AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Staff] Mashiro est dans la place, prenez garde =p (fini)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mashishi
Admin
avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 97

Feuille de route
Grade: Présidente d'Alétheia
RPS en cours:

MessageSujet: [Staff] Mashiro est dans la place, prenez garde =p (fini)   Jeu 28 Mai - 12:36





*Prénom :
Un nom ? Quelle idée ridicule, les Furias n'en ont pas. Toute personne autre qu'elle la désigne seulement par son prénom.

*Nom :
Tout dépend de la personnalité qui l'anime. Son prénom officiel est Mashiro, «blanc immaculé» en japonais. Celui de son autre facette, qui refuse de s'appeler comme cela, est Kurenai, «écarlate» (et ça se prononce Kourénaï, pas de faute x] ).

*Surnom(facultatif) :Elle n'en a pas vraiment, enfin à sa connaissance. Pour cause, elle ne permet guère de commérages sur sa personne. Ses sujets la nomment Président ou rajoutent le suffixe -sama derrière son prénom ce qui est une marque de grand respect.

*Age : 19 ans seulement. Néanmoins, l'âge mental de Mashiro doit être de 50 ans tout au plus. Quant à celui de Kurenai, il ne vaut mieux pas le dire...

*Unité (Alétheia, Atraxis, Daëven) : Alétheia

*Race : Furia

*Classe : Samouraï rônin (comme c'est la présidente, elle ne peut obéir à personne XD)

*Rang : Présidente d'Alétheia

*Type de rayonnements (uniquement pour les Soldats d'Elite) : /

* Pouvoir spécial :
¤Pouvoir des Furias : Le contrôle la matière à sa source, l'atome. Mashiro peut modifier la structure de toutes sortes d'objets , mais pas celle d'êtres vivants, car ils en mourraient. Cette transformation doit être équivalente. Par exemple, il lui est impossible de changer une punaise en tank. Par contre, elle peut détruire tout ce qui est composé d'atomes (en gros tout ce qu'elle trouve). Elle peut également créer des trous noirs. Cependant, elle évite de le faire souvent car cela la vide totalement de son énergie et la met en danger de mort.

¤Don inné : Lire dans les pensées des gens qui l'entourent dans un rayon de 4 mètres. Mais elle doit se concentrer obligatoirement sur un seul esprit. L'intrusion est facile. Répétée, elle est la source de nombreux maux de tête.

*Apparence physique :
Il n'est assurément de plus étrange en ce monde que de Mashiro Kurenai. Si l'apparence est réellement le miroir de l'âme, celle de Mashiro y est reflétée dans les moindres détails.

Pour commencer, on peut dire que son corps ne dégage point la prestance et le charisme intimidant qui sied aux chefs d'État. Frêle, plate et basse, les membres fins et souples, on a l'impression qu'on pourrait la briser rien qu'en la touchant. Sa peau marbrée de cadavre, son air perpétuellement las achèvent de la cataloguer comme faible. Mais c'est se leurrer. Vous ne pourrez pas briser Mashiro rien qu'en la touchant. Cependant, Mashiro en est capable sur vous. Affaiblissement de la structure moléculaire de votre corps plus un bon vieux coup de poing et le tour est joué. Ajoutons-y que Mashiro est aussi solide qu'une plaque de béton armé.
Trahissant son inhumanité, deux ailes noires de corbeau surgissent du bas de son dos malingre. La première, fière et haute, se dresse jusqu'à deux mètres d'envergure, et ses plumes duveteuses forment un épais tapis sombre. Malgré cela, la Furia ne peut pas voler. Plus exactement, elle ne le peut plus. Car l'autre aile est morte. Il n'en reste plus qu'un moignon décharné, entouré de bandages déchirés d'où pointent quelques plumes éparses. Cette blessure la fait toujours souffrir, quoi qu'elle fasse. Il lui arrive de se réveiller la nuit, à cause de douleurs foudroyantes puis de ne plus pouvoir se rendormir jusqu'au petit matin.
Des taches allongés et brunes parcourent son épiderme, à l'exception de son visage. A première vue, on pense que ce sont des tatouages mais si on les regarde de plus près, on s'aperçoit que ce sont des brûlures. Mashiro fait tout son possible pour les cacher, ce serait mauvais pour son image. Elle passerait plus pour une femme battue qu'autre chose.
Ses yeux en amandes sont grands, peu allongés, évoquant plus ceux d'une européenne que d'une asiatique. Au lieu d'apporter de la vie à son visage inanimé, aux courbes rondes et enfantines comme celles d'une poupée de porcelaine, ils le ternissent et le rendent encore plus vide qu'avant. D'un jaune opaque, ils ne renvoient aucun éclat ni aucune expression. Se colorant parfois de rouge sang quand l'esprit de Mashiro est passé à quelqu'un d'autre, ils expriment alors toute la haine et l'arrogance du monde. Il est toujours déstabilisant de s'y mirer, déroutés par cet or amer ou tremblant devant ce rubis meurtrier.
Les lèvres fines de Mashiro ne sourient jamais. Elle reste murée dans son impérieuse gravité.
Ses cheveux blancs de femme déjà vieille à l'aube de l'âge adulte descendent jusqu'à ses cuisses, dans une raideur figée. Aucun épi ne dépasse de sa frange carrée impeccablement coupée. Ils sont parfois agrémentés de rubans à grelots ou de peignes ornés de motifs complexes de pierres précieuses.

Toujours très recherchée dans ses choix vestimentaires, Mashiro possède un nombre incalculable de tenues, majoritairement des kimonos. Blancs, rouges, de cérémonie, d'aïkido, yukatas, il y en a pour tous les goûts. La Présidente a pris l'excentrique habitude de se vêtir avec des vêtements communs aux pays qu'elle visite, ce qui se remarque toujours. A ses poignets et à ses chevilles pendent une multitude de bracelets, produisant un cliquetis très reconnaissable quand elle se déplace. A l'inverse, Kurenai hait ce genre de fanfreluches et ne s'habille que d'habits en cuir, moulants ou pourvus d'au moins une rangée de clous. Son style est très peu orthodoxe et mise tout sur la provocation que sur l'esthétique. Les oreilles pointues de la Furia sont percées d'autant d'anneaux qu'elles peuvent en contenir. Son nez et son arcade le sont également.
Dernier détail, elle marche déchaussée, insensible à la dureté du sol. Ses pieds sont néanmoins toujours impeccables.
Elle est de groupe sanguin A.

Oui, il n'y a rien de plus étrange que de Mashiro Kurenai... Et encore... Vous n'avez point tout vu...


*Description psychologique:

Il faut préciser que notre charmante et mignonne demoiselle (qui l'aurait été dans une autre vie) a des tendances que l'on pourrait qualifier de schizophrènes. Or il ne s'agit pas du tout de cela. Car la personnalité de Mashiro ne se dédouble pas. Elle a tout simplement été scindée en deux parties opposées : Mashiro et Kurenai.

*Mashiro (Docteur Jekyll) :
Nirvana ~Something in The Way
Ce qu'on remarque d'abord chez elle (enfin, parmi toutes les choses que l'on remarque), c'est son calme olympien qui surpasse même celui d'une statue -faut le faire O__O-. Jamais elle n'élève sa voix basse, posée et impérieuse. Pourtant, on est sûr de l'entendre. Elle ne perd point son sang-froid, l'angoisse ne l'atteint même pas. Logique, pour quelqu'un à qui le mot « émotion » est étranger.
Mashiro n'éprouve plus d'attachement, encore moins d'amour, de tristesse ou de haine. De ce fait, elle passe du statut d'être vivant à celui de machine froide et impitoyable. Elle apparaît détachée du reste du monde, à la limite de l'autisme. Ne prenant la parole que pour dire quelque chose d'utile, elle se tait la plupart du temps et laisse les autres se noyer dans son propre silence, de sorte que l'on évite sa compagnie. La seule personne qui reste avec en permanence est Seiren. Son robot majordome.
Dénuée de compassion, Mashiro punit très sévèrement ceux qui désobéissent à l'État, jusqu'à ordonner à l'Armée de massacrer des civils s'étant soulevés contre lui.
Etant surdouée dès sa plus tendre enfance, son QI dépasse amplement les 140. Elle a une capacité de mémorisation effarante et une logique qui l'est aussi. Elle parle couramment plus de 500 langues vivantes et mortes. Ses hobbies préférés sont l'informatique et la robotique. Aussi, Mashiro passe son temps libre à élaborer toutes sortes de stratégies complexes dont la plupart n'aboutiront jamais. A part ces activités et sa fonction, son existence est désespérément vide.
Elle vit dans un perpétuel ennui. Ennui qui se ressent à travers les TOC qu'elle a développé au fil du temps : manger de la nourriture sucrée à longueur de journée (aussi car c'est la seule dont elle perçoit le goût), s'asseoir en seiza ou dans la position du lotus par terre ou sur les chaises quand elle y est obligée, se balader pieds nus, taper ses collègues avec un éventail, compter les atomes ou jouer à des jeux d'enfant, et maltraiter son garde du corps en font partie. Il lui arrive même de s'endormir quand elle dans une réunion ennuyeuse (ce qui est le cas de toutes les réunions puisqu'elle ne peut supporter ses condisciples). La Présidente est amatrice des choses vite faites bien faites. Elle déteste les imprévus et hait la défaite. Peut-être s'agit-il de la seule chose qui peut l'atteindre vraiment.
Victime d'un complexe de supériorité, elle considère les autres comme des insectes dénués de tout bon sens. Elle veut tout diriger et ne supporte pas qu'on lui donne des ordres. Toutefois, malgré ce caractère effrayant, Mashiro peut être sujette à des soudains accès de gentillesse, totalement imprévisibles. Son image de chef d'État intransigeant et tyrannique cache quelqu'un extrêmement seul. Aucun être n'arrive à la comprendre. Elle n'a trouvé aucune personne à qui se mesurer. Sans amis, elle ne peut faire confiance qu'à elle même, son propre gouvernement et les autres unités complotent derrière son dos. Un certain cynisme l'habite. Elle considère l'humanité comme un ensemble de monstres. Une unique question la ronge : pour détruire ces monstres, faudrait-il l'éradiquer ?

*Kurenai (Mister Hyde) :
Nirvana ~ Blew
Dès que sa chère jumelle manifeste un état de faiblesse, Kurenai (elle ne veut pas qu'on la désigne en tant que Mashiro) en profite pour prendre le contrôle de son corps. Elle l'observe, partage son esprit et sait tout de la présidente, mais cette dernière ignore tout de son existence, perdant la mémoire à chaque fois qu'on s'empare d'elle. Et tant mieux. Si elle connaissait la vie débauchée qu'elle mène, elle en aurait une crise cardiaque. Pervertie jusqu'au bout, elle incarne le vice. Elle a un goût non dissimulé pour la chair fraîche, les beaux éphèbes et les plaisirs de la vie. Alcoolique, elle ne peut pas se passer de bière, de saké et d'autres mélanges douteux. Pris avec une bonne cigarette, c'est le summum. Ajoutons aussi qu'elle ne fume pas que cela. Heureusement, son corps de Furia est insensible aux effets négatifs de ce que Kurenai peut absorber. Sans cette protection, son cerveau aurait déjà été carbonisé et Alétheia n'aurait plus de président. Quoique, pour ses neurones, il n'en reste plus beaucoup à griller. Contrairement à son alter-ego, sa stupidité est affligeante. Elle prend tout au premier degré et croit que les dictionnaires servent uniquement à assommer les gens. Réfléchir avant d'agir ? Quelle idée...
Hypersusceptible, elle réagir au quart de tour, saisissant le moindre prétexte pour se battre. Briser des os, sentir le sang dégouliner sur la peau lacérée sont autant de choses qui l'emplissent d'excitation. Son style de combat, bourrin à souhait, est basé sur la brutalité et ne suit aucun sens logique. Complètement égocentrique, Kurenai adore se vanter de ses victoires. Elle se prend pour le maître du monde et l'affiche clairement. Quand elle se désigne, c'est au moins par deux hyperboles. Personne ne se doit de la dépasser dans un quelconque domaine, sinon c'est le drame ! Kurenai est alors dévorée par une jalousie emplie de haine et rêvera de se débarrasser du gêneur -mais il n'est pas dit qu'elle y arrive-. D'une humeur changeante, elle peut devenir paresseuse et démotivée et n'avoir envie de rien faire.
Grossière et vulgaire, c'est une provocatrice née. Elle profère des insultes dignes d'un camionneur à tous ceux qu'elle croise (sa cigarette vissée aux lèvres évidemment). Elle défie ouvertement toutes les lois, et se définit comme totalement libre.
La relation entre elle est Mashiro est chaotique. Totalement opposées, Kurenai ne voit en elle qu'une pauvre fille coincée qui ne sait pas s'amuser. Elle l'appelle dédaigneusement « Génie ». Son désir est de quitter son corps de Furia qu'elle considère comme le corps de Mashiro pour un autre « de préférence une brune pulpeuse bonnet 100C ». L'Alétheia est aussi passionnante pour elle qu'une fourmi par terre -quoique quand elle voit une fourmi elle l'écrase-. Kurenai s'entend très bien avec les yakuzas, pas avec ceux qui lui font la morale.
Ses émotions sont amplement exprimées. Malgré son côté sanguinaire, elle réagit d'une façon plus humaine que Mashiro. Alors, on ne saurait dire laquelle des deux est un monstre.


Dernière édition par Mashiro Kurenai le Ven 30 Oct - 22:28, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mashishi
Admin
avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 97

Feuille de route
Grade: Présidente d'Alétheia
RPS en cours:

MessageSujet: Re: [Staff] Mashiro est dans la place, prenez garde =p (fini)   Jeu 11 Juin - 19:26

*Histoire :
MGMT~Kids
Dès le début, Mashiro n'était rien. Rien qu'une expérience vouée à l'échec. Rien qu'un chiffre sur une éprouvette. Rien qu'une naissance au goût de sacrifice. Rien, enfin, qu'une petite fille qui, à même pas un an, en faisait déjà quatre, perdue dans l'atrocité des champs de bataille.
Mais dès le début, un fossé la séparait de sa race. Elle était supérieure, en intelligence et humanité. Le scientifique qui avait procédé à sa création, en jouant avec les gènes, lui avait conféré des talents dépassant l'entendement.
Personne n'eut le temps de s'en rendre compte. Les savants furent tous massacrés avant. Horrifiée, Mashiro assista au carnage, en se demandant la raison de tout cela. Elle sentait que lorsqu'ils verraient qu'elle était semblable à eux, ils lui feraient connaître le même sort. Alors, Mashiro s'enfuit. Sa vie solitaire débuta.
Elle passait ses journées dans les galeries, volant grâce à ses superbes ailes noires. Elle adorait cela plus que tout au monde. Sentir la caresse du vent sur sa peau, planer sans contrainte ni tristesse... elle espérait ne jamais devoir y renoncer. Pour se nourrir, elle chassait des rats et des petits animaux et se repaissait de leur chair crue. Aussi, elle emmagasinait tous les détails sur le monde souterrain et apprit très vite à lire et à écrire, alors qu'elle ne devait même pas avoir deux ans.
Cette existence paisible s'acheva brutalement.
Un jour, la petite vit des humains pour la deuxième fois. Ils n'étaient pas comme ses créateurs. Ils étaient dangereux. Une armure dissimulait leur corps, et des casques leur visage. Ils tenaient une lourde mitraillette, qui visait deux des semblables acculés contre un mur. Ils tentaient vainement de se défendre, battant l'air de leurs bras comme dans pantins désarticulés. Peine perdue. Ils s'effondrèrent, on ne sait comment. L'arme n'avait même pas été actionné. Ensuite, les soldats regardèrent dans sa direction. Elle ne put se sauver, cette fois-ci. Heureusement, ils ne la tuèrent pas. Ils se contèrent de sortir une seringue de la poche de leur armure et de lui enfoncer dans le bras. Craignant du poison, Mashiro utilisa discrètement sa maîtrise des atomes dont elle avait appris à se servir pour changer le liquide en eau, puis fit semblant de perdre conscience. Ils prirent son corps et, après un trajet lui semblant interminable, l'amenèrent dans un bunker. Quant ils la déposèrent sur le sol, la fillette ouvrit les yeux. Elle se trouvait dans une pièce sombre, aux murs décrépis et au sol sale. Une quarante de Furias y étaient entassés. Ils avaient le regard inexpressif, figés comme des zombies. Un garde jeta Mashiro parmi leurs rangs. Elle tâcha de cacher sa véritable nature pour ne pas qu'on voie qu'elle se distingue trop de la masse.
Officiellement, elle faisait désormais partie de l'Alétheia.

Breaking Benjamin ~ Unknown soldier
On lui donna alors son prénom, ou plutôt son matricule, pour l'identifier : Mashiro, que tous connaissent à présent. Elle passa plusieurs jours avec des experts en combat qui lui enseignèrent le maniement des armes, Alétheia n'étant pas encore au complet. Mashiro répugnait à tuer. Quel plaisir pouvait-on éprouver à ôter le bien le plus précieux d'un individu, sa propre vie ? Cependant, la Furia devait s'y forcer, afin de ne pas briser sa couverture. Ravaler sa frustration et sa douleur devant les traits horrifiés de ceux qu'elle devait exécuter. Devenir un instant aussi froide que sa lame. Puis se laisser mourir ,en même temps qu'elle donnait la mort.
Elle se destina tout naturellement à la voie du samouraï. Ses armes favorites étaient son katana et son arc. Si elle devait devenir une assassine, autant l'être avec élégance.
Enfin, le recrutement et l'entraînement de l'unité furent achevés. On rassembla les guerriers dans une salle spacieuse où des hommes en costume-cravate expliquèrent les objectifs de leur mission. Ils devaient éliminer tous les autres, humains comme Furias, sans discernement ni pitié. Ils étaient l'armée ultime des Élus. Alétheia. Celle qui devait permettre plus tard de soumettre le monde à leurs pieds. Désormais, il était trop tard pour Mashiro de se retirer de cette machination. Elle devait se résoudre à les suivre, même si elle la désapprouvait totalement, elle qui avait lu l'Encyclopédie et la Déclaration des Droits de l'Homme, qui disait que tous les hommes étaient libres et égaux en droit. C'était la seule manière qu'elle aie de survivre.
Ils partirent en guerre le jour suivant. Ce fut une catastrophe. Les "Elus" tombèrent comme des mouches. S'ils continuaient à se battre sans aucune organisation, ils couraient à leur perte. Personne ne leur avait appris la stratégie. Comme si on les auraient considérés comme remplaçables. Mashiro commençait à élaborer nerveusement des plans qui leur donneraient le dessus. Malgré elle, elle se prenait au jeu du conflit.
Dans les combats, elle s'arrangeait pour rester en arrière pour éviter de se battre. Les autres ne s'en aperçurent même pas. Ils étaient tellement abêtis qu'ils s'en fichaient royalement. Un soir, lorsque qu'à leur habitude ils se reposaient dans de fragiles abris, soignant à malapeine leurs blessés et lorgnant avidement sur les cadavres, avides de la viande qui leur manquait tant, Mashiro décida d'intervenir. Elle se posta sur un seau renversé et proclama ouvertement qu'elle s'opposait aux ambitions de leurs patrons. Elle ajouta qu'ils n'étaient que des pions que l'envoyait à l'abattoir, qu'ils devaient se révolter, pour qu'ils soient enfin libres de leurs choix. Au début, tout le monde la prit pour une gamine ou une folle et on ne l'écouta pas. Exaspérée, Mashiro alla voir leur chef, une incapable, et la manipula pour faire appliquer une des nombreuses stratégies qu'elle avait imaginé. Le combat qui suivit fut l'un des premiers qu'ils remportèrent. Mashiro devint le nouveau chef à l'unanimité. Elle avait à peine six ans. Un groupe de fidèles commença à se former autour d'elle. Jamais ses idéaux n'avaient eu autant d'influence. D'autant plus que la petite fille avait un charisme et une assurance étonnants.
Mais les scientifiques eurent vent de tout cela. Furieux de s'être fait berner, ils décidèrent d'éliminer cette révolutionnaire en herbe.
Un informateur anonyme informa Mashiro qu'une unité d'élite avait appris l'existence de l'Alétheia (qui était à cette époque secrète) et qu'elle s'apprêtait à lever une armée pour l'écraser. Incrédule, Mashiro, influencée par ses collaborateurs, commit une erreur en apparence innocente : celle de monter un groupe d'infiltration pour aller voir ce qui s'y tramait. Et de s'inclure dedans. Avec ses ailes, elle serait parfaite pour les espionner, disait-on.

_________________


Dernière édition par Mashiro Kurenai le Ven 30 Oct - 22:32, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mashishi
Admin
avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 97

Feuille de route
Grade: Présidente d'Alétheia
RPS en cours:

MessageSujet: Re: [Staff] Mashiro est dans la place, prenez garde =p (fini)   Jeu 11 Juin - 19:27

I.V ~ X Japan

Elle partit le soir, accompagnée de six hommes. Ils arrivèrent rapidement au campement ennemi, qu'ils localisèrent sans peine. Tout était désert. Les tentes légères des soldats ondulaient sous la caresse des courants souterrains, qui soufflaient paisiblement et éparpillaient les ordures. Les blocs sanitaires, les dépôts d'armes, l'infirmerie étaient vides. Aucune sentinelle ne patrouillait. C'en était presque trop louche. Comme ci cela avait été qu'une mise en scène. Mashiro voulut faire partager ses suppositions à ses fidèles compagnons, mais ils avaient déjà tous disparu. Elle se retrouvait seule dans cette étendue étrangement silencieuse. Comme un cimetière. Soudain, elle perçut un bruissement juste derrière elle. Quelqu'un arrivait. Mashiro se retourna dans la direction du bruit. Un coup la cueillit dans l'abdomen avec une violence inouïe. Prise par surprise, elle chancela. Un autre au niveau des omoplates la fit s'écraser au sol. Elle mobilisa toutes ses forces pour se relever et pour se défendre, pourtant, ses muscles ne répondaient plus, comme si on les avaient désactivés. De plus, ses agresseurs -car ils étaient plusieurs- continuaient de la frapper. Leurs visages, découverts insolemment, étaient déformés par la haine, grimaçants, hideux, inhumains.
-Sale Furia.

L'insulte, à peine murmurée, la toucha plus profondément que les blessures physiques. Rendue muette par l'incompréhension et l'hébétude, quelques mots hésitants finirent par sortir de sa bouche remplie de sang :
-Pourquoi... Pourquoi faites-vous cela ? Pourquoi vous venger sur moi ? Pourquoi rendre des innocents responsables des actes des autres ? Arrêtez...Arrêtez !

La botte du soldat écrasa son nez, qui émit un craquement sinistre. Mashiro gémit de douleur.
-Ta gueule sale gamine ! T'as toujours pas compris que c'est les autres qui nous ont filé du fric ?

Un de ses camarades lui brisait les doigts un à un. Tous les soldats s'amusaient avec son corps, avec un plaisir sadique. Pendant, ce temps là, les larmes de l'enfant ne cessaient de couler. Des larmes amères de déception, de celle qui découvre que le monde n'est pas si rose qu'on le croit. Une innocence perdue qui s'échappe doucement.
Sa vision était brouillée, les sons et les images se mélangeaient dans sa tête jusqu'à en donner le tournis. Cependant, elle ressentait nettement ses nerfs qui criaient au supplice. Elle implorait faiblement les soldats de cesser mais à chaque ils la frappaient avec plus de hargne et sa voix finit par s'éteindre.
Enfin, ils cessèrent. Soulagée, Mashiro crut que tout cela était fini.
L'odeur douceâtre du sang emplissait ses narines et elle ne pouvait toujours pas bouger. La pression qui l'en avait empêché tout à l'heure avait disparu. Elle était tout simplement trop faible. Le calme dura un certain temps. Puis l'un des soldats prit délicatement son aile. Il souriait. Lorsque Mashiro comprit ce qu'il allait faire, ses yeux s'écarquillèrent :
-Non ...Laissez la tranquille !, murmura t-elle en sanglotant, je ferais tout ce que vous voulez !

-Tout ?
souligna t-il ironiquement.

-Oui. Prenez tout ce que vous voulez, mais pas ça, je vous en prie monsieur le soldat !


-Marché conclu.


Et de son main, il saisit l'autre aile et la cassa net. Mashiro assista à la scène médusée, trop sonnée pour hurler. Les soldats avaient lâché leurs armes. Ils ricanaient, les mains tendues vers elle, et la fillette eut une sensation, horrible, celle qu'un brasier ardent se formait à l'intérieur d'elle, la brûlant vive. Une odeur de roussi montait de ses plumes. Ne pouvant plus supporter, Mashiro lâcha un ultime cri et s'évanouit.


Joy Division ~ She's lost control

Elle se réveilla, le soir ou le matin, elle ne savait plus. Elle pensait pas se réveiller. Soit on l'avait épargnée, soit un des traîtres avaient eu pitié d'elle et était intervenu. Mashiro ignorait à qui elle devait la vie. L'endroit où elle se trouvait, une vieux laboratoire abandonné, lui était inconnu. Ses blessures avait été à peine soignées et son corps endolori la torturait au moindre de ses mouvements. Elle entrevit une silhouette qui s'affairait dans l'ombre. Mashiro resta un long moment à la regarder. Ses idées étaient floues. Elle avait l'impression d'être une loque humaine.
- Qui es-tu ? demanda-elle enfin, au prix d'incroyables efforts.

Sans un mot, la silhouette se retourna. C'était un jeune homme, de vingt-ans environ. Ses cheveux roux, mi longs, étaient emmêlés et sales, comme sa peau. Des câbles électriques et un assemblage de fils compliqués lui sortait du torse, du bras et des jambes, couverts par un costume déchiré. Ses yeux d'un bleu vitreux la fixaient. Il n'avait pas l'air humain. Avait-elle quelque chose à craindre ?
- Je suis X001. J'ai trouvé Oujo-sama (mademoiselle en japonais) par terre près d'ici. Elle avait l'air blessé. C'est pour cela que j'ai pris la liberté d'emmener Oujo-sama dans ma modeste habitation. Qu'elle veuille bien m'excuser.

Il fallait donc être un robot pour être bon, songea Mashiro avec amertume.
-Je comprends. Merci beaucoup, robot-san.

Elle tenta d'esquisser un mouvement, et une décharge fulgurante la saisit. Elle serra les dents pour atténuer sa souffrance. X001 s'en aperçut.
-Je suis désolé. Mais je suis plutôt un majordorme qu'un médecin. Je ne pense pas qu'Oujo-sama survivra à ses blessures. Elle devrait essayer de prendre ça, si je puis me permettre.

Il tenait dans ses mains un flaçon muni d'une seringue. Le même que les scientifiques avaient tenté de lui apporter. Mashiro eut un sourire triste. Elle avait été humaine, certes, mais que cela lui avait-il apporté ? Elle avait perdu ce qu'elle avait de plus cher et n'avait pas été entendue. Tout ce qu'elle avait entreprit n'avait servi à rien. Alors, à quoi bon être différente ! Elle aussi voulait être aussi apathique, ne plus sentir ce mal qui s'emparait d'elle et qui la glaçait, ne plus ressentir la souffrance, ne plus ressentir cet espoir trompeur qui annihilait sa raison.

M
ashiro fit signe au robot d'approcher. Elle prit le flacon et remplit la seringue, puis se l'enfonça dans la chair. Une fois. Deux fois. Trois. Elle se mit à rire, d'un rire hystérique et fou. Enfin terminé ! Elle allait persévérer, jusqu'à ce qu'elle n'éprouve plus rien, même la plus petite satisfaction, plus rien ne pourra l'atteindre désormais. Pétrie de démence et de désespoir, elle se souvint juste du robot qui courait jusqu'à elle pour lui arracher le flacon, et plus rien. Black out. La solution X avait réveillé l'Autre en elle. L'Autre qui se levait et qui criait vengeance.

Sa mémoire revint au moment où elle était revenue au camp de l'Aléthéia. Le sol était jonché des corps des autres Furias, et ceux qui restaient la regardaient avec crainte, comme si elle était une sorte de Dieu. Au contraire, un sourire satisfait flottait sur les lèvres de XOO8. Elle s'avança et les autres reculèrent, puis s'adressa au robot, nullement choquée.
-x008, merci. Ce que j'escomptais s'est réalisé. Maintenant, je vais pouvoir accomplir ma mission sans interférence. Je vais te donner un nom. J'aime bien les noms. Tu t'appelles Seiren maintenant. Hé, pourquoi restez-vous ici la bouche pendante. Nous avons une mission à accomplir.


***
5/01/2009
Within Temptation ~ Our Solemn Our

La suite, tout le monde la connaît. L'Alétheia a triomphé et occupe désormais l'ex-Asie. Mashiro supposait que c'était grâce à elle, elle n'avait fait que les guider, éliminant tous ceux qui encombraient son chemin. On ne refaisait pas les même erreurs. Ses blackout s'étaient fait de plus en plus fréquent, mais qu'est ce que ça pouvait lui faire ? C'était juste gênant. Non. Elle ne connaissait plus la honte. Les scientifiques avaient fini par se résoudre à son existence. Elle était devenue présidente, et s'était entourée d'un gouvernement de ministres qu'elle dirigeait par la peur, puisque c'était le seul moyen efficace. Tous sauf... Quelqu'un. Un certain androgyne aux cheveux jaunes qui lui paraissait bien suspect. Devait elle l'éliminer ou lui faire confiance ? Elle finira bien par le trouver.
L'Aléthéia ne dominait pas encore le monde. Mais Mashiro comptait remédier à cela. Il était temps d'offrir aux Furias la gloire et l'honneur, et de l'ôter à ces humains indignes gouvernés par leurs émotions sales. Ce n'était plus qu'une question de temps. De temps et d'autre chose. Une sensation de vide qui l'envahissait de jour en jour.
Perchée sur la balustrade d'un gratte-ciel, elle regardait passer les voitures, l'air morne. Une main se posa sur son épaule. Elle risqua un coup d'oeil en arrière. Un jeune homme aux cheveux bruns et au costume noir. Et juste derrière, une adolescente souriante, blonde, presque stupide. Mashiro savait bien que c'était se tromper.

-Un problème, Oujo-sama, demanda le jeune homme avec inquiétude, je vous sens pensive.

-Des souvenirs, Seiren, des souvenirs, répondit-elle. Seulement des souvenirs.


-Partons alors, Yellow-san vous attend.


-Oui, conclut Mashiro, allons-y.


En son for intérieur, Kurenai s'esclaffait.


*Armes :

¤Son katana, à la garde ouvragée argent et ivoire : Hakanai (éphèmere)


*Familier
:
Spoiler:
 
Seiren :
Beau garçon aux airs angéliques, Seiren est en fait un robot. Et un robot majordome, précisément. A l'origine au service des scientifiques, pour nettoyer leur laboratoire, leur servir le thé et ranger leurs affaires (ce qu'ils ne faisaient évidemment pas), il a continué sa tâche malgré leur mort. Seiren a retrouvé Mashiro alors qu'elle était blessée, et par curiosité, a décidé de lui venir en aide. Pour le remercier, celle-ci l'a réparé puis l'a mis à son service, en en faisant son garde du corps et son larbin homme à tout faire officiel. Seiren lui prépare donc ses repas et ses tenues, la protège du soleil et effectue tout un tas d'autres tâches absurdes. Ce qu'elle ignore, c'est qu'il est beaucoup perfectionné qu'elle le croit. Derrière sa façade soumise, ses airs efféminés et son comportement naïf, se cache un monstre de vicissitude, le plus gros manipulateur que la terre n'aie jamais portée (et sadique en plus). Le scientifique l'ayant conçu avait en effet voulu s'amuser avec l'intelligence artificielle. Il ne peut éprouver de véritables émotions humaines, mais il s'en rapproche. Seiren est autant attiré par les hommes que par les femmes -plus par ces premiers cependant-, et disons qu'il aime bien regarder la marchandise. Par là, on entend qu'il peut loucher trois heures sur un corps bien musclé par exemple. D'un naturel farceur (et sadique rappelons-le), il adore confronter des personnes à des situations embarassantes, en particulier Mashiro, qui ne réagit jamais. Ses relations avec cette dernière sont normales. Seiren reste avec elle puisque Mashiro et son double hystérique l'amusent, et qu'il rencontre des personnes intéressantes avec. Mais si cet amusement prend fin, le petit majordome soumis peut très bien changer de bord. Admirant les costumes et les vêtements griffés, il ne s'habille quasiment avec ceci. Il se bat à l'aide d'un ombrelle ignifugé. Il en possède au moins une cinquantaine, de toutes les formes et de toutes les textures. Son crâne contient un disque dur recensant des milliers d'informations, et ses yeux sont des caméras. Il peut également se connecter au net. Seiren est une banque de donnés robotique. Une banque de données malheureusement indigne de confiance.


*Véhicule :

En tant que Présidente, Mashiro dispose de véhicules de fonction de toutes sortes dont une limousine et un hélicoptère. Elle aime bien les varier.


*Code 1, 2, et 3 :
Pas b'soin =p (favoristime powa !)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Staff] Mashiro est dans la place, prenez garde =p (fini)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Staff] Mashiro est dans la place, prenez garde =p (fini)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nepten est dans la place
» Dr. D est dans la place ! [validé]
» Capitaine-Beko est dans la place ! 8)
» caliangel est dans la place ^^
» Ser Balon Swann sans icône

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zero Sum  :: Le commencement :: Le registre :: Présentations validées-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit