AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [STAFF] Donovan Gaëlreskov (achevée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Donovan D. Gaëlreskov
Admin
avatar

Messages : 426
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 23
Localisation : A place where everything is right where it belongs

Feuille de route
Grade: Général de la division Werewolf d'Atraxis
RPS en cours:

MessageSujet: [STAFF] Donovan Gaëlreskov (achevée)   Sam 30 Mai - 13:45

*Nom: Gaëlreskov est son nom de famille, Dimitrievitch son patronyme. Sa famille faisait partie de l'aristocratie Russe, c'était une fervente fidèle au Tsar.
Son second nom est un nom de code: Gaël Rays, il est employé sur le terrain.

*Prénom: Donovan

*Surnom: Des surnoms? Donovan en a plusieurs, notamment le "Touriste", celui-ci est dû à sa tenue vestimentaire, "Le Loup de la nuit" ce surnom est employé par des soldats d'Atraxis, certes peu original, il prend tout son sens lorsque la nuit tombe... Certains même l'appellent "Fenrir" en référence au puissant loup de la mythologie scandinave.

*Âge: 33 ans

*Race: Irradié

*Non classé: /!\ CAS PARTICULIER ET UNIQUE QUI A NÉCESSITÉ UNE ENTORSE DANS LE RÈGLEMENT (je remercie d'ailleurs mes amis d'avoir accepté), AUCUN AUTRE ACCROC DANS LE RÈGLEMENT NE SERA ACCEPTÉ.

La transformation en shreder n’ayant pas prise (cf. histoire), Donovan décida d’exploiter au maximum ses capacités de lycanthrope. Ce qui commence par le développement des sens.
Il découvrit que le wolfserum pouvait avoir un côté bénéfique : doper ses capacités. Grâce au wolfserum Donovan peut accomplir des prouesses : il se déplace très rapidement, si bien que lorsqu’il court on ne distingue que vaguement sa forme qui clignote lorsqu’il accélère, sa force et sa résistance sont colossales, il peut se jeter du toit d’un immeuble et atterrir sur ses pieds sans crainte (le sol lui s’enfonce de plusieurs centimètres),il peut aussi sauter très haut et très loin (parfois plus d’une quinzaine de mètres), ses coups sont effroyables, il est capable d’envoyer des corps plusieurs mètres plus loin en un vol plané parfait, d’un coup de poing. Mais ce n’est pas tout, son agilité est légendaire, couplée à sa faculté de course ultra rapide il devient capable de marcher sur les murs à une vitesse folle, de sauter d’arbres en arbres, de réverbères en réverbères sans la moindre gêne : de plus son équilibre est parfait, il ne tombe jamais et peut tenir accroupi sur un fil, il maîtrise parfaitement la répartition du poids de son corps.
Si ses déplacements et son agilités dépassent l’entendement, ses réflexes, eux, sont justes supérieurs à la moyenne ce qui veut dire qu’une attaque surprise ou rapide peut le prendre au dépourvu (il ne peut pas esquiver des balles par exemple sauf si le tireur est peu expérimenté).
Son odorat est bien plus fin que celui d'un chien renifleur, si c'est pour dire, sa vue est perçante mais très sensible, il peut voir plus ou moins bien dans le noir il voit dans l'obscurité en blanc et vert et dans des nuances de noir, une source de lumière est néanmoins nécessaire, il ne peut voir dans une pièce fermée sans fenêtre) mais la lumière l'agresse, il doit toujours porter des lunettes de soleil à moins qu'il ne désire mettre sa main sur son front en permanence (pour les lumières d'intérieur l'effet est moins fort, mais il doit quand même éviter de regarder directement une ampoule). Lorsqu'il est aveugle en plein combat, Donovan est presque obligé de fuir, il ne peut compter que sur son odorat pour se déplacer, il ne peut se battre, mais peut tout de même utiliser sa hand (à l'aveuglette, ça peut-être risqué tout de même). Attention, la douleur occasionné par l'aveuglement provoque de fortes montées en wolfserum, il est donc conseillé aux adversaires de le neutraliser avant qu'il ne perde le contrôle...
Ne possédant aucune des facultés spéciales des classes (comme le pouvoir des ninjas, ou les déformations de shreders) on pourrait penser qu’il est désavantagé par rapport aux autres, mais se serait se leurrer… sa faculté à se déplacer plus rapidement que nul autre, son équilibre et sa force surhumaines font de lui un être extrêmement dangereux.
Ayant maîtrisé entièrement son wolfserum il peut se métamorphoser partiellement si le besoin l’impose (par exemple faire sortir ses griffes d’hybride de sa main humaine), il est capable de mordre (absorption de sang) à l’envie, plus il prélève d’hémoglobine plus il pourra préserver sa forme humaine non saturée en wolfserum plus longtemps.
Il n’a néanmoins pas été formé au port des armes lourdes, il se bat à l’aide de ses mains (ses coups de paume sont destructeurs), de ses poings, de ses avant-bras renforcés par des brassards en métal et fibres de téflon qui lui servent parfois de bouclier improvisé, ainsi que tout le reste de son corps, il porte toujours sa chère rapière (qu’il fit renforcer afin de résister aux chocs) et deux Desert Eagle capacité 12 coups, calibre 11mm (44 Magnum), dernier cri, capable de pulvériser le crâne d’un éléphant.
Ses facultés de déplacements extraordinaires ne permettent guère le port d'une armure, il ne peut que compter sur son agilité pour esquiver les attaques ce qui peut se révéler très fastidieux dans une mêlée, il est aussi très sensible aux hands (mise à part la cristal grâce à son wolfserum) car aucune barrière ne les ralentis. Ainsi Donovan doit tout miser sur le terrain pour venir à bout de son ennemi et éviter de s'enliser dans un corps à corps dans le quel il risque fort d'être submergé si le nombre d'adversaire devient trop important, ou si son adversaire est particulièrement résistant (guerrier, guerrier mentaliste). De plus il est bien moins endurant que tout classe formé strictement au corps à corps.
A noter qu'il n'est pas capable de détruire intégralement une armure lourde avec ses poings, celles-ci étant façonnées avec des matériaux ultras résistants capables de résister à des pressions énormes, mais il peut tout de même les endommager à la longue, le choc de ses
frappes est par contre capable d'endommager le corps de son adversaire (côte brisée, etc.).

*Rang: Général de la division Werewolf d'Atraxis

*Icehand-master

*Pouvoirs:
*Rayonnement gamma

*Lycanthropie (innée et unique): Donovan est le seul vrai lycanthrope de l'Histoire. En effet, il peut quand il le désire se transformer en hybride (état entre l'homme et le loup) ou bien en un loup noir.
État hybride: cette transformation ne peut s'effectuer en plein soleil, pour se faire, Donovan doit se placer dans un lieu couvert, il modifie en une fraction de seconde son code génétique et se transforme. Son armure et ses armes son adaptées à cet état et fusionnent avec son corps. Sous cette forme Donovan peut faire surgir la lame de sa rapière à travers les jointures de son majeur et de son index droits. Mais s'il n'est armé que d'une lame et qu'il se retrouve sans armure, où est l'intérêt de la chose direz-vous? Au contraire sous cette forme Donovan acquiert une agilité surhumaine, une force considérable et... son attaque la plus terrible, la morsure, il ne s'agit pas d'une simple morsure, d'un simple claquement de mâchoires, Donovan peut "mordre" à distance. Prenons un exemple: un délicieux poulet rôti répand son agréable fumet alentour, Donovan se tient sur le rebord de la fenêtre, juste en face de la volaille... un bruit dans les escaliers, la famille descend diner, Donovan ouvre ses mâchoires, le poulet est à quatre mètres de lui, terminé, il n'y plus la moindre trace de volaille dans le plat, où est-elle alors? Dans l'estomac du soldat bien sûr!
Cet exemple est bien évidemment léger, sur toutes autres créatures, les dégâts que peut occasionner cette attaque ne sont pas à prendre à la légère, sa portée maximale est de dix mètres.
Son esprit étant différent de celui d'un humain, la cristalhands ont un effet presque ridicule n'a aucun effet sur lui, de plus il est impossible de pénétrer son esprit tant qu'il est sous cette forme.
En hybride, Donovan craint la lumière, la lumière blanche d'un projecteur le force à reculer et protéger ses yeux, autrement il court à une cécité provisoire (quelques secondes), s'il n'y a pas d'ombre il devra couvrir ses yeux.
A noter qu'un réverbère ne représente aucun danger puisque sa lumière n'est pas directement braquée sur ses yeux)
Il peut utiliser cette forme de nuit comme de jour, par contre il devra protéger ses yeux de la lumière du soleil et couvrir son pelage et son épiderme.
État animal: Donovan se transforme en un loup noir (de taille diverse), il gagne l'endurance de l'animal, et garde une conscience humaine, sous cette forme Donovan ne gagne aucun avantage, c'est un simple loup. La lumière n'a aucune conséquence sur lui.
N.B: lorsque sa colère ou sa souffrance est trop forte, le côté animal de la personne qu'est Donovan peut prendre le dessus, il devient totalement fou et représente un danger pour lui même et pour les autres. Cette lycanthropie n'est pas une maladie, les éventuels enfants que pourraient avoir Donovan ne pourront pas se transformer mais hériteront de sens très développés et d'une affinité avec les loups.

PROPRIÉTÉS PARTICULIÈRES: Le fait d'être lycanthrope n'est pas un pur plaisir, en effet, en fusionnant avec le loup qui lui a transmis ses gènes, Donovan paya un lourd tribut: son humanité. Son organisme s'est modifié afin de permettre les multiples transformations, notamment son estomac qui s'est agrandi, sa poitrine qui s'est élargi, et bien sûr ses muscles qui saillent, modifiant son apparence physique. Son corps sécrète aussi des hormones qui facilitent les transitions entre l'état humain à hybride ou humain à animal, elles sont à double tranchant, en effet ces hormones détruisent l'hémoglobine du sang de Donovan de manière lente et progressive et la remplace par une substance unique au monde que les médecins d'Atraxis nommèrent: wolfserum. Ce "wolfserum" empoisonne le corps et le pousse à se transformer en une forme mi-humaine mi-hybride, la plus dangereuse de toutes et la plus incontrôlable, qui par la suite entraîne la décomposition des atomes du corps et donc la mort. La seul substance capable de ralentir ces effets est l’hémoglobine, ayant un sang entièrement infecté Donovan doit la trouver ailleurs…

Les signes précédents la totale transformation sont les suivants: des cernes rougeâtres, une haleine âcre, une colorisation des iris en pourpre, une dépigmentation de la peau et une pousse incontrôlée des ongles et des canines. Comme vous pouvez le deviner, le seul moyen d'empêcher cette néfaste transformation est de prélever de l'hémoglobine sur un corps humain à la manière des vampires. Atraxis garde exclusivement ses prisonniers exécutables pour Donovan afin qu'il puisse se maintenir sous sa forme normale. Se repaître de chair humaine est une terrible épreuve, mais Donovan l’a surmontée, et il y prend parfois goût.
Une forte poussée d'adrénaline peut précipiter cette transformation qui a normalement lieu trois à quatre fois par mois.


*Apparence physique:
Massive Attack - Teardrop
La statuaire grecque mettait en avant l’harmonie entre les diverses partie du corps afin de mettre en valeur la finesse et l’équilibre du corps, Donovan est comme une statue grecque : il est sublime.

Au premier regard on le jugerait fluet pour un homme, en effet ses courbes sont féminines, sa taille mince est gracile, cette impression est renforcée par sa haute taille (1m96). Mais ce n’est que le premier regard… Ses bras longs et merveilleusement musclés suggèrent une force certaine. Son torse est large et se revêt de pectoraux admirablement bien développés, ce qui attire bien évidemment le regard de la gente féminine sur lui, surtout à la plage, ses abdominaux creusent des vallées et élèvent des collines de muscle sur son ventre, néanmoins sa musculature reste discrète : ni trop développée, ni trop, elle est juste très bien marquée.
Il se tient toujours droit et fièrement.
Donovan est aussi bien bâti qu’un Apollon de marbre, il émane de son corps une aura de force presque palpable.
Il a hérité de la noblesse et de la finesse des traits des Gaëlreskov. Son regard est presque surnaturel, ses yeux gris comme une mer sous un ciel de tempête ou bien comme l’argent rutilant semblent être emplis d’une profonde tristesse, ou bien est-ce de la lassitude ? Son regard déstabilisant perce votre âme et vous met à nu devant lui, cette infinie tristesse est souvent frustrante car c’est comme s’il vous plaignez d’être ce que vous êtes, mais ce serait se tromper de le penser si arrogant et méprisant. Son nez droit et fin s’achève en flèche, ses narines peu apparentes sont assez hautes et lui donnent un air de faucon qui s’harmonise avec la force de son regard. Ses lèvres sont fines et ont maintes fois enlacé celles de belles jeunes femmes bien qu’une seule aujourd’hui ne connaisse le privilège de pouvoir les goûter pleinement. Un fin sourire, à peine perceptible, illumine sont visage d’un éclat de nostalgie profonde. Il est assez déroutant de le regarder trop longtemps, il produit malgré lui une sensation de malaise et de honte chez ses interlocuteurs si le contact visuel devient trop long. Son air est perpétuellement calme et serein, bien que empli de lassitude. Parfois Donovan se laisse pousser légèrement la barbe, ou bien un bouc.
Sa chevelure brune est un mélange gourmand des notes de chocolat, selon la lumière elle peut être sombre comme le plus fort des cacao ou bien se parer d’une robe marron claire aux tons de chocolat au lait fondant, elle produit des reflets ocres et chauds. Ses cheveux peuvent être courts et ébouriffés ou bien longs et soyeux, tombant de manière ondulée sur ses épaules ou bien souvent longs et ramenés en arrière selon ses envies, en effet depuis qu’il fut irradié, Donovan peu contrôler sa pilosité, le plus souvent il laisse sa poitrine couverte finement de poils ou bien nue, le reste de son corps est presque glabre.
Sa peau est claire comme celle de sa mère, on y retrouve toute la beauté et l’éclat des norvégiens. Neutre de toute impureté elle est douce et chaude au toucher.
Forgé par la danse, les arts martiaux, et l’entraînement quotidien, le corps de Donovan est une arme mortelle et magnifique.
On dit de lui qu’il possède des doigts de fées, en effet ses mains sont blanches douces et délicates, ses doigts longs et fins sont ceux d’un musicien. Difficile de penser qu’elles se sont maintes fois tâchées de sang...
Donovan prend beaucoup de soin à se coiffer et à s’habiller, il porte souvent des hauts à col V boutons plutôt moulants ainsi que des pantalons coupe straight qui varient entre le noir, le blanc, le gris ou le blue jeans. Pour « sortir » (pour lui cela signifie : restaurants, rendez-vous, visite au musée, concert, opéra, bref des activités mondaines) il revêt un complet noir deux boutons ainsi qu’une chemise noire aux reflets pourpre et une cravate crème, il possède aussi des complets uniformément blanc ou noir, avec ces tenues il porte des chaussures de cuir soigneusement lustrées. Il ne se sépare presque jamais de son long manteau noire (qui est en fait un trench qui lui arrive au cheville) dont l’intérieur molletonné est en fait une poche géante dans laquelle il peut stocker en toute discrétion des armes et des documents secrets, un éventuel voleur ne pourrait les découvrir car la poche s’ouvre d’une manière particulière : reconnaissance d’empreinte digitale, même si on lui coupait un doigt, le capteur détecterait que celui-ci est mort et ne s’ouvrirait pas.
Pour protéger ses yeux sensibles à la lumière du soleil il porte d’élégantes lunettes de soleil noire Emporio Armani, la même marque que ses complets.
Il porte très souvent la traditionnelle cape des Gaëlreskov : une longue étoffe noire sur laquelle se dresse un loup hurlant en fils d’argent.
Au combat il porte une armure légère qui se compose d’une tunique en fibres pare-balles, le tout protégé d’un solide plastron en téflon qui ressemble de près à ceux des centurion… Cette armure lui procure la grande liberté de mouvement que nécessite le style de combat des shreders, à son côté est ceinte sa rapière. Il porte aussi un anneau autour du crâne qui lui couvre les yeux, celui-ci est fait dans le même matériau que des lunettes de soleil, mais il agit comme un casque de militaire, il évalue la température extérieur, peut lire des vidéos, projeter des images, il ne restreint en rien sa vision et est indispensable au contrôle des drones, il protège ses yeux de la lumière du soleil mais ne peut résister aux flashbangs.

Sa forme de lycanthrope est morphologiquement similaire à la forme humaine, mais ce n’est que d’un point de vue morphologique global… Sa tête s’étire afin de permettre la croissance d’un museau plus court que celui d’un loup, sa bouche s’étire et s’ouvre sur deux rangées de dents acérées, ses muscles gonflent et triplent de volumes, son torse s’élargit ainsi que ses épaules.
Des oreilles pointus remplacent les oreilles humaines, garnies de poils très fins à l’intérieur ils répercutent le moindre son lui donnant une ouïe hors du comment, son odorat est supérieur à ceux des chiens de police (comme sous sa forme humaine), il est capable de pister une proie pendant des heures durant.
Tous ses membres inférieurs se renforcent et restent légèrement pliés afin de préparer un éventuel saut. Son pelage peut varier entre le noir, l’argenté ou le blanc selon ses envies, il peut aussi être tacheté. En hybride Donovan mesure 2m35 environ pour un poids avoisinant les 150kg et plus (en hybride les os de Donovan deviennent très résistants mais creux).
Ses mains gardent leur forme humaine mais deviennent plus musclées et plus large, des griffes longues de plus de dix centimètres jaillissent du bout de doigts et peuvent être rétractées. Donovan peut faire surgir de sa main droite, entre le majeur et l’annulaire la lame de sa rapière.
Ses hurlements sont ceux d’un loup mais il peut tout de même parler audiblement, son cerveau restant celui d’un homme. Sa voix est caverneuse et envoûtante, elle éveille les sens de ses interlocuteurs et peut parfois provoquer chez eux une satisfaction presque physique.
Malgré son apparence bestiale une beauté effrayant émane de lui.
Donovan peut aussi se transformer en loup, sa taille maximale peut être celle d’un cheval, il est identique à un loup mais pense comme un homme, il ne peut néanmoins parler. Il peut aussi se transformer en louveteau afin de passer dans les espaces étroits (conduits d'aération), qu’il soit hybride ou en loup il peut utiliser sa morsure (celle-ci à une plus forte portée en hybride mais elle est plus ciblée mais moins puissante en louveteau).
Sa forme saturée en Wolfserum est identique à sa forme habituelle mise à part que ses pupilles se teignent de rouge et de tâches noires, sa pupille devient une fente et son haleine devient âcre et glaciale.

Description psychologique:
Opeth - Porcelain Heart (version éditée)
L’esprit de Donovan est un acteur aux nombreux masques qui se plaît à en mélanger les couleurs.
Don est un être clame et patient, il interprète tout avec sa raison et peu avec son cœur. Il affiche toujours un léger sourire peu visible, celui-ci traduit une nostalgie et une profonde tristesse ainsi qu’un bonheur et une gentillesse lumineuse. Bon ne serait pas très approprié, Donovan n’aide pas tout le monde et est loin d’être une bonne poire, il n’aime simplement pas la méchanceté gratuite. Ses rares colères sont craintes, pas pour les violences physiques qu’elles pourraient entraînées, mais pour les mots qu’elles pourraient faire naître, sous la colère Donovan est capable de blesser un être rien qu’avec des mots, de le ramener plus bas que terre, de lui faire comprendre qu’il est totalement inutile et qu’il ferait mieux d’ouvrir une fenêtre et de se jeter dans le vide avant de commettre encore une erreur, malheureusement certaines personnes l’on fait…
Le charisme de Donovan est très impressionnant, il peut se faire très discret mais dès qu’il prend la parole et sa voix douce et calme retentit tout le monde se tait et écoute, il est parfois comparé à Ulysse. Sa beauté est aussi un atout remarquable dont il se sert assez souvent afin de manipuler et d’éviter les effusions de sang. S’il revêt le masque de la compassion et la persuasion personne ne lui résiste, il se fait out miel, il écoute, il pleure, il rit, il souffre, il compatit et ce afin d’atteindre son but, il se glisse à travers les émotions de ses interlocuteurs tel un serpent marin ondulant dans les flots.
Très intelligent il aime les défis intellectuels, il aime se mettre à l’épreuve. Son sens de la réflexion est très développé, de plus il ne s’exprime que lorsqu’il est sûr de lui, il n’aime pas proférer des fadaises. Il parle aussi de nombreuses langues comme le russe, le français, l’anglais, l’espagnol, l’italien, le japonais ainsi que les dialectes africains et asiatiques.
Appréciant les êtres heureux, il s’ennuie des déprimés, c’est pour cela qu’il chercher à faire le bien autour de lui, un petit sourire par si, une caresse par là, tant de petits gestes si anodins mais qui venant de lui sont une véritable bénédiction.
Il est donc difficile de croire que Donovan est le plus redoutable tuer d’Atraxis… Implacable et discipliné, si on lui dit de tuer quelqu’un il le fait, il n’est tout de même pas aveugle, il préfère étudier sa victime afin de s’assurer qu’elle mérite la mort, puis il tue.
Tuer ne lui procure ni plaisir, ni ressentiment, son visage reste de marbre lorsqu’il vole une âme. Il n’aime pas faire souffrir sa victime, ou sa « proie » comme il le dit, torturer est inutile à ses yeux, on peut tout obtenir par la persuasion et la compréhension. Connu et redouté pour ses frappes chirurgicales, il laisse derrière lui des corps vidés de leur sang, la jugulaire tranchée, la aine sectionnée, le tronc décapité. Son sens de la rigueur le pousse à apporter une mort propre et rapide.
Il eu tout de même du mal à ne plus rien exprimer à la suite d’un meurtre, à ses débuts (voir l’assassinat des Daëva) il voulait que ses victimes ne le supplient pas, qu’elles acceptent facilement leur mort… ce qui est presque impossible, mais au fil du temps il acquis la maturité nécessaire et les visages des ses victimes ne le hantent pas dans son sommeil.
Sons sens artistique transparaît à travers tout son être : sa démarche est gracieuse et droite, ses crimes son propre et se transforme parfois en véritable œuvre d’art, il aime jouer de la musique, il est un as de la guitare et du violon et joue très bien du piano.
Doux et apprécié, il attire autour de lui de nombreuses femmes qu’il se plaît à satisfaire, néanmoins Sarah est l’élue de son cœur bien qu’il couche avec d’autres femmes lorsqu’il part à l’étranger, il l’aime de tout son être et elle aussi.
Il sait se faire obéir et est un général irréprochable. Ses hommes lui sont fidèles et le respectent.
Néanmoins Donovan es troublée par un mal plus profond et que lui seul connaît : le wolfserum.
En hybride Donovan garde sa manière de penser et son caractère humain bien qu’il devienne un terrible chasseur et que tuer cette fois le satisfait.
Son plus terrible état est celui de sa forme saturée en wolfserum, l’hybride de l’hybride, le besoin en hémoglobine l’aveugle et peut lui faire commettre des crimes immondes. Sa soif de sang se couple à une soif de sexe qu’il doit apaiser, généralement il prend le sang des catins de luxe avec qui il couche, il en prend au moins trois afin de ne pas les tuer et de mélanger les goûts car d’après lui le sang a un goût différent chez chaque individu.
Sous sa forme de loup il pense comme un humain mais ne parle pas.
Donovan est très liés à ses loups et aux loups en général avec qui il peut parler.

Le rêve de Donovan est d’avoir deux louveteaux (deux enfants) et de vivre tranquillement avec sa femme, il rêve de servir son pays le plus honorablement possible.
Il se montre très dur avec ceux qui lui résistent et qui lui témoigne de l’irrespect.
Il est un homme qui aime la vie, il apprécie les moments complices avec ses amis au comptoir d’un bar autour d’un bon verre de Vodka Gaëlreskov bien sûr.


Dernière édition par Donovan Gaelreskov le Jeu 7 Jan - 20:45, édité 26 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zero-sum.forumactif.org
Donovan D. Gaëlreskov
Admin
avatar

Messages : 426
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 23
Localisation : A place where everything is right where it belongs

Feuille de route
Grade: Général de la division Werewolf d'Atraxis
RPS en cours:

MessageSujet: Re: [STAFF] Donovan Gaëlreskov (achevée)   Dim 22 Nov - 18:29

L'histoire d'un homme peu banal...

"Здравствуйте (Bonjour), je suis Donovan Dimitrievitch Gaëlreskov et... voici mon histoire."

Tout commença en 1960 avec la naissance des mes parents, en Russie naquit mon père, Dimitri Antonovitch Gaëlreskov, et en Norvège naquit ma mère, Karen Svannia.
Depuis des siècles les Gaëlreskov vouaient un respect et une fidélité sans faille aux Tsars, très proche du gouvernement, ma famille était et est encore riche et puissante (la puissance peut-être moins...). Avec le déclin de la Russie Impériale, Saint Petersbourg ne représentait plus que le spectre d'un passé révolu, les Gaëlreskov se levèrent et luttèrent publiquement contre le communisme, on tenta de les faire taire mais la détermination de mes aïeuls fut plus forte...
Malheureusement, Staline vint et ses services secrets exécutèrent certains de mes grands-oncles et tuèrent mon vieil arrière grand-père Griska Nicolaevitch Gaëlreskov. Ils durent fuir vers l'Ouest, vers les Etats-Unis, en 1963, il n'y avait plus de Gaëlreskov en Russie. Ma famille s'est très bien intégrée aux Etats-Unis et a... certains contacts avec la mafia.
Du côté de ma mère, peu de chose à noter, elle rêvait de devenir actrice,elle prit des cours de théâtre et y montra un réel don, elle tourna dans son premier film à l'âge de six ans, son tout premier rôle au grand écran, elle devait incarner une petite fille autiste maltraité par sa famille... le film fut un réel succès. Elle menait ses études de lycéennes tranquillement, lorsque sa vie fut changée... à l'âge de seize ans, deux jours après son anniversaire elle rencontra son premier et unique amour... mon père.
Mes grands-parents paternels s'étaient provisoirement installés en Norvège, mes parents se rencontrèrent au lycée, mon père se démarqua par son intelligence, il avait déjà fait breveté plusieurs prototypes de bateaux très rapide et furtif, très pratique pour la guerre, ainsi que diverses petites machines dont le but est de simplifier la vie d'autrui. Son physique avantageux lui attira les ardeurs de la gente féminine mais il n'avait d'yeux que pour ma mère comme il le dit si souvent, ils tombèrent furieusement amoureux l'un de l'autre.
Six mois plus tard ma mère tomba enceinte. Mes grands-parents accueillirent plutôt bien la nouvelle, les quatre étaient d'accord pour s'occuper de l'enfant pendant qu'ils iraient en cours.
Presque dix mois plus tard, (la grossesse eut quelques imprévus), qui pointa le bout de son nez? Moi! Donovan Dimtrievitch Gaëlreskov était né.
Mes parents disent que je fus un magnifique et capricieux bébé, mon père était un peu dessus que je ne sois pas brun comme tous les Gaëlreskov mais blond platine comme ma mère, comme mon père je me révélai être un surdoué, je savais lire à trois ans, écrire à quatre ans. Mes parents étaient très fier et je fus comblé.
Dès mon plus jeune âge mon père me forma à l'escrime, je me rappelle j'avais neuf ans, nous étions en vacances à Los Angeles, dans la grande salle de sport de notre résidence secondaire (je préférai bien sûr notre maison près de Toronto), je tint ma première épée, et je fus plutôt bon, mon père était très fier. Je fis aussi de la danse classique, du violon et du piano. Je grandis très vite et la danse couplée à la musculation me donnèrent un corps de rêve.

Mais un an plus tard, en 1986, j'avais dix ans et nous étions en Norvège, la guerre mondiale éclata, deux ans plus tard, le 28 août 1988 ce fut Zero Sum.
A douze ans, je connus la guerre nucléaire et les sarcophages. Comme le craignait mon père, ceux-ci laissèrent passer les radiations et je fus irradié, je fus la victime de mutations génétiques douloureuses qui me dotèrent de pouvoirs surnaturels.
Mon père, me voyant dans cet état instable (j'étais une centrale nucléaire ambulante qui pouvait éclater à tous moments, comme tous les autres irradiés) sortit des tiroirs sont projet de stabilisateurs d'ondes, il le modifia et créa un stabilisateur de radioactivé: le premier Pararadia, c'était en 1992, j'avais seize ans, il le testa sur moi, tout marchait et il put me stabiliser mais il fit une chose encore. Tandis que les Pararadias étaient vendus en masse, il me garda dans le laboratoire et fit diverses expériences sur mon corps, il découvrit, cachée dans mon cerveau, la "commande" capable d'activer et de contrôler pleinement mes pouvoirs, d'un commun accord nous décidâmes de l'activer par éléctro-stimulation. Ce fut très douloureux, il put établir un éventail de possibilités plutôt réduit, d'après lui, mon nouveau code génétique m'offrait la possibilité de contrôler soit le feu, soit la température et la glace, soit les champs électriques, ou bien de pouvoir créer des petits êtres, ou de prendre possession d'une conscience ou encore d'émettre des particules curatives, fouillant encore plus loin dans mon ADN il constata qu'une seule de ces possibilités pourra s'exprimer, les autres devenant des caractères récessifs, mais laquelle? Je ne voulais pas attendre le temps qu'un de ces caractères prennent le dessus sur les autres, non je voulais choisir...
Je me souviens, j'étais allongé sur le Pararadia, des électrodes branchées sur le crâne et le corps, je voyais mon père, pensif, frotter sa barbe de deux jours, d'un regard je lui fis comprendre que je voulais continuer, que je voulais modifier consciemment mon ADN, il accepta, les risques étaient grands: je pouvais mourir, imposer si brutalement un nouveau code génétique à mon corps pouvait me conduire à ma propre perte mais je voulais aller de l'avant.
Mon père reconstitua toutes les possibilités et les testa en laboratoire, ce fut très impressionnant, après plusieurs jours de réflexion, j'optai pour le contrôle de la température et de la glace. Père fit preuve d'un sang froid remarquable, ma mère tremblait de terreur et pleurait silencieusement; la modification fut courte et brutale, c'était comme si tous les atomes de mon corps se désintégraient puis qu'ils se réassemblaient dans une explosion d'énergie. J'en sortis plutôt bien, d'après mon père j'étais un cas exceptionnel, mon corps avait accepté ce nouveau code génétique très facilement, je ne souffrirai d'aucune séquelle me garantit-il.
Nous fêtâmes cette prouesse scientifique en famille, mais nous ne nous doutions pas que mon père et moi avions découvert le secret des hands, oui je pense être le premier être humain irradié à avoir été doté d'une hand.

La vie continua, cette même année j'eus mon bac j'entamai des études de médecine, bien sûr je cachai aux autres ma hand, peu d'humains furent irradiés en fait et je ne voulais pas créer un effet de foire.
Mon physique avantageux et mature, je faisais bien plus vieux que mon âge,- heureusement aujourd'hui cette tendance s'inverse - m'attira les grâces de biens des pucelles dont je fis mes nombreuses petites amies. J'eus l'œil pour une troisième année de vingt et ans, une certaine Valie dont je suis tombé éperdument amoureux, nous sortîmes ensemble, pour mon plus grand plaisir. A dix-huit ans je devins père d'une petite Kara, nous déménageâmes à Ottawa où nous achetâmes une maison. Nous continuions à suivre les cours bien entendu. Les quatres années qui suivirent furent délicieuses, et Valie et moi pensâmes sérieusement à nous marier.

Made Out of Babies - Cooker

Un insolent et chaud rayon de soleil nous réveilla, Valie et moi étions étroitement enlacés, je l'embrassai passionnément et nous fîmes l'amour. Nous sortîmes du lit en pleine forme, les petits pas précipités de notre petite fille résonnèrent dans les escaliers, je la pris dans mes bras et l'embrassai avec force sur la joue, elle éclata de rire. Valie nous concocta un délicieux petit-déjeuner: pancakes et sirop d'érable et jus d'orange maison.
Les préparatifs du mariage allaient de bon train, Valie se chargerait du fleuriste, quant à moi je devais trouver un bon traiteur, j'en avait d'ailleurs repéré un pas bien loin de chez nous.
J'embrassai ma petite famille et sortit, pas besoin de la voiture ce n'était vraiment pas loin, je passai devant un magasin de télévision dernier cri: écran plasma HD, on disait même que bientôt il n'y aurait plus d'écran physique... bref, les infos passaient et je m'arrêtait pour les regarder. "Encore une évasion de Furias? La première s'est écoulé il y a deux jours seulement, n'avaient-ils pas promit d'endiguer le flot?... Bah de toutes manières ils ne sont même pas au Canada alors..." pensais-je. C'étaient le 14 février 1998, onze jours après mes vingt deux ans.
Des bons plein les bras, je sortis du traiteur en sifflotant, je vis des gens hurler et courir, que se passait-il donc? Je courus chez moi et m'arrêtai net devant l'entrée du jardin. Devant moi s'étendait les ruines de ce qui fut autrefois mon chez moi, je me précipitais vers les décombres.
"Valie! Valie! NOOOOOOOOOOOON!!!"
Je tombai à genoux devant le corps de ma femme, sa peau était d'une blancheur de nacre, ses vêtements baignaient dans une mare de sang: elle agonisait. Je la pris dans mes bras, sous son corps, recroquevillée sur elle-même s'étendait ma fille, je hurlai de désespoir, je serrai mes deux amours contre ma poitrine, me tâchant de leur sang, mes larme trempant leurs cheveux. Je m'abandonnais, je ne sais combien de temps je suis resté là à pleurer, des aboiements me firent sursauter, Scott aurait-il survécu? Je courus vers le jardin de derrière, mon chiot aboyait si fort que sa voix semblait s'érailler, lorsqu'il me vit il courut se blottir contre mes chevilles tremblotant, je le caressai pour le calmer mais des craquements me firent lever les yeux, devant moi, dans mon jardin se dressaient, couverts de sang, les ongles dégoulinant d'hémoglobine, la bouche ouverte dans un rictus de rage, quatre Furias, ils me fixèrent avec avidité puis se jetèrent sur moi. Ils étaient très rapides et je ne pus tous les esquiver, l'un d'eux m'envoya violemment contre le chêne, mon dos craqua douloureusement, ils bondirent criant sauvagement. Je ne pus éviter le coup qui fit éclater ma joue gauche et m'aveugla momentanément. Je devais utiliser ma hand, tant pis si l'on me voyait, je devais vivre afin de porter la mémoire de ma famille, la température baissa rapidement, nos haleines se transformèrent en vapeur, les monstres furent coupés dans leur élan, mû par la colère, mû par la tristesse, je fis surgir deux stalagmites de glace du sol verglacé qui empalèrent deux des quatre abominations, leurs tripes fumantes pendaient sur la glace, leur visage figé dans une expression de douleur intense, leurs deux compères survivants reculèrent et tentèrent de fuir, l'image des corps de ma femme et de ma fille envahit mon esprit, non ils devaient payer!
Je sautai, un saut inhumain, les monstres tentèrent de déformer ma matière mais la peur que je leur inspirai les fit rater, d'un geste de la main je gelai l'air présent dans les poumons du premier, il tomba par terre suffoquant et crachant du sang tandis que les griffes de glace lacéraient ses organes. Je me revis petit à mes cours d'arts martiaux, une force impressionnante me vint, j'avais une envie de meurtre, de sang, dément je chargeai le dernier monstre il essaya de me frapper mais je lui assenai un coup de pied marteau aérien avant qu'il ne puisse agir, je tombai avec souplesse près de lui et de le frappai au visage, son sang me giclait à la figure, je frappai, encore et encore puis d'un geste brusque je lui saisis la mâchoire et la lui arracha dans un cri de rage.
Qu'était-ce donc que ce sentiment... cette sensation de satisfaction, l'impression d'avoir accompli un acte mémorable... qu'était-ce donc que cela? Je ne pouvais le dire, toute ma haine, toute ma tristesse tout mon désespoir s'étaient soudain envolés... comme la fleur du cerisier emportée par la vent... mais doucement je sombrai à nouveau dans le tourment, ma famille était détruite, qu'allais-je faire? Qu'allais-je devenir?

Ma femme était déjà morte lorsque nous arrivâmes à l'hôpital, ma fille mourut deux jours plus tard... J'avais tout perdu.
J'avais pourtant espéré... mais comment ais-je puis avoir cet espoir?! J'étais en médecine, je savais qu'il n'y avait plus rien à faire, je savais qu'elles allaient mourir, et pourtant j'ai espéré qu'elles survivent à cette sauvagerie et c'est cet espoir qui a précipité ma descente aux enfers.
Je perdis la conception du temps, plus rien ne tournait rond dans mon esprit, plus rien... et puis au fil des jour, tel une rose bourgeonnant et s'épanouissant, le vent de la vengeance et le vent de la haine me firent ouvrir les yeux, je devais choisir: rester à pleurer ma famille ou bien me battre et la venger.
Je me levai et quittai l'hôpital, je partis pour Toronto, chez mes parents, afin d'enterrer ma femme et ma fille. Là-bas je réfléchis longuement à mon devenir, puis la voie se montra claire: l'armée. Je retirai le bandage qui couvrait mon œil gauche, étonnement ma vue ne fut pas altérée par le coup, au contraire je voyais et distinguais les moindres détails, était-ce du à l'utilisation de ma hand? Une larme de sang coula, je l'essuyai prestement, mon reflet dans le miroir me plu, la fine cicatrice, presque invisible me donnait un air farouche et déterminé: mon apparence correspondait parfaitement à mon état d'esprit.
Oui! J'allais m'engager, j'allais devenir le meilleur, j'apporterais le changement et l'ordre et éradiquerais les Furias, j'allais me montrer digne de mon arrière-grand-père le général Griska Nicolaevitch Gaëlreskov.

_________________


Dernière édition par Donovan Gaelreskov le Mar 12 Jan - 20:30, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zero-sum.forumactif.org
Donovan D. Gaëlreskov
Admin
avatar

Messages : 426
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 23
Localisation : A place where everything is right where it belongs

Feuille de route
Grade: Général de la division Werewolf d'Atraxis
RPS en cours:

MessageSujet: Re: [STAFF] Donovan Gaëlreskov (achevée)   Dim 22 Nov - 19:10

Ça y' est, je vais le faire, je vais continuer, je vais donner un sens à ma vie, je vais partir en chasse... A quoi pensais-je? Je ne pensais qu'à marcher droit vers la caserne, le vent soufflant autour de moi, m'effleurant le visage, la chaleur du soleil caressant ma peau... quel merveilleux jour pour s'engager, quel merveilleux jour pour entamer sa vie.
Je marchais doucement, les grilles de la caserne derrière moi, un garde m'interpella:
-Hey! Tu es nouveau toi non?
-Exact, je viens ici pour m'engager...
-Ohoh! Un courageux! Aller viens, suis moi je vais te montrer où aller.
Je suivi ce garde, un dénommé Don, il était très bavard et je dois avouer qu'il m'agaçait un peu, mais il avait un bon fond... Il me mena vers le bureau de l'administration ou le sergent formateur recrutait. La pièce était austère, sans fioritures, inspirant une certaine rigueur, je m'y plaisait, j'aimais la discipline. Le sergent me fit asseoir, il s'appelait Edgar Twayn.
-Alors mon gars, tu veux t'engager?
-Exact.
-Pour quelle raison?
-La vengeance...
-Ah, nous n'acceptons pas les criminels!
-Je ne suis pas un criminel, ma famille a été massacrée par les furias, j'exige la justice.
-Les furias vous ont attaqué?! Ça alors, mais êtes vous un humain ou un irradié?
-Je suis un Irradié sergent...
-D'accord tout s'explique, donc vous voulez partir à la chasse aux Furias?
-Exact.
-Alors soit!
J'ai signé le contrat, on me rasa le crâne, on me frappa une plaque que je devais portait autour du coup, elle comportait mon nom, et le numéro qui m'avait été assigné ainsi que mon grade, pour l'instant celui de simple recrue.
L'entraînement commença, l'effort physique me fit du bien, dès le commencement je me démarquais des autres, mes sens étaient des plus affinés, ma force colossale, mon sang froid, de marbre. Si bien qu'en à peine une semaine je dirigeais ma propre unité... Impossible me diriez-vous? Et pourtant si, j'exerçais sur les autres un contrôle total, ils m'obéissaient et ma tactique était parfaite, le sergent Twayn me dit même qu'il n'avait jamais vu un aussi bon soldat de sa carrière. Les heures passèrent, puis les jours, puis les semaines...
Don vint me réveiller, je me frottai le crâne puis dans un grognement je lui demandais ce qu'il désirait... apparemment des soldats hautement équipés désiraient me voir, soit, je m'habillai en vitesse puis sorti dans la cour. Je sursautai, devant moi se tenaient cinq hommes en armures, des longs fusils en bandoulières, leur casque ôté, laissant apparaître leur visage.
-Êtes-vous M. Gaelreskov?
-C'est exact.
-Bien suivez nous.
-A qui ais-je l'honneur?
-Aux sauveurs de l'humanité, ne posez pas de questions, prenez vos affaires et suivez nous.

On me fit monter dans une navette militaire et nous volâmes pour le Mexique, le voyage se fit sans encombres mais il fut terriblement ennuyeux, les soldats de mon escortes ne parlaient pas, ils restés de marbre et ne s'activaient que pour manger.
"Sauveurs de l'humanité?" Qui donc peuvent-ils bien être? pensais-je. La réponse ne tarda pas à venir, nous atterrîmes dans le désert, on me fit descendre et l'on me banda les yeux, mes sens m'indiquèrent que nous allions sous terre, nous marchâmes une bonne demi-heure puis l'on m'ôta le bandeau. J'étais à l'entrée d'une base militaire hors du commun, il y avait un métro miniature pour les soldats, des escalators, des ascenseurs noirs laqués, on me fit traverser de longs couloirs puis j'entrai dans le bureau du Général Suprême Matthew Coeing.
Le bureau était sobre et bien rangé, accrochée au mur et bien en évidence, trônait une carte du monde. Le générale observait par la baie vitrée les jeunes soldats s'entraînant deux cent mètres plus bas, il se tourna et me sourit:
"Hé bien hé bien! Asseyez-vous donc. Comment avez-vous trouvé votre voyage?
-Sans paraître irrespectueux, il fut terriblement ennuyeux.
-Quel dommage... alors vous êtes Donovan Dimitrievitch Gaëlreskov, vous possédez la double nationalité ruse et canadienne ainsi que un tire de résidence en Norvège et aux Etats-Unis, est-ce bien vous?
-Oui c'est moi mais comment savez-vous tout...
-Plus tard pour les questions jeune homme, vous vous êtes très bien débrouillé, masquer pendant presque sept ans votre hand, félicitations! Nous sommes vraiment bien tombé, tiens vos cheveux poussent tout seul
-Excusez-moi c'est juste que je n'apprécie pas d'avoir le crâne rasé, je préfère porter mes cheveux longs... Mais comment diable savez-vous que j'ai masqué une... hand? -le mot était tout nouveau pour l'époque, il y avait peu de handmaster ce moment là-
-Nous avons des yeux partout, la façon dont vous avez tué les furias qui ont... détruit votre famille était éloquente, mais laissons ça de côté, vous êtes ici car nous vous voulons oui, vous avez vécu votre adolescence avec une hand ce qui fait qu'elle est plus ancrée en vous qu'elle ne le sera chez personne d'autre, Twayn nous a fais vos éloges, croyez moi vous serez bien mieux avec nous, et savez-vous pourquoi? Car notre objectif est d'annihiler les Furias et de remettre dans le droit chemin les unités rivales...
-Je... Si jamais je m'engage j'exige d'être haut placé.
-Monsieur a ses exigences, bien très bien, il faut être ambitieux, soit, une fois votre formation accomplie vous deviendrez chef de swat dans la division Gamma"
Il m'expliqua la hiérarchie d'Atraxis et je compris que le grade qu'il me proposé était très généreux, au-dessus de moi il y avait le général de la division puis Coeing lui-même.
Nous parlâmes pendant des heures et je signai le contrat d'engagement, il me permit de garder mes cheveux longs.
Il me nomma C.S.G.G.S. (Chef de Swat Gamma Gaëlreskov Shreder), Shreder est une des altérations ou classe proposée par Atraxis, les shreders sont capables de déformer leur corps et d'utiliser leur bras comme lasso, faire surgir des griffes de leurs jointures et d'accomplir bien d'autre chose.
Je passai ma première nuit dans la base, le lendemain matin Coeing m'indiqua qu'un colis m'était destiné dans la salle des armes. Il m'y conduit, nous prîmes un ascenseur qui nous enfonça plus profondément sous terre, nous parcourûmes un long couloir, une porte nous arrêta, Coeing présenta son œil au scanner rétinien, se pesa puis apposa l'empreinte digital de son pouce sur le scanner à gel, la porte s'ouvrit enfin... la salle d'arme me laissa coi. Longue de deux cent mètres au moins, elle contenait tout et n'importe quoi en terme d'armement: fusil, obus, engins de guerres, canons, etc. Il me signe de le suivre, je le trouvai assez paternel avec moi, il me tutoyait et se montrer très gentil et peu sévère, bref il me présenta un colis assez long, je souris, c'était ma rapière, je l'ouvris et en sortis une magnifique rapière d'un mètre dix de long à la garde ouvragée à l'italienne, fabuleuse lame, elle n'avait jamais connu le goût de la chair.
"Magnifique lame, est-ce celle que tu désires porter?
-C'est exact mon général.
-Bien, je t'y autorises Donovan, maintenant suis moi il faut te trouver ton uniforme de chef de Swat, ils sont là-bas près des armures.
Une fois revêtit de mon uniforme noir, je du choisir une armure adapté aux shreder: elles étaient toutes légères et en tissus pare-balle et équipée d'un masque à oxygène et de lunettes à vision thermique. Je marchai le long du présentoir et en choisis une, je m'en revêtis rapidement et appliqua le masque à vision thermique sur mes yeux, dans un brusque sursaut, des plaque de métal surgirent de la bordure des lunettes enveloppèrent mon visage, des coussins molletonnés se gonflèrent à l'intérieur et une aération se mit en marche me permettant de respirer, le casque parfait. J'étais ravi, je marchai vers le général pour lui dire que tout était bon lorsque je fus prit d'un soudain accès de fièvre, je tombai à genoux serrant les dents, ma vue se brouilla et je vis une louve au bout de la salle, sa voix s'éleva dans mon esprit:
"Viens à moi Donovan! Viens je t'en supplie!"
Elle disparut avec la douleur, Coeing me releva me demandant ce qu'il s'était passé, je mentis et lui dit que j'avais eu une crampe à la cuisse, il rit et me recommanda d'aller à la salle de musculation et de gymnastique afin de travailler mon corps.
Je rejoignis ma chambre et ôta mon équipement, je me déshabillai et allai sous la douche afin de me rafraichir, étais-je devenu fou ou était-ce la réalité?

Mon premier jour de formation commença le surlendemain avec la métamorphose, d'habitude les shreders sont de jeunes enfants, mais moi... j'avais déjà perdu toute mon enfance... je me souviens encore des scientifiques me demandant de me déshabiller, et puis de cette femme qui me tâtait les muscles d'un air avide... je fermai les yeux, dégoûté, je ressens encore l'aiguille s'enfoncer dans mon épaule, celle-ci transperça ma chair et le liquide contenu dans la seringue s'infiltra dans mes veines, après? Et bien après vint la pire douleur de ma vie, je fus pris de convulsions d'après ce qu'on m'eut dit, la plupart des scientifiques pensaient que j'allais y rester, et puis... je suis mort, d'après Coeing, alors que l'on dégageait mon corps pour l'emmener à la morgue, précisément au moment où le scalpel allait fendre mon torse, je me suis réveillé...
Les jours passèrent et mon corps me brûlait, d'après les savant c'était normal, mais la douleur devint atroce, finalement au bout d'une semaine je pus modifier à l'envie mon corps, on me demanda de choisir trois déformations, alors je me suis entraîné à faire jaillir de mes jointures des griffes en adamantium, et de prolonger mon bras en un lasso d'une trentaine de mètres (ma technique préférée consiste à attraper un ennemi et à le déchirer) et enfin un long fusil à l'apparence d'une lame.
Tout ça pour rien, je ne pu profiter des déformations que trois jours, la transformation ne pris pas sur mon ADN, elle se dissipa et je perdis tous mes pouvoirs.
On parla derrière mon dos, me déclarant inutile, incapable, mais Coeing cru en moi et me garda... il n'eut pas à le regretter, surtout avec ce qui arriva...

_________________


Dernière édition par Donovan Gaelreskov le Mar 8 Déc - 21:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zero-sum.forumactif.org
Donovan D. Gaëlreskov
Admin
avatar

Messages : 426
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 23
Localisation : A place where everything is right where it belongs

Feuille de route
Grade: Général de la division Werewolf d'Atraxis
RPS en cours:

MessageSujet: Re: [STAFF] Donovan Gaëlreskov (achevée)   Dim 22 Nov - 19:12

Nine Inch Nails - Physical You're So

Je me réveillai en sursaut, ma poitrine se soulevant de manière saccadée, je passai ma main le long de ma nuque, mes poils frémirent, je me tournai, et me levai, le verre d’eau fraîche me soulagea, je me rassis contemplant mes pieds… Lentement je sentis le sommeil m’étreindre à nouveau, tandis que sombrais dans l’éther et le rêve ma vue devint blanche, je crus que ma tête se déchirait, jamais je n’avais autant crié, mais les chambres étant insonorisées personne ne pouvait m’entendre. La douleur était atroce, je ne pouvais plus bouger, mes muscles étaient crispés… soudain, elle apparut, la vue de cette louve estompa la douleur, je me relevai, sa voix fantomatique résonna dans ma tête, « je n’ai que peu de temps, viens je t’en supplie !... ».

L’air du désert était frais, je refermai le col de mon manteau et marchai tête baissée vers une destination inconnue, je ne savais pas où aller mais pourtant une chose en moi me poussait à continuer… Je ne prêtais pas attention au dunes de sable doré le jour et argenté la nuit, la beauté du paysage ne m'émouvait pas, tout mon être était focalisé sur la louve et sa voix éthérée et si réconfortante... Une ombre gigantesque me fit lever les yeux.
Je gravis le monticule rocheux en quelques minutes, je me hissai au sommet puis soufflais un moment, je me suis retourné et elle était là, étendue sur le sol, les pattes repliées contre son ventre,son poitrail se soulevait avec peine, elle tourna sa gueule vers moi, elle se releva péniblement… elle avait due être magnifique, son beau pelage gris et beige avait perdu de sa couleur, ses muscles avaient fondu et on pouvait lui voir les côtes.
« Comme tu t’en doutes je vais mourir… soupira t-elle, mais avant de sombrer dans le néant j’ai d’importantes choses à te dire… »
Je ne savais que répondre, je trouvais cette scène tellement ridicule, je n’y croyais pas…
« Ne m’interrompt pas je t’en supplie… vois-tu je suis l’une des dernières représentante de ma race, nous autres loups avons peu supporté les radiations… »
Avais-je trop bu ?!
« Le sceau des Gaëlreskov est un loup n’est-ce pas ? Tu seras l’être parfait, je veux que tu me prennes, je veux que tu m’assimiles… prend une part de loup en toi, je t’en conjure, il en va de la survie de mon espèce… »
Qu’était-ce que ce charabia ? A l’époque je ne l’avais pas compris mais depuis cette nuit tout es différent.
« Tend ta main, caresse moi, sers moi, prend moi, vole moi ! »
Que faisais-je ?! Ma main s’avança sans que puisse la contrôler, mes doigts touchèrent le pelage gris de la louve, mais diantre ! que fais cette louve en plein désert ?! pensais-je alors que des petits éclairs commencèrent à se former sur mes ongles…
« Accepte ce don avec ton cœur… »
Mais quel présent ?! Ce n’est que quelques secondes que je pris conscience de ma situation, lorsque je sentis mon organisme se glacer, et puis la douleur, cette impression de sentir toute ses cellules éclater… ce qui s’est en effet passé soit di en passant, tandis que mon ADN acceptait et copiait gentiment des gènes de loup et les assimilait je hurlais sans produire le moindre sons, quelle frustration ! Je sentais pourtant ma gorge vibrer… sans rien comprendre je me soulevai violemment et me traînai pitoyablement sur le sol en bavant à gros bouillons, je sentis ma peau éclater, avec stupeur je vit un pelage noir et argenté jaillir de mon nouvel épiderme, ma bouche s'étira en une gueule garnie de crocs tranchants, des griffes jaillirent de mes doigts, mes muscles gonflèrent, je me transformai en loup…
La transformation ne dura que quelques secondes mais elles me parurent des heures… lentement je me relevai, je ne m’étais jamais senti aussi fort et puissant, je fit un bond de plusieurs mètres de haut atterrit avec force sur le sable, je courus sur des kilomètres et des kilomètres, appréciant cet forme hybride, je ne craignais de rester éternellement sous cette aspect entre l’homme et le loup, je le savais, je n’avais qu’à penser à ma forme humaine et puis je pouvais la reprendre.
Quelle étrange chose n’est-ce pas ? Rapidement je compris que j’étais devenu un lycanthrope, le seul et le vrai de l’Histoire, quant à la louve… son corps avait disparu. Étrangement j'acceptai cette transformation...
J’ai passé toute cette nuit dehors, me mettant à l’épreuve afin de découvrir tous les avantages de ma forme hybride, ce n’est que quelques heures plus tard que je repris forme humaine, j’étais directement habillé, un point positif encore.
Tandis que m’enhardissais, mon corps produisait à cœur joie une substance aujourd’hui appelée Wolfserum, elle n'allait pas tarder à modifier mon comportement, il me fallait ma première dose… de sang, une dose qui me régénérera, qui me rendra la vitalité…
Je rentrai à la base, à ce moment là je n’avais toujours pas compris qu’il me fallait du sang, je rentrai dans ma chambre, mon miroir me renvoya une image de moi quelque peu surprenante, des cernes rouges s’étiraient sous mes yeux, ces mêmes yeux qui avaient en guise de pupille une fente noire…
Je tombai sur mon lit, l’esprit en proie à des inquiétudes innombrables… j’essayai de trouver le sommeil, mais il ne voulut pas de moi, de dépit je me relevai, un goût amer dans la bouche… je sortis de ma chambre, pieds nus et en boxer, les couloirs étaient déserts, j’avais envie de sexe… je n’avais plus eu de relation sexuelle depuis la mort de Valie… cette envie me vint si subitement que je ne put la contrer, je descendit au sous-sol, dans le quartier des prisonnières, l’une d’elle m’avait fais quelques avances il y a d’ici quelques jours, je me présentai devant sa cellule et l’ouvrit. Elle s’appelait Maud Georges, elle allait être condamnée à mort, autant la rendre heureuse pensais-je… Elle se leva immédiatement, apparemment le sommeil n’avait pas voulut d’elle non plus, la porte de la cellule se ferma, je m’approchai d’elle et l’étreignît, je la déshabillai et je retirai mon sous-vêtement, un flot incontrôlable de sensations me fit frémir, je ne l’avais même pas pénétré que mon excitation approchait le summum, je libérai les feux de ma passion, l’entendre gémir de plaisir m’excitait encore plus, je la pris contre le mur, puis sur le lit, puis par terre, puis à nouveau contre le mur puis sur le lit, jamais un homme normal n’aurait pu se montrer aussi endurant, est-ce du à mon nouvel ADN me demandais-je entre deux orgasmes ?
Après l’avoir prises une dizaine de fois je me retirai, elle tremblait et ses yeux me jetaient des regard de stupéfaction, je ne remarquai ses regards que du coin de l’œil, les miens trop occupés à contempler sa gorge palpitante, qu’il serait bon de planter mes dents dans cette artère si délicate et si fragile me disais-je…
« On ne me l’avais jamais fait comme ça…
-Ah oui, dis-je m’approchant lentement de sa gorge…
-Ouais, tu es dieu du sexe ma parole !
-Je me suis moi-même surpris cette nuit, enfin ce matin devrais-je dire, soufflais-je, mon nez caressant sa peau.
-Hmm tu me chatouilles… Mais qu’est-ce que tu fais ?! »
Je sentis mes canines s’allonger, d’un geste brusque je les plantai dans son cou, elle cria de douleur, je gémis de plaisir. Son sang se déversa dans ma gorge, elle essaya de me repousser mais en vain, elle n’était pas assez forte… petit à petit elle perdit ses force au fur et à mesure que son sang affluait dans mon corps, il était si délicieux, chaud et parfumé, elle arrêta de bouger, je jetai son cadavre sur son lit, je m’essuyai le coin de la bouche à l’aide de mon poignet, je m’approchai du corps, je saisis sa tête, je lui tordit le cou, puis encore jusqu'à ce que je puisse arracher la tête d'un coup sec, mieux valait masquer les marques...
Je sortis de la cellule recouvert de sang, de transpiration et de sécrétions diverses, je remis mon boxer tâché d'hémoglobine et de sperme... je rentrai dans ma chambre et retira mon sous-vêtement et me rinçai sous la douche, finalement le sommeil daigna me reprendre et je m’endormis.
L’affaire du meurtre d’une condamnée à mort ne s’ébruita pas, l’après-midi de ce jour j’ai tout révélé à Coeing, il a très vite compris l’intérêt d’avoir un être comme moi parmi ses rangs… il décréta que tout les condamnés à mort me seront confiés lorsque j’en aurais besoin, en moyenne quatre fois par mois… Les hauts arcanes d’Atraxis ne dirent rien et approuvèrent la décision de Coeing…
Soit, donc ma formation continua, je pu me consacrer entièrement à l'amélioration de mes facultés et on me confia mon premier assassinat…

_________________


Dernière édition par Donovan Gaelreskov le Mar 8 Déc - 21:19, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zero-sum.forumactif.org
Donovan D. Gaëlreskov
Admin
avatar

Messages : 426
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 23
Localisation : A place where everything is right where it belongs

Feuille de route
Grade: Général de la division Werewolf d'Atraxis
RPS en cours:

MessageSujet: Re: [STAFF] Donovan Gaëlreskov (achevée)   Dim 22 Nov - 19:15

Hacride - My Enemy

Nous arrivons à la période de ma vie la plus décisive je pense... mon premier assassinat, je vais tâcher de vous restituer une certaine discussion avec M. Coeing le plus fidèlement possible.
"Gaëlreskov!
-Monsieur?
-Ah vous voilà, une mission de la plus haute importance vous a été assignée.
-Bien quels sont mes ordres?
-Et bien... en fait il s'agit d'un assassinat pur et simple.
-Je vois... à qui les scientifiques en veulent encore?
-Comme vous le savez déjà, un chercheur du nom de Carlos Ruidasidad a été envoyé à l'étranger afin de recueillir un maximum d'informations sur les familles dont les membres ont été enlevés par les scientifiques afin de servir sous les bannières des grandes unités. Figurez-vous que cet homme nous a trahi, il a révélé à quatre familles le sort réservé à leurs proches.
-Et?
-Et bien imaginez vous à assister à une véritable révolution, croyez-vous vraiment que les parents accepteront que leur enfant aille se faire tuer par des furias, ou bien se faire transpercer par je ne sais combien d'aiguilles de chercheurs afin d'étudier leur radioactivité?!
-En effet je vois l'étendue du problème...
-D'autres agents de diverses unités ont été dépêchés pour neutraliser trois des quatre familles, des agents maître-cristal pour être plus précis.
-Je vois donc les trois autres familles ne seront pas massacrées?! Mais vous foutez de moi ou quoi?! J'ai toujours eu beaucoup d'estime pour vous!
-Ce n'est pas de ma faute! Ces ordres viennent directement des hauts arcanes de la direction... apparemment le fils du couple que vous devez supprimer est un élément très intéressant... mais le père est très protecteur, ils ne veulent pas qu'il vive, il montre, d'après ce que les experts ont dit, une résistance naturelle face aux particules cristales, tenez voici le dossier.
-Mais il n'a même pas été irradié! Ce Zarry est un homme comme les autres!
-Je suis désolé, les ordres sont formels, vous devez le tuer lui et toute sa famille... autrement il en va de votre vie, ils vous condamneront à mort si vous n'obtempérez pas, votre histoire avec la prisonnière est remise sur le tapis...
-Soit, je bénéficie de combien de temps?
-Une semaine, leur fils a été retiré de son sarcophage il y a quelques heures...
-Très bien je pars pour l'Adriatique immédiatement."

J'avais finalement cédé, je vous passe les détails du voyage en avion, après m'être glissé discrètement dans la propriété de Zarry Daëva, je n'eus pas longtemps à attendre que le maître maison ne pointe le bout de son nez... Je pris une dose d'adrénaline et me l'enfonçai profondément dans mon épaule, l'adrénaline pousse mon organisme à produire plus de wolfserum sur une durée de quelques secondes... je fermai les yeux et contractai ma mâchoire, mes canines s'allongèrent et mes yeux se bordèrent de rouge, j'étais au bord de la perte de contrôle, j'allais devoir faire vite, très vite...

Pourquoi? Je ne le sais pas... je devais le faire, j'oubliais mes ressentiment, j'avais faim, tellement faim, tellement soif... L'air doux d'Italie me fit frémir les narines, je sentais leurs odeurs si délicieuses... Je fermais les yeux, me délectant de cet agréable fumet, mais une odeur ne pouvait me suffire, non je n'avais besoin que de sang, mon corps entier vibrait à l'idée de planter mes crocs dans leur cou, à l'idée de sentir éclater la peau, puis l'artère et puis ce flot de sang chaud et bouillonnant qui se déversera dans ma gorge... dans mes veines... Zarry entra dans son humble demeure fourche à l'épaule, il ne me vit pas, la limonade fraîche sembla le soulager... Il tourna son visage vers l'entrée de la cuisine.
"Ma chi siete ? (qui êtes-vous) demanda t-il", je ne répondis pas, il devint méfiant et essaya de me repousser avec sa fourche: "Uscite dalla mia casa! (sortez de ma maison!" sortez de ma maison!)" Je pus voir et admirer mon propre portrait dans l'éclat de ses yeux, mon visage était calme, froid... je tendis la main et saisis sa fourche que je tordit comme si elle avait été faite en pâte à modeler, ses yeux s'écarquillèrent, il voulut reculer mais je lui portai un violent coup de pied chassé dans le ventre, il fut propulsé contre le mur quelques mètres plus loin, il gémit, il se releva et se jeta sur moi dans un grand cri de rage, je pivotais sur moi même saisis sa tête au vol et la lui écrasa contre le sol encore et encore, son nez éclata projetant des gouttes de sang alentour. Il cria de douleur, je le retournai du pied le relevai et lui assénai de terrible coup de poings sur sa poitrine, il cracha du sang, et me regarda d'un air suppliant.
" Non mi supplicare Zarry, non supplicarmi perché è inutile!" (Ne me supplie pas Zarry, ne me supplie pas car c'est inutile)! disais-je dans un italien parfait.
Je saisis sa main droite et violemment la mordis, il hurla tandis que je dévorai ses phalanges, faisant craquer ses os, je le fis tomber et lui arracha sa chemise, je fit jaillir des griffes monstrueuses en adamantium de ma main droite qui devint noire et dure, d'un geste précis et rapide je lui ouvris la poitrine, il hurlais à pleins poumons, "aller cri! hurlais-je" ses yeux se levèrent vers moi, il vit ma main plonger vers sa cage thoracique, lui briser les cotes, réduire ses poumons en chair à saucisse et atteindre son cœur... Je rétractai mes griffes et le lui arracha, celui-ci battait follement Zarry le contempla d'un regard stupéfait, sans hésiter j'engloutis le muscles sanglant et le mâcha avec un plaisir presque sexuel, puis une fois avalé je lui suçai le reste de sang qui lui restait dans les veines.
Je me relevais avec grâce, ma faim et ma soif satisfaites, je recouvris mon état normal, des pas précipités retentirent, puis un cri d'horreur, madame Daëva me vis, quelle courageuse... la vue de la pièce recouverte de sang, de morve et de transpiration sembla lui donner la force du désespoir, elle saisis une poêle et se jeta sur moi de toute ses forces, en vain, j'étais trop rapide pour elle, j'ai dégainé ma rapière et lui ai tranché la jugulaire elle s'écroula par terre, suffocant dans son propre sang qui s'épanouissait autour d'elle en une rose écarlate...
Je sortis de la bâtisse, pépé Giacotti courut vers la maison brandissant sa canne.
" Che succede giovanotto ?(Qu'est-ce qui se passe jeune homme?) me demanda t-il
- Niente che ti riguarda, vechiastro (Rien qui ne te concerne vieil homme...)"
D'un pas de danse je tournai sur moi même, le vieil homme se raidit, son corps se couvrit de glace et il mourut, soulevant un nuage de poussière après sa chute.

_________________


Dernière édition par Donovan Gaelreskov le Dim 22 Nov - 19:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zero-sum.forumactif.org
Donovan D. Gaëlreskov
Admin
avatar

Messages : 426
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 23
Localisation : A place where everything is right where it belongs

Feuille de route
Grade: Général de la division Werewolf d'Atraxis
RPS en cours:

MessageSujet: Re: [STAFF] Donovan Gaëlreskov (achevée)   Dim 22 Nov - 19:16

Je revins au pays par le vol le plus rapide, sitôt arrivé on m'assigna une nouvelle mission, l'unité Quale nous avait déclaré la guerre en gros... mon objectif, aller les voir en tant qu'ambassadeur et créer un peu de... désordre... je n'eus que quelques heures pour me reposer avant de reprendre un vol vers Marseille.
J'étais vraiment déçu, la guerre avait déjà commencé et on m'écartait des champs de batailles, j'étais avide de venger Valie et ma chère petite fille... excusez moi je divague. Comme je l'ai dit, je me trouvais à Marseille, mes informateurs m'indiquèrent la direction du QG de Quale qui n'était pas en ville je crois, je ne sais plus, je ne connais pas très bien cette région française.
On me conduit jusqu'à la base où je fus accueillit avec dignité et joie... non en fait ce fut le contraire, on me railla: "voilà un sale canadien, on va lui faire avaler ses tripes à ce connard!", les cantines m'ont toujours révulsé pour cela... ce sont de véritables zoos anthropologiques... Le jeune prétentieux se leva, "alors tu as peur blanc bec? Allez montre moi tes couilles! Les gars j'vais le laminer, formez un cercle!" Ses amis s'exécutèrent, mon adversaire était brun, plutôt grand et musclé, je pus constater que Dame Nature n'avait vraiment pas été clémente avec lui...
il retira son débardeur, quel corps immonde, et dire que c'était dans l'armée! Il sauta d'un pied sur l'autre, voyant que je ne réagissait pas il essaya de me provoquer: "regarder moi cette fiotte, je vous l'avait dit les gars, les gens d'Atraxis n'ont rien dans le ventre!"
"Pauvre imbécile... répliquais-je" dans un cri de rage il se jeta sur moi, j'esquivais, je n'avais même pas enlevé mes lunettes de soleil ni mon cher manteau noir, je lui envoyai un poing qu'il dévia avec rapidité, il était plutôt bon. D'un geste ostentatoire je retirai mon manteau qui chut au sol, "AHAHAHA! regardez moi cette taille de femme!" Leurs sarcasmes ne m'atteignirent point,il me décocha un coup de pied, je saisis sa cheville et la renvoya vers lui, il tomba. "Allez lève toi vermisseau soupirais-je", il se releva et essaya de me frapper à la gorge, je me baissai en arrière, mon corps formant un angle droit, je levai ma jambe droite, mon talon lui brisa le menton, il hurla, "C'en est fini de toi", une boule de plasma se forma dans ma main, il voulut l'esquiver mais il fut frappé à la cuisse, il rampa vers ses camarades qui reculèrent. "Alors?! C'est ainsi que l'on accueille un ambassadeur?!"
Un officiel de Quale vint à ma rencontre, il me fit mine de le suivre, tandis que nous marchions j'aperçus un jeune homme, je le reconnus immédiatement.
"Lynirael Daëva n'est-ce pas?" Sont regard bestial m'indiqua qu'il n'était pas enclin à faire la conversation... je congédiai l'officiel.
"Monsieur, personne ne vous fera de mal mais je vous conseille de partir vite, me dit l'officiel avant de s'en aller"

"Tu n'as pas envie de parler Daëva, comme je te comprends, tu es jeune, dix huit ans c'est ça? Cela a dû être dur de perdre tes parents... tués de manière si... affreuse... ah... je compatis à ta douleur vois-tu" je fis un pas vers lui
« Je… De quoi parlez-vous ? C’est quoi cette blague, merde ! Et ne parle de mes parents avec ironie, sinon je te jure que je vais te DETRUIRE !!! »
Lynirael était en rage, mais on ne voyait dans son regard aucune tristesse, il ne croirait certainement pas un inconnu.
" Je vais te dire quelque chose mon ami, c'est moi... oui c'est moi qui les ai tué, comme ton père m'a supplié... il est mort dans d'atroces souffrances et ta mère! Oh ta très chère mère... elle a voulu lutter et elle est morte très rapidement…
« TU MENS !!!!! »
Lynirael s’approcha en marchant lentement, mais son corps était en ébullition. Il enleva sa chemise, et ses muscles impressionnants palpitaient tels des millions de corps. Je fis semblant de ne pas remarquer qu’il fonçait vers moi, lentement je rajoutai:
« Et puis pépé Giacotti n'y a pas échappé non plus... Je ne suis pas fier de ce que j'ai fais loin de là, je voulais juste te le dire, tu es libre de m'attaquer mais je te le déconseille..." je remis mes lunettes de soleil, ajustai mon manteau et fit volte face.
"Ah oui... ton père m'a dit quelque chose avant de mourir... je t'aime mon fils et je suis fier de toi!... crois moi je ne voulais pas... mais dire que je suis désolé ne les ramènera pas..."
« RAAAAAAAAARGH !!! »

Lynirael me fonça dessus avec une rage bestiale, comme un imbécile je me fis avoir par sa feinte de la jambe, j'eus à peine le temps de me courber en arrière pour éviter son poing massif, il m'atteignit tout de même au menton, le choc allait m'écraser au sol mais je pus réutiliser l'énergie afin d'accomplir un parfait salto arrière qui me permis de me réceptionner sur mes jambes. J'enlevai mon manteau et le jetai au sol, je n'avais jamais connu un être aussi rapide, mon vêtement n'avait même pas eu le temps de toucher le sol que Daëva s'en empara et s'en servi comme un lasso qui s'enroula autour de mon cou, je vis tout de même où il voulait en venir, je me laissai emporter par ce lasso improvisé, je fut reçu par son genou qui me fis douloureusement craquer le dos. Avec l'impulsion je lui envoyai ma jambe dans les omoplates se qui le fit basculer.

"Fini de rire maintenant"

J'essuyai le sang qui coulait de ma bouche et jetai avec tristesse mes magnifiques lunettes désormais brisées. Lynirael me chargea, je fit un tour sur moi même se qui me permis de l'esquiver, il se retourna et tenta de me frapper à coup de poing, je dû sauter sur le mur, pour l'éviter, sur lequel je pris appui, en plein vol je lui saisis la tête et la serra au niveau des tempes afin de lui faire perdre connaissance, il courut comme un damné sans rien y voir, je n'eus pas le temps de voir le mur qui se dressait dans mon dos, je m'y écrasai avec douleur, je tombai par terre, il m'attrapa par les chevilles et me fit tournoyer comme une toupie, il me lâcha, je planai sur quelque mètres, le mur approchait dangereusement, je lui présentai mes jambes en premier, le choc fut brutal mais je pus y prendre appui, en un saut magnifique tout de même je revins sur lui comme une flèche, il s'écrasa par terre, je lui assenai un coup de pied grand écart, c'est à dire: un saut, puis un grand écart aérien qui permet de placer ma cuisse au niveau de sa gorge, il cracha nombre de glaires tandis qu'il perdait son souffle, je continuai le travail en pressant sa trachée avec ma chaussure, il commença à virer au violet et à convulser, je relâchai brutalement la pression, repris ma veste que je plaçai sur mon épaule droite et je mis mes lunettes brisées dans une poche, je jetai un dernier regard au jeune homme à terre...

"Nous nous reverrons Daëva... nous nous reverrons, et pour que tu te souviennes à jamais de ce moment là, j'ai un dernier présent à t'offrir".

Des griffes d'adamantium surgirent de ma main droite qui devint noire, d'un geste chirurgical je lui griffai la poitrine, le sang gicla, des gouttes atteignirent ma bouche... J'eus l'envie de le tuer, de lui prendre son sang mais la raison pris le dessus sur le désir... je fit volte face et quittai Quale, Marseille, et retrouvai avec plaisir le continent américain...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zero-sum.forumactif.org
Donovan D. Gaëlreskov
Admin
avatar

Messages : 426
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 23
Localisation : A place where everything is right where it belongs

Feuille de route
Grade: Général de la division Werewolf d'Atraxis
RPS en cours:

MessageSujet: Re: [STAFF] Donovan Gaëlreskov (achevée)   Dim 22 Nov - 19:21

Après qu'y a t-il d'autre?... ah oui la guerre... vous savez tous comment cela s'est passé, bref nous nous sommes battus comme des monstres, Atraxis fit une percée et s'éloigna des autres unités, lorsque que l'ordre de retraite sonna le général suprême Coeing se douta de quelque chose, ils nous ordonna tous de fuir si jamais les scientifiques tenteraient de nous faire subir quoique ce soit... Nous revînmes à la base générale près du Mexique. C'est là que ça devient intéressant, Coeing avait raison, les scientifiques n'avaient que pour seul objectif que de nous supprimer? Pourquoi? Je crois qu'ils avaient mis au point une nouvelle race de furias entièrement soumise... nous étions donc inutiles et dangereux, déjà quelques unités avaient été entièrement détruites...
Les scientifiques ne m'enfermèrent pas avec les autres mais dans un quartier spécial... on ouvrit la porte de ma cellule, il y avait une jeune fille, très jolie d'ailleurs, oh ça va ne souris pas comme ça! Tu sais très bien que tu es belle! Excusez moi, je disais, cette jeune fille m'indiqua qu'on allait tout deux être débité en petits morceaux afin d'être étudiés sous tous les angles... quelle mort sublime n'est-ce pas? Apparemment ils devaient venir nous chercher pour nous conduire aux planches à découper d'ici une semaine. Nous profitâmes donc des quelques jours qu'ils nous restaient pour faire plus amples connaissances, nous étions en janvier 1999, j'avais donc 23 ans, elle en avait 17, elle s'appelait Sarah Zolaï, elle possédait des pouvoirs magiques alors qu'elle n'était pourtant pas un spectre. Nous devînmes bons amis, cette amitié nous donna du courage et l'idée de nous évader germa très rapidement dans nos humbles esprits, non je plaisante ils sont loin d'être humbles n'est-ce pas amour?
Donc, au bout du deuxième jour je cessai de manger les aliments que l'on nous donnait, ils contenaient certainement la drogue qui nous empêchait de nous servir de nos pouvoirs... j'eus raison, le surlendemain nous récupérâmes tous nos pouvoirs, les scientifiques ne s'en doutèrent pas, apparemment les unités restantes les combattaient dans les innombrables couloirs du laboratoire souterrain, cette idée nous enhardis, lorsque l'infirmière vint nous donner le repas, Sarah lui sauta à la gorge et lui brûla le visage. "Recule!" lui criais-je, elle s'exécuta, je saisis l'infirmière par les cheveux et la traînai dans les couloirs déserts, nous arrivâmes à l'ascenseur, nous pouvions déjà entendre des cris de guerre et de douleur, nous remontâmes vers le niveau principal, les portes s'ouvrirent et nous révélèrent un vrai carnage, des corps recouverts de blouse blanche, des soldats en simple tenue (tunique bleue) s'appropriant les couloirs, je vis le général Coeing, il criait des ordres, certains soldats récupérèrent des armes sur les cadavres des scientifiques, lorsqu'il me vit il sourit et cria, "allez y les gars".
Des scientifiques armés de mitraillettes surgirent d'un angle et firent feu, nous eûmes tout juste le temps de nous mettre à couvert, c'est à ce moment là que j'ai utilisé une énergie autre que la mienne afin de manipuler le climat sur une zone définie. Je pris l'infirmière par les cheveux, elle tenta de s'échapper, "reste là Sarah hurlais-je", je traînai l'infirmière tout en courant puis enfin je sortis à découvert, "feu!" hurlèrent les scientifiques, mais des mages alliés firent éclater les balles avant qu'elles ne me touchent, ils comprirent ce que je comptais faire, les scientifiques fous de rage ne le comprirent pas, je plaçai mon genoux entre les omoplates de l'infirmière, elle poussa un affreux cri de douleur, l'air se glaça immédiatement, une bulle de givre se forma autour de nous, le corps de l'infirmière dégagea une lumière aveuglante tandis que j’utilisais son énergie pour alimenter le blizzard, les scientifiques se ruèrent vers moi, mais les soldats sortirent de leurs cachettes et les repoussèrent, je poussai un cri puissant, le corps de l'infirmière avait disparu, remplacé par une boule d’énergie pure, la peinture des murs s'arracha et tourbillonna, les hommes coururent se mettre à l'abri, je posai ma main sur la sphère lumineuse, Borée vint, accompagnés de lame de glace en suspension. Les scientifiques furent déchirés par les lames de glace et gelés par le vent glacial, nous nous ruâmes vers la sortie, nous tombâmes dans une embuscade, beaucoup furent tués... Coeing nous réunis autour de lui, nous luttâmes de toutes nos forces, mais le général succomba offrant son corps comme bouclier, par son sacrifice nous pûmes voir la sortie...
Comme dernier et ultime cadeau, les mages firent exploser les tuyauteries de gaz du centre de recherches, la base fut rayée de la carte.

La délivrance... ce vent d'espoir et de réconfort qui souffle sur le cœur des hommes m'épargna... j'avais envie de vomir, je voyais mes confrères courir vers le Nord, vers la frontière, vers les États-Unis, vers le Canada... Moi je n'avais nulle envie de fuir, Coeing était mort... c'était comme si j'avais perdu mon père, il en avait été un pour moi, toujours derrière moi, il a cru en mes capacités, c'est lui qui a fait de moi l'agent d'élite que je suis aujourd'hui, je ne pouvais l'accepter... Sarah me posa la main sur l'épaule, nous restâmes pendant des heures près du cadavre du général suprême... Nous nous sommes endormis autour de lui, scène morbide et touchante, je voulais l'enterrer dès le lendemain.
Le soleil se leva, dardant ses rayons brûlants sur nos faibles corps, Sarah avait du sable plein les cheveux, Coeing semblait si paisible... Je pris son corps et arrangea sa posture, d'un geste de la main je creusai un fossé à l'aide de plasma, une fois satisfait je m'apprêtai à mettre le corps à l'intérieur lorsque je m'y résignai, "non il mérite mieux, pensais-je"... Sarah s'approcha, "je peux lui donner une forme facile à transporter, comme un anneau, je lui redonnerai sa forme normal une fois rentrés au pays..." Nous fîmes ainsi.
"Comment allons-nous traverser ce désert Dim?," Don ou Dim c'est ainsi qu'elle m'appelait et qu'elle m'appelle toujours, Dim est le diminutif de mon patronyme Dimitrivitch...
-J'ai ma petite idée... les loups sont connus pour leur endurance hors du commun... je serais le loup et tu seras le chaperon cavalier...
Elle éclata de rire.
-Très bien, j'espère que tu es confortable..."

Je serrai le sac à dos autour de mes épaules (ah oui j'avais oublié, nous avons fait un petit passage par les salles des objets confisqués, je ne voulais en aucun cas abandonner mon manteau ni mon journal de bord qui étaient tous deux dans mon sac et sans oublier mes armes). Je tombai à quatre pattes, mon visage s'allongea et éclata, mes habits et le sac s'enfoncèrent dans mon épiderme, très vites des pattes remplacèrent mes membres usuels, une fourrure d'un noir de jais recouvrit mon corps, j'étais devenu un presque aussi gros qu'un cheval... Sarah sauta sur mon dos, elle tapota mes flancs de ses genoux et je bondis...
Je courus encore et encore sans sentir la moindre faiblesse, nous pûmes traverser le désert mexicain en deux jours en économisant nos provisions... Apercevoir la frontière fut un réel soulagement, je continuai en direction de la Californie afin de couper par les rocheuses et d'esquiver les troupes qui nous recherchés, cet état étant dévasté, peu de miliciens s'y aventuraient de peur d'être surirradié.
Nous atteignîmes les montagnes à la fin de la semaine, je courrai jour et nuit, elle, dormait sur mon dos, j'étais harassé mais je devais au plus vite atteindre Edmonton... La traversée des Rocheuses fut plutôt reposante, les derniers loups y vivaient, ils nous aidèrent en nous transportant sur leur dos quand je devais me reposer, Sarah était émerveillé... nous devînmes très proches... et ce qui devait arriver arriva.
Un soir nous étions dans une cuvette, à l'abri des éléments, je dormais à moitié, elle faisait son tour de garde, du moins elle était censé le faire, j'entrouvris à moitié mes paupières, elle était en train de se déshabiller, "tiens mais que trafiques t-elle? me demandais-je" elle s'approcha, nue, vers moi à quatre pattes, je pus admirer son corps, ses seins fermes et rebondis, elle devait avoir un bonnet assez important, sa taille fine et délicatement ciselée, sa peau claire et pure, ses cheveux bleu nuit, ses yeux saphir me brûlaient tels deux topazes incandescentes, elle s'approcha dangereusement, me caressant le bras de sa main fine et délicate, si douce et si tendre... lentement elle la passa sous mon T-shirt et me caressa le ventre, puis remonta vers mon torse, elle chatouilla mes tétons d'un air malicieux, j'en eu la chair de poule, un frisson parcouru mon corps et le peu de poil qui le recouvrait se hérissa, "bon Dieu mais que fait-elle?!". Elle entrouvrit la bouche et déposa un baiser sur le coin de mes lèvres... "j'ai vingt deux ans mon cœur... et non dix-sept" me chuchota t-elle,"pourquoi tu me dis ça?..." "Je pense que ça te sera utile de le savoir..." puis elle me défit mes bottes de cuir, retira mes chaussettes et me massa la plante des pieds... "Que fais-tu soupirais-je, à quoi joues-tu?" Je t'aime me répondit-elle, oui je suis amoureuse de toi et je te désire de tout mon être...", elle passa ses mains sur mes mollets qu'elle pétrit délicatement puis elle remonta vers mon T-shirt qu'elle retira, elle embrassa mes pectoraux et lécha ma poitrine en descendant dans les sillons de mes abdominaux jusqu'à mon bas ventre, elle retira mon pantalon et s'allongea sur moi...
"M'aimes-tu?...
-Oui Sarah... oui je t'aime..."
Elle sourit, je retirai mon boxer et la serrai contre moi, je fis en sorte de faire passer tous mes sentiments à travers mes caresses, ses gémissements de plaisir se transformèrent en petits cris lorsque je la pénétrai, elle était aux anges, je l'étais aussi, je lui fis l'amour de manière intime et douce, je l'embrassai partout, je la caressai doucement, son corps glabre était un véritable temple... je me devais de la respecter, je le devais car je l'aimais et elle m'aimait, vers la fin de la nuit mon instinct animal me fis faire des choses plus osées, elle ne rechigna pas, elle m'aimait... d'un geste magnifique elle me montra sa gorge luisante, mes mains se baladait sur son corps mouillé de transpiration, "prend mon sang Donovan, je te l'offre..." je sus pourquoi elle le faisait, je ne pouvais tuer quelqu'un qui m'offrait volontairement son sang, doucement je remontait sur son corps baisant ses hanches ses seins, puis j'entrouvris ma bouche, mes canines s'allongèrent et je les plongeai dans sa gorge, elle poussa un gémissement de plaisir, je lui fis l'amour en même temps que je lui prenais une partie de son fluide vital... Un tourbillon de plaisir m'emporta, je ne suis pour la combientième fois je la pénétrai, peu m'importait, je voulais entrer en elle, je voulais la faire entrer en moi...
Je roulai sur le côté poussant un soupir de plaisir et de soulagement, elle posa sa tête sur mon torse et caressa mes muscles...
"Tu es l'homme le plus magnifique que je n'ai jamais vu Don... tout en toi est magnifique, ton esprit... ton corps...
-Je t'aime Sarah
-Moi aussi je t'aime..."
Je l'étreignis et nous nous endormîmes étroitement enlacés.

Nous parvînmes au Canada, je pus offrir un enterrement digne à mon cher Coeing... les choses bougèrent chez Atraxis à la vitesse grand V, un État se forma, on me plaça très haut en me confiant une toute nouvelle division... Werewolf: grâce à mon ADN nos experts purent créer des loups mi charnels mi bionique entièrement dévoués à leur maître... moi... ils étaient treize, nous étions les Quatorze, et lorsque que je me fondais en eux nous étions l'Unique: le Grand Loup...
Grâce à notre soutient et au courage de tous les soldats d'Atraxis nous fîmes main basse sur la totalité du continent Américain, nous nous infiltrâmes en Europe et en Australie... nous ne pouvions perdre... nous ne voulons qu'une chose, la survie des peuples par l'élitisme...

La guerre n'était pas fini, et elle ne l'ai toujours pas aujourd'hui... de nos jours nos ennemis sont nos frères de Daëven et les Furias d'Aléthéia... J'avais un grand rôle à jouer dans cette guerre sans fin, je le joue encore, et je le jouerai jusqu'à ma mort...
Mon amour avec Sarah fleuri comme un champ printanier et ne se tari point en hiver... voilà maintenant dix longues années que nous sommes ensembles... je n'ai pas oublié Valie, non je l'aime encore, mais je dois aller de l'avant, il ne sert à rien de s'apitoyer sur le passé...
Dix ans... dix ans d'amour, dix ans de sang... dix ans de meurtres...

Ah oui... je ne fus pas surpris de voir Daëva prendre le pouvoir, je l'avais senti, c'est un battant... je serais ravi de le revoir...

Voilà je pense vous avoir dit l'essentiel... le sort du monde est entre les mains de trois grandes unités... chaque homme à son rôle à jouer, oui chaque homme...
A l'instant où je vous parle j'ai trente trois ans, comme vous pouvez vous en rendre compte les choses ont bougé depuis la fin de la "Marche aux Cadavres"... ont-elles bougé dans le bon sens? Tout dépend du point de vue de chacun, personnellement je pense qu'une nouvelle ère vient de commencer, une ère de chaos, une ère vouée à la conquête du monde: ce rêve humain et primitif qui transforme l'homme en bête...

_________________


Dernière édition par Donovan Gaelreskov le Ven 4 Déc - 0:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zero-sum.forumactif.org
Donovan D. Gaëlreskov
Admin
avatar

Messages : 426
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 23
Localisation : A place where everything is right where it belongs

Feuille de route
Grade: Général de la division Werewolf d'Atraxis
RPS en cours:

MessageSujet: Re: [STAFF] Donovan Gaëlreskov (achevée)   Dim 22 Nov - 19:23

¤Armes¤
Sous forme humaine:
Rapière
Desert Eagle

Epéiste:
-rapière de famille, танец волчица ( retranscription directe en lettres latines: Tanec Volchica) ce qui signifie Danse de la louve
Bien évidemment, cela implique la suppression momentanée d'une déformation puisque la main est occupée par l'épée.

Sous forme hybride:
_le corps en entier (griffes, morsure, coups, etc.)
_lame rétractable (il s'agit de celle de la rapière)

Sous forme saturée en wolfserum:
_voir forme humaine

Autres:
Drones: ces drones de combats sont au nombre de trois, les utiliser implique d'abandonner toutes les autres armes (excepté l'épée) car ils sont contrôlés par des gants spéciaux qui ne résistent pas aux radiations (donc pas de déformation de shreder).
Les drones offrent de nouvelles possibilités mais en retirent certaines, les drones ne peuvent pas attaquer la même cible, en effet ils risquent de créer des interférences entre eux et se détruire mutuellement, la distance minimale est de un mètre à peu près.
Loups de combat: Donovan les dirige mais ils seront joués comme des pnjs.

¤Familier¤:
Mikhaïl,



golem à l'apparence humaine ou reptilienne, il sert Donovan avec application, majordome, garde, acrobate, danseur, voici quelques rôles qui lui sont assignés. Afin de pouvoir servir son maître n'importe où, ses créateurs lui ont donné le pouvoir de se transformer en un python albinos, il sert souvent d'écharpe originale...
Obéissant et fidèle il ne peut néanmoins éprouver de la colère ou de la haine, il ne peut que compatir et montrer de la sympathie.

¤Véhicules¤: Donovan est riche, ça oui il l'est, pourtant il ne le montre pas avec arrogance comme certains... Certes on peut voir qu'il a de l'argent rien qu'à la vue des marques de ses vêtements... économe il a toujours su utiliser sa richesse pour vivre tranquillement, dans le confort et le modernisme qui s'impose.
La seule chose qui le fait craquer ce sont les motos! Il en a deux, une moto sport Kawazaki dernier cri à la coque laquée noire, conçu pour les pointes de vitesses, elle peut passer de 0km/h à 300km/h en 3 secondes (vive l'avancée technique!).
Il a aussi une vieille, sublime et classique Harley Davidson noire, il l'a tient de son grand-père maternel. Personne ne peut prendre plus soin de ses motos que Donovan.
Il possède aussi une époustouflante berline Chrysler noire, aux vitres teintées équipée d'un mini bar, de l'air conditionné et de toutes les autres commodités disponibles sur le marché..

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zero-sum.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [STAFF] Donovan Gaëlreskov (achevée)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[STAFF] Donovan Gaëlreskov (achevée)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RPG] FFJ: Recrutements du Staff
» Staff Création
» [Retro Game Day] Le Staff.
» Ton staff préféré (oh oui le sondage qui tue!!)
» Chapitre 7 : Votre staff technique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zero Sum  :: Le commencement :: Le registre :: Présentations validées-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit