vous me faites chier, vous l'aurez bien voulu ! Je suis pas Mashi, moi ! Apprenez-le...

Kurenai lança un piteux cri de guerre et souleva la table. Avec une force inattendue, elle la lança de toutes ses forces sur eux. L’objet se transforma en une multitude de piques, imprégnées d’acide. La vitesse n’était pas le fort de Lynirael mais il fallait dire que celle des projectiles n’était vraiment pas grandiose. Le roi sauta et s’accrocha à une branche, trois mètres plus haut. Après l’impact fracassant de la nuée de flèche, il se lâcha pour revenir au sol.
Il tourna tout de suite le regard sur Donovan, mais il était disparu. Mauvais signe… Alors que Lynirael désespérait de pouvoir le localiser, il aperçût une forme floue, une tache sombre qui se déplaçait avec une vitesse hors de l’imaginable, droit vers le palais. L’ombre escalada avec une rapidité foudroyante la façade, les lois de la gravité semblaient ne pas avoir d’emprise sur lui. Lorsqu’il fut sur le toit, il resta debout, et semblait humer la faible brise qui venait lui caresser le visage. Il sortit ensuite un appareil de sa poche et pianota quelques secondes sur l’écran.
Avant même que Lynirael n’ait pu ce demander ce qu’il manigançait, le ciel s’assombrit soudainement, et d’énormes nuages noirs, saturés d’eau, s’avançèrent dangereusement vers eux. Alors que le clapotement d’une première goutte se fit entendre, l’atraxien éclata de rire et manipula sa machine. En l’espace d’une seconde, les quelques gouttes se changèrent en une pluie torrentielle qui s’abattit sur lui et Kurenai. Il tombait du ciel de véritables trombes d’eau, qui chutaient avec une telle vitesse qu’elles étaient comme des lances qu’on jetait sur eux. De ce point de vue là, Lynirael n’avait pas de problème, sa peau était suffisamment résistante et endurcie pour ne guère sentir de douleur. Les vents entrèrent en jeu, des rafales terribles, qui firent s’envoler meubles et chaises. Les branches des arbres menaçaient de casser et le Palais lui-même semblait parcouru d’un tremblement. La pluie devint grêle puis grêlons, d’énormes glaçons qui risquaient de perforer le crâne du monarque. Il créa un énorme aura d’électricité autour de lui, le voltage était largement assez fort pour « brûler », réduire à l’état de néant les grêlons qui entraient en contact avec lui. Le bruit assourdissant ajouté à la brusque baisse de température ne le dérangeait pas plus que ça, ses muscles le protégeaient du froid et il était plus qu’habitué au bruit des combats.
A travers l’épais brouillard qui était apparu, il lui était difficile d’apercevoir Kurenai, il se demandait bien ce qu’il lui était arrivé. Le monarque s’abrita sous un arbre et enleva sa protection d’électricité, pour éviter de dépenser trop vite son énergie. Il continuait de chercher la présidente, quand soudain une douleur lancinante à l’épaule lui fit arracher un gémissement de douleur. Il ne cria pas, mais son corps se raidit et il frappa de toutes ses forces dans l’arbre à côté de lui, pour éviter de trop ressentir la blessure. Il se retourna instantanément, et se mit en position de combat. Il n’y avait personne autour de lui... Il regarda en haut et en bas, à droite, à gauche, devant, derrière lui, personne. Il n’avait jamais vu d’être aussi rapide, il devait forcément être dans le coin, Donovan était très vif, mais pas à ce point. Il ne pouvait de toute façon pas s’agir de lui, ni d’une quelconque attaque à distance, car on l’avait mordu. Il se rappelait très nettement de la sensation de contact de dents sur sa peau. Un liquide rouge et poisseux coulait le long de son dos, et ses vêtements furent vite empreints de sang. Il enleva son haut et en déchira le manche, puis fit un bandage très serré autour de la blessure pour stopper l’hémorragie. Il sortit sous la grêle et refit apparaître son aura. Il retourna près de l’endroit où ils s’étaient assis, le décor en était méconnaissable. Le monarque regarda à nouveau sur le toit, et il vit une affreuse créature. Il ne pouvait pas distinguer ce que « c’était » mais la bête devait faire bien trois mètres de haut. En s’approchant Lynirael y reconnu les traits du visage de Donovan. Il n’y avait pas de temps pour l’étonnement. Lynirael fonça comme une flèche vers le palais et monta rapidement la façade.
Devant lui se tenait une sorte de loup garou, un monstrueux animal, dont les yeux brillaient de l’intelligence d’un humain. Ses crocs et ses griffes étaient démesurément longs, capables de transpercer la chair comme rien. Lynirael hurla de colère et banda sa musculature au maximum, il cumula la puissance de son hand à ses pouvoir psi. Son esprit pénétra celui de Donovan et le roi essaya de paralyser momentanément ou au moins de ralentir la conscience de son ennemi. Voir tous ces éclairs pourfendre les cieux l’arrangeait grandement, il pouvait accumuler une quantité énorme d’énergie électrique.


-Merci pour ces éclairs Donovan, ils tombent à pic…

Un rayon de lumière blanche jaillit de tout son corps. L’éclat éblouissant se propagea à plusieurs centaines de mètres à la ronde et éclaira tous les environs. Et en un flash fulgurant, toute la lumière se concentra en un point : Donovan.

_________________

Tuer ou Mourir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 23/05/2009

Feuille de route
Grade:
RPS en cours:

MessageSujet: Re: Tea party or New Dawn Fades (PV Lynirael and Donovan)   Sam 13 Fév - 19:27

Le membre 'Lynirael Daeva' a effectué l'action suivante : Servir les dés

'Le Destin' : 2

La poiiiiisse putain de MERDE...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mashishi
Admin
avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 97

Feuille de route
Grade: Présidente d'Alétheia
RPS en cours:

MessageSujet: Re: Tea party or New Dawn Fades (PV Lynirael and Donovan)   Mer 24 Fév - 22:22

( =>.<= désolée pour le retard)

Un grognement franchit les lèvres badigeonnées de rouge de Kurenai. Sa superbe attaque avait échoué. Ou plutôt, rectification : ces deux idiots n'avaient pas su tenir leur rôle. La table avait eu une trajectoire parfaite et millimétrée, elle aurait du les toucher avant de s'écraser contre un arbre. C'ette erreur était extérieure à sa volonté, il n'y avait pas d'autre explication. Car Kurenai n'échouait jamais.
Lynirael, tenté soudainement d'imiter un singe, s'était perché sur une branche puis était retombé sans grâce. Son ami avait lui tout bonnement disparu. Disparu ? L'attaque avait du le faire fuir. Kurenai eut un rictus satisfait. Ainsi, le représentant de l'Atraxis était un impardonnable lâche. Tout à fait le genre qu'elle avait supposé. Se congratulant sur sa puissance, sa beauté et sa force, la Furia, tout à coup de meilleure humeur, était prête à aller fêter ça dans le pub le plus proche. Le soir, tout le monde sera au courant de la rouste que s'étaient pris leurs voisins. Peut-être le barman lui offrirait-elle une tournée ? Ce qui était certain, c'est que sa nouvelle gloire ne laisserait personne d'indifférent. Dommage toutefois que le blond ne soit pas resté un peu plus. Elle aurait bien aimé s'amuser encore avec lui. La peur ajoutait beaucoup de valeur à un adversaire. Rien que de voir ses membres trembler à son approche, ses yeux s'écarquiller et sa bouche s'entrouvrir pour crier suffisait à lui faire atteindre l'extase. Puis cette expression quand elle leur prenait leur prenait la vie... Kurenai cracha sa cigarette en un mouvement de dépit. Tant pis, il ne lui restait plus qu'à se rabattre sur Daeva. Elle le le toisa d'un air méprisant. Très méprisant. Chargé d'une haine divine. Mais bon sang, pourquoi ne la regardait-il pas ?

Kurenai allait lui jeter la première chose qui lui tomberait sous la main pour attirer son attention quand elle s'aperçut que Lynirael avait les yeux rivés au ciel. Il croyait sans doute qu'un avion de sa flotte irait le chercher. Naïveté charmante. Tant pis, ce n'était pas son jour de chance, il n'avait qu'à ne pas ouvrir sa garde s'il ne voulait pas finir dépecé. Elle n'allait pas rester là à l'attendre, quand même. De meilleures proies mouraient d'impatience dans les quartiers de Neô-Tôkyô.
Avec un mouvement rapide, elle courut en direction du jeune homme. Tout à coup, elle sentit quelque chose d'humide rouler sur son visage. Kurenai s'arrêta, stupéfiée. Le traître ! Il n'avait pas osé anticiper son attaque. Plaçant son avant-bras devant son coude gauche, elle se prépara à parer.
Alors, l'Enfer s'abattit sur elle. Une nuée ininterrompue, faite de démons liquides qui se liguèrent à l'unisson sur elle pour la frapper, trempant ses vêtements d'un voile humide et moite, lui ôtant à la fois le souffle et la vue. Elle ne pouvait plus parler sans que leur venin s'engouffre dans sa bouche et dans ses yeux. Frissonnante de froid et de rage, elle poussa une série d'imprécations. Son mégot, déjà éteint fut emporté par le rejet qui s'ensuivit, ce qui ne l'empêcha pas de crier à nouveau. Ses paroles furent couvertes par le fracas de la tempête. Elle se tut à regret, serrant instictivement ses bras autour de sa poitrine. Combien de temps cette mascarade allait-elle durer ? Au lieu de diminuer, il lui semblait que sa puissance s'amplifiait. Le froid s'emparait d'elle, la laissant tel un cadavre glacé. Vraiment, Kurenai détestait ça. Elle ne permettrait pas que les éléments se mettent à dicter sa loi. Mais son cerveau, engourdi, tournait au ralenti. Tout devenait glace. L'air, le sol qui se mettait à craquer, elle-même. Et les larmes du ciel, grisées par le désespoir, martelant son crâne. Ce dernier évènement mit définitivement un terme à son inaction. Kurenai n'allait pas se laisser faire sans se battre. Une flamme se réveilla dans ses entrailles, combattant voracement la langueur qui les figeaient. L'énergie salvatrice lui redonna une nouvelle vigueur. A présent, elle devait en faire bon usage. Autour de la Furia, la grêle se fondit, retournant à son état originel. Les gouttes, se rassemblant une à une, formèrent un parapluie naturel au dessus de sa tête, lui restituant sa liberté d'action. Le parapluie s'étendit sur toute la surface du jardin, alors que Kurenai s'acharnait à le laisser en place. Grâce à cela, elle avait enfin une vue dégagée sur le terrain. Les arbres avaient perdus leur feuilles, arrachées par le flot. Tables et chaises gisaient pêle-mêle dans un sable qui n'avait plus rien d'harmonieux. Le pavillon du thé avait également subi des dégâts. Bien.
Kurenai s'en foutait. Elle voulait seulement retrouver ce Daeva. Cette maudite flotte lui avaient empêché de lui régler son compte. Maintenant, elle était énervée, et il allait encore plus morfler. Balayant les environs, elle cracha. Elle ne le voyait nulle part. Il s'était barré, lui aussi.
Dépitée, Kurenai frappa violemment le sol de son pied. Le mur d'eau tressailit. Elle n'y croyait pas. L'envie de s'amuser lui était passée. Désormais, elle le traquera jusqu'à la mort. De toute façon, il n'avait pas pu aller loin.
Un hurlement monstrueux retentit. Tiens donc, une bête sauvage dans le palais ? Voilà qui lui servirait de défouloir. Kurenai n'était pas du genre à se poser de questions sur cet élément absurde. Son sens de déduction était primaire : Hurlement=Monstre=Baston. Elle courut dans la direction d'où provenait le bruit, relâchant en même temps une grande partie de sa protection qui s'écoula en une rumeur fracassante. Son intuition défaillante la fit aller vers la limite du jardin. Raté. A nouveau vers le pavillon à thé. Raté. Puis dans la direction Ouest. Raté. Vers la façade du palais. Raté. De plus, la brume la gênait. Soudainement -les évènements soudains devenaient une manie, un flash de lumière éblouit la Furia. Elle sentit le grésillement d'une multitude d'éclairs en fusion au dessus d'elle. Gagné. Elle escalada la façade aussi agilement qu'un babouin, et atterrit sur le toit en un bond. Juste au bon moment. Le roi de Daeven s'apprêtait à lancer une boule électrique sur une sorte de loup géant. Kurenai n'y comprenait rien mais là n'était pas la question. Elle aussi voulait jouer avec le gentil toutou. Et pourquoi pas avec les deux ? Elle n'avait montré qu'un centième de sa puissance. Après tout, Mashiro était la présidente d'Alétheia. Elle devait être forte pour se faire respecter. Kurenai pouvait donc puiser dans ses réserves à loisir.
- Pff, vous n'êtes que des pauvres couards, grinça-elle. Les types comme vous, je les bouffe. Je vais tz montrer ce qu'est vraiment l'enfer !

Elle compacta une masse d'eau comme tout à l'heure. Titanesque, elle recouvrait pratiquement un quart de la toiture et avait arrêté la pluie. Kurenai la modela jusqu'à obtenir la forme d'un auvent, qu'elle changea en glace puis en acier.
- Maintenant que cette flotte me fait plus chier, que la fête commence ! Mais, commenta-elle d'une voix essouflée, j'en ai marre de faire ces tours de Gerard Majax.

D'un mouvement vif, elle dégaina le katana de Mashi et se jeta sur le monstre, portant une saccade de coups de taille, en riant, soumise à la démesure qu'engendrait en elle le combat.

(Je m'excuse de vous avoir fait subir la lecture de ce message pas du tout inspiré digne de Dragon Ball xD)
EDIT : Je ferais la mise en page plus tard. Pourquoi toujours des 3 T___T

_________________


Dernière édition par Mashiro Kurenai le Mer 24 Fév - 22:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 23/05/2009

Feuille de route
Grade:
RPS en cours:

MessageSujet: Re: Tea party or New Dawn Fades (PV Lynirael and Donovan)   Mer 24 Fév - 22:22

Le membre 'Mashiro Kurenai' a effectué l'action suivante : Servir les dés

'Le Destin' : 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tea party or New Dawn Fades (PV Lynirael and Donovan)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tea party or New Dawn Fades (PV Lynirael and Donovan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Rendez-vous pour une bataille [Dawn of War]
» Hottest Party 2 sur Wii, Konami l'a zoné niveau tapis
» Dawn of War, joueur débutant recherche conseils?
» TV show king party sur Wii
» "Murder party" interdite !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zero Sum  :: République Démocratique d'Alétheia :: Neo-Tôkyô :: Palais présidentiel et Parlement-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com